Maj. le 6 janvier 2020 à 10 h 29 min

Alors qu’elle ne sortira pas avant juin 2020, nous avons eu l’occasion de prendre en main l’ID.3, la nouvelle voiture 100% électrique de Volkswagen. Nous vous emmenons à Dresde, en Allemagne, dans une usine futuriste et transparente, dans laquelle est déjà produite une certaine e-Golf. En route donc pour effectuer quelques tours de piste au volant de la nouvelle petite révolution signée Volkswagen.

Si Volkswagen est réputé pour la qualité et la longévité de ses véhicules, la marque allemande a aussi fait les frais il y a quelques années du dieselgate. Il était temps donc que le constructeur prenne le problème à bras le corps et fasse tout pour redorer sa réputation. Et quoi de mieux que de s’intéresser aux voitures 100% électriques, ces véhicules « propres » qui dégagent de 17 à 30% en moins de CO2 qu’une voiture thermique ? D’autant qu’ils offrent désormais une très bonne autonomie (cela a longtemps constitué leur principal défaut) et permettent d’atteindre une vitesse finalement assez proche de leur équivalent à essence. Le moment idéal pour Volkswagen de franchir le cap, en somme. Dans la foulée, faire une plongée dans le marché des véhicules électriques représente pour le constructeur un moyen comme un autre d’éviter de se faire distancer par la concurrence, et notamment par Tesla, symbole de l’électrique et leader en la matière au niveau mondial.

C’est dans ces conditions que Volkswagen sortira en milieu d’année prochaine sa fameuse ID.3, dont le premier concept-car remonte à 2016. S’il faut patienter encore quelques mois pour voir le véhicule électrique pointer le bout de son parechoc, nous avons pu nous rendre à Dresde, en Allemagne, afin de le découvrir en avant-première. Nous avons même eu la chance de tester la voiture électrique sur quelques tours de piste. Voici donc notre première prise en main de l’ID.3, un véhicule que le fabricant allemand considère comme une petite révolution, aussi importante que l’ont été en leur temps la Coccinelle et la Golf.

Notre prise en main de l’ID.3 de Volkswagen en vidéo

Prix, modèles et disponibilité

Si les prix vraiment « exacts » de la Volkswagen ID.3 ne sont pas encore totalement définis, on en connaît néanmoins la fourchette. On sait par ailleurs que le constructeur allemand projette d’en commercialiser 3 versions :

  • Un modèle moins cher que les autres et appelé ID.3 Pure. Doté d’une batterie de 45 kWh, il est accompagné d’un chargeur 7,5 kWh. Ce modèle offrira une puissance de charge de 50 kWh maximum et promet une autonomie de 330 km WLTP. Il est annoncé pour un prix inférieur à 30 000 euros, hors primes.
  • On trouvera également la ID3 Pro, un véhicule équipé d’une batterie de 58 kWh et offrant une autonomie de 420 km. Il s’agit pour l’instant de l’unique commercialisé par Volkswagen. Il est commercialisé sous le nom de ID.3 1ST et est réservé aux 30 000 premiers acquéreurs. C’est ce modèle que nous avons eu l’opportunité de prendre en main. Ce véhicule est commercialisé aux alentours des 40 000 euros, toujours hors prime.
  • Enfin, Volkswagen commercialisera l’ID.3 Pro S, un modèle équipé d’une plus grosse batterie de 77 kWh, laquelle permettra d’atteindre 550 km d’autonomie.

Volkswagen ID.3
Photo constructeur

En outre, il sera aussi envisageable d’acquérir l’ID.3 en leasing. Son prix de revient devrait être légèrement supérieur d’une Golf thermique, soit un peu plus de deux cents euros par mois. Il est possible de précommander l’ID.3 depuis le 9 mai 2019. Un acompte de 1000 euros est nécessaire pour valider la précommande. Si la production a déjà démarré (on avance le chiffre de 10 000 exemplaires en cours de finition), les premières livraisons de l’ID.3 sont planifiées pour juin 2020. Entre temps, Volkswagen aura de quoi faire, puisque ses agents vont devoir faire une mise à jour manuelle de la partie logicielle du véhicule. Car le logiciel de l’ID.3 est pour l’instant incomplet, comme nous avons pu le constater lors de notre prise en main.

ID.3 : un 1er véhicule 100% électrique non issu du thermique

Bien que l’ID.3 ne soit pas la première voiture électrique signée Volkswagen, c’est en tout cas la première qui n’est pas déclinée d’un véhicule thermique existant. Avant elles, Volkswagen a aussi mis au point la e-Golf et la e-Up, mais il s’agissait surtout de deux voitures adaptées de véhicules à essence. L’ID.3 est donc une voiture 100% électrique et vraiment nouvelle.

Nouvelle, vous avez dit ? Certes, la première apparition publique de l’ID.3 remonte à septembre 2019, à l’occasion du salon automobile de Francfort. En réalité, le véhicule existe depuis 2016, date à laquelle Volkswagen avait dévoilé son concept-car baptisé « Neo ». Le véhicule profitait d’un design très réussi avec ses sièges profilés, son volant et sa planche de bord complètement dépourvus de boutons physiques. À l’instar des Tesla, on y trouvait également des poignées de porte rétractables, la voiture étant par ailleurs maculée de blanc, jusque dans les jantes.

Si une deuxième édition ce concept-car électrique a également vu le jour en 2018 et a été présenté au salon de Genève, il aura donc fallu attendre septembre 2019 pour voir la version finalisée de l’ID.3. L’intérieur est finalement beaucoup plus sage que celui de la première édition, mais globalement, le véhicule profite d’un design très agréable. Il n’est pas sans rappeler celui de la Golf, auquel on aurait ajouté une partie arrière déjà vue sur la Nissan Leaf : un coffre noir, quelle que soit la teinte retenue pour le reste de la voiture.

En cette fin d’année, les premiers modèles sortent des lignes de productions de Zwickau. Une version quasiment finalisée de l’ID.3 a été dévoilée à une poignée de personnes qui ont précommandé la nouvelle voiture de Volkswagen, qui les a donc invités à venir essayer le véhicule à Dresde. Si cette première prise de contact s’est effectuée là-bas, ce n’est pas un hasard. C’est là, dans la Glaeserne Manufaktur (une usine totalement transparente), que sont assemblées en moyenne 72 e-Golf quotidiennement. Il ne s’agit pas de l’unique usine de Volkswagen à produire ce type de véhicule, mais celle-ci tient plus de l’usine « vitrine ». Elle ressemble d’ailleurs davantage à un musée au parquet rutilant et peut d’ailleurs se visiter. À l’intérieur, on reste assez surpris d’observer la danse des robots et ouvriers qui assemblent la e-Golf dans un silence quasi religieux.

En revanche, d’ici fin 2020, ces mêmes chaînes de montage accueilleront la fabrication de la ID.3. Pour l’occasion, le constructeur devra tout revoir dans son usine, afin de mettre en place sa nouvelle plate-forme, baptisée MEB. Celle-ci sera réservée exclusivement aux futurs véhicules électriques de Volkswagen. On y trouvera par conséquent le cross-over ID-Crozz ou encore la ID Vizzion, une berline au futuriste pensée comme une voiture autonome de niveau 5. Pour la petite anecdote, volant et pédales seront proposés en option sur ce modèle. Enfin, la plate-forme MEB permettra aussi de concevoir la ID Buzz, le revival du mythique Volkswagen et qui passe au tout électrique.

Une conduite confortable et surtout très souple

Malgré la brièveté de notre premier essai, nous avons pu apprécier les bonnes sensations de l’accélération électrique de l’ID.3. Celle-ci est propulsée par un moteur de 204 CV, soit 150 kWh, et développe un couple de 310 Nm. Si la vitesse maximale de l’ID.3 est bridée à 160 km/h, son démarrage reste effectivement très rapide. En revanche, il n’atteint pas la dynamique d’une Tesla, même face à un modèle de base comme la Model 3.

Volkswagen ID.3
Photo constructeur

Nous avons également pu ressentir le très bon rayon de braquage de l’ID.3. Celui-ci se révèle assez impressionnant, étant donné le gabarit de la voiture électrique. À ce petit jeu, le véhicule s’en sort mieux que ses concurrents chez Nissan ou Renault, qui profitent pourtant d’un gabarit encore plus compact.

Lors de nos deux tours de piste, nous avons également pu apprécier la très bonne tenue de route du véhicule, notamment en nous prêtant à un petit exercice de slalom entre des plots. De manière globale, le confort de conduite a toujours été au rendez-vous. Même chose lorsque l’on n’est que passager à l’avant ou l’arrière : l’ID.3 est une voiture vraiment agréable et confortable. Cette première prise en main a été très bon augure et semble avoir également satisfait les futurs clients présents lors de l’événement.

Nous l’avons évoqué un peu plus haut : la partie logicielle, c’est-à-dire l’ordinateur de bord, n’était pas totalement fonctionnelle au moment de notre essai. Même chose pour les finitions de l’intérieur du véhicule. Celles-ci n’étant définitives, Volkswagen nous a demandé de ne pas filmer ni prendre de photos dans le modèle que nous avons testé.

Puisque l’ID.3 que nous avons eue entre les mains n’était pas totalement finalisée, on peut d’ores et déjà escompté sur des améliorations d’ici la date de disponibilité de la compacte électrique. Volkswagen devrait améliorer à la fois la partie esthétique du véhicule, mais aussi et surtout ses parties électroniques et mécaniques.

A lire aussi : Test de la Tesla Model S, l’électrique c’est fantastique !

Autonomie et bornes de recharge

Si l’ID.3 Pro est accompagné d’un chargeur courant alternatif de 11 kWh, le véhicule peut néanmoins être chargé sur des bornes rapides offrant une puissance allant jusqu’à 100 kWh. C’est là qu’interviennent les stations Ionity, qui devraient permettre de charger l’ID.3 de 5 à 80% en seulement 30 minutes. Rappelons que ces bornes sont communes à toutes les marques du groupe Volkswagen et que leur nombre est pleine expansion, l’objectif étant d’atteindre les 400 stations d’ici fin 2020. D’autres marques, parmi lesquelles ont trouve Ford, BMW, Mercedes-Benz ou encore Huyndai, font d’ailleurs partie du projet Ionity. Il y a fort à parier que ce nombre sera largement atteint d’ici la date fatidique et qu’il ne cessera de croître les années suivantes.

Concernant le modèle que nous avons eu entre les mains, Volkswagen promet une autonomie de 420 km, comme nous l’avons évoqué précédemment. Il nous a été malheureusement impossible de vérifier ces chiffres lors de notre journée découverte, puisque les essais sur circuit étaient très brefs. A peine une dizaine de minutes par personne, soit deux tours du circuit du Lausitzring, difficile de se faire une idée réelle de la longévité de la batterie. Nous ne manquerons pas d’y revenir dès que nous mettrons mettre la main sur un exemplaire du véhicule sur une plus longue durée.

Alors au final, ça donne quoi la Volkswagen ID.3 ?

Bien évidemment, il nous faudra tester la compacte de Volkswagen dans diverses situations et sur une durée beaucoup plus importante. Mais nos premières impressions sont plutôt positives. D’autant que les prix annoncés sont pour l’instant approximatifs.

Selon Volkswagen, on peut raisonnablement espérer une entrée de gamme (le modèle en dessous de celui que nous avons testé, donc) aux environs de 20 000 € bonus déduit. De quoi rendre le véhicule électriquement réellement accessible, pour peu que l’on favorise la conduite en ville plutôt que sur autoroute, dès lors qu’il s’agit du modèle disposant de la plus petite autonomie.

Volkswagen ID.3
Photo constructeur

Et il sera toujours possible d’opter pour l’ID.3 Pro S, un modèle à 77 kWh, et qui devrait s’afficher au prix de 45 000 € bonus déduit. Si la Tesla Model 3 est bien puissante que l’ID.3 de Volkswagen, elle est aussi moins endurante. En 2020, entre performances et longévité, il va falloir faire un choix, et le bon !

Prise en main réalisée par Nicolas Catard



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Voiture électrique : quelle est la durée de vie de la batterie ?

Les voitures électriques s’imposent de plus en plus dans le parc automobile français et international. Plus écologiques que les modèles thermiques, elles sont de plus en plus abordables et intéressent ainsi une nouvelle frange de la population. Mais quid de…