Facebook : les messages privés de 81 000 comptes en vente sur Internet

Maj. le 2 novembre 2018 à 20 h 08 min

Les messages privés de 81 000 utilisateurs Facebook sont en vente sur Internet, révèle une enquête. D’après le réseau social, des pirates seraient parvenus à collecter les messages privés en utilisant des extensions pour navigateur. 

facebook messages privés

D’après une enquête de nos confrères de la BBC, des hackers vendent actuellement les messages privés de 81 000 comptes issus d’Ukraine, de Russie, du Royaume-Uni, des Etats-Unis et du Brésil. Pour tous les messages privés d’un compte Facebook, les pirates ne réclament que 9 centimes d’euros.

Des pirates vendent les messages privés de 81 000 comptes Facebook sur Internet

« Les malfaiteurs ont déclaré au service russe de la BBC qu’ils détiennent des informations détaillées sur 120 millions de comptes Facebook » rapporte la BBC, qui assure que l’annonce en ligne des pirates a depuis été supprimée.Pour vérifier les dires des hackers, la BBC a contacté 5 utilisateurs afin de vérifier si les messages volés sont bien authentiques. C’était malheureusement le cas.

Soucieux de protéger son image, déjà très écornée après l’affaire Cambridge Analytica, Facebook a rapidement assuré « que la sécurité des données » n’a pas été compromise. Les messages privés des 81 000 comptes auraient en effet été volés par des extensions disponibles sur Chrome, Opera et Firefox, souligne le réseau social, assurant que Facebook n’a pas été victime d’un nouveau piratage.

Selon l’entreprise californienne, il s’agissait principalement d’extensions destinées à vous assister sans votre shopping, des mini-jeux de puzzle, ou des applications permettant de gérer ses favoris. Pour mémoire, des extensions malveillantes sont régulièrement accusées d’espionner leurs utilisateurs. En juillet dernier, l’historique de 11 millions d’internautes a été volé par des extensions Chrome, Safari et Firefox, rapportait Adguard, une firme spécialisée dans la sécurité informatique.

« Nous avons contacté les développeurs de navigateurs pour nous assurer que les extensions malveillantes connues ne sont plus disponibles au téléchargement dans leurs magasins » a rassuré Guy Rosen, responsable produit de Facebook.« Nous avons également contacté les forces de l’ordre et nous collaborons avec les autorités locales pour supprimer définitivement le site Web qui propose des informations issues de comptes Facebook » explique le dirigeant. On vous invite donc à faire preuve de prudence lorsque vous téléchargez une extension pour votre navigateur.

Lire aussi : des identifiants et mots de passe Facebook se vendent 2,50 € sur le Dark Web

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !