Google est condamné pour avoir localisé les smartphones Android sans l’accord des utilisateurs

 

En Australie, Google fait face à la justice australienne pour avoir collecté les données de localisation des utilisateurs Android sans leur consentement. Ces derniers auraient spécifiquement demandé à ne pas être espionnés, sans succès auprès de la firme de Mountain View.

Google QG Moutain View

Décidément, la relation est tendue en ce moment entre Google et l’Australie. Alors que la firme de Mountain View pourrait bloquer son moteur de recherche dans le pays, celle-ci fait une nouvelle fois face à sa justice. Selon cette dernière, le géant de web aurait « en partie » trompé les utilisateurs australiens en collectant leurs données de localisation sans leur consentement. Les utilisateurs Android, notamment des smartphones Pixel, sont particulièrement visés.

Quand bien même ces derniers ont coché « Non » ou « Ne pas collecter » dans la fenêtre dédiée, Google a récolté les données de localisation et d’activité, estime la cour fédérale australienne. Le magistrat Thomas Thawley a précisé qu’en sélectionnant ces options, les utilisateurs ont légitimement cru que leur vie privée était protégée. De plus, « aucune référence spécifique à la localisation » n’est faite lorsque les utilisateurs acceptent de voir leur activité pistée.

Sur le même sujet : CNIL — Google et Amazon doivent payer 135 millions d’euros d’amende à cause de cookies abusifs

Google jugé coupable de mal informer ses utilisateurs

Alors, mensonge éhonté ou simple maladresse ? La question se pose au vu des multiples affaires dans lesquelles Google est jugé pour des faits similaires. En 2020, la firme a écopé d’une amende de 5 milliards d’euros pour avoir menti sur l’utilisation du mode incognito de Chrome. Plus tôt, la sanction s’est élevée à 3,4 milliards d’euros avoir espionné des millions d’iPhone. Aussi, « le nombre ou la proposition d’utilisateurs raisonnables ayant été trompés, ou risquant d’être trompés ne compte pas dans la définition de l’amende », explique Thomas Thawley.

Rod Smith, membre de l’ACCC, l’organisme de protection des consommateurs australiens qui a porté l’affaire devant le tribunal, s’est déclaré « très heureux d’obtenir un résultat très positif devant la Cour ». « C’est aussi le premier résultat que nous avons d’une série d’affaires en lien avec des plateformes digitales », ajoute-t-il. Rod Smith regrette que Google soit devenu une « entreprise valant des milliers de milliards de dollars » en « collectant le maximum de données possibles ».

Source : The Guardian



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !