Enchères 5G jour 2 : Orange est toujours le plus gourmand et les prix décollent

 

Les enchères 5G se poursuivent ! Lors de cette deuxième journée, Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Télécom se sont disputés les 11 blocs disponibles. L'opérateur historique campe sur ses positions et réclame toujours 5 blocs. Le prix unitaire de chaque bloc s'est rapidement envolé jusqu'à 111 millions d'euros, rapporte l'Arcep. On fait le bilan de cette seconde journée d'enchères.

5g enchères france bouygues

Ce 29 septembre 2020, les enchères 5G débutaient finalement en France. Lors de cette procédure, les opérateurs vont se disputer l'attribution de fréquences dans le bande 3,4 – 3,8 GHz. Dès le premier jour, Orange s'est imposé comme le télécom le plus ambitieux en réclamant 5 blocs, soit le maximum autorisé par l'Arcep. SFR et Bouygues n'en ont respectivement demandé que trois. De son côté, Free Mobile n'a réclamé que deux blocs.

Sur le même sujet : Orange dévoile les prix de son forfait 5G , l’internet illimité coûte près de 100 €

Les enchères 5G flambent lors de la deuxième journée

D'après l'Arcep, les tendances du premier jour se sont poursuivies ce mercredi 30 septembre. Tous les jours, l'Arcep fait le point sur les résultats des enchères 5G dans un communiqué. Tous les opérateurs ont fermement campé sur leurs positions. Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Télécom réclament toujours un total de 13 blocs, alors que seuls 11 blocs sont disponibles. “Les demandes cumulées de blocs des candidats (13 blocs de 10 MHz) étant strictement supérieures au nombre de blocs disponibles (11 blocs de 10 MHz), l’enchère n’est pas terminée” détaille l'Arcep sur son site web.

Sans surprise, cette situation a poussé l'Arcep à augmenter le prix unitaire de chaque bloc. Après 8 tours d'enchères, contre 4 lors de la première journée, le prix unitaire des blocs est passé de 85 millions d'euros à 111 millions d'euros. “L’enchère reprendra demain au tour n° 13 au prix de 114 millions d’euros par bloc de 10 MHz” précise le gendarme des télécoms. Au départ, chaque bloc était proposé au prix de 77 millions d’euros, rappelle l'Arcep.

Pour l'heure, l'Etat a donc déjà réalisé une plus-value de 451 millions d'euros. Pour rappel, les enchères seront terminées lorsque les demandes cumulées de blocs s'aligneront sur le nombre de blocs disponibles. On vous en dit plus dès que possible sur les enchères 5G en France.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
fibre optique
Fibre optique : la France compte désormais plus de 10 millions d’abonnés

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep) vient de publier les derniers chiffres du quatrième trimestre 2020 concernant la progression du déploiement de la fibre optique (FTTH) en France. Le pays compte aujourd’hui plus de 10 millions d’abonnés….

5g
5G : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau du futur

La 5G, on en entend parler de plus en plus. Ce réseau du futur, tous les industriels y croient. Il permettra de nous faire vivre dans un monde ultra-connecté où les voitures se déplaceront en toute autonomie. Entre autre.

Free 5G
La 5G arrive d’ici quelques jours à Paris selon Free

La 5G ne va pas tarder à arriver sur Paris. Free a affirmé sur Twitter que la nouvelle génération de téléphonie mobile sera disponible dans quelques jours seulement dans la capitale. Xaniel Niel avait prévu l’activation des antennes pour fin…

antenne 4g barometre
La 4G de Free Mobile serait responsable de coupures TV

Free Mobile est accusé de priver des dizaines de Français de TV. D’après l’ANFR, une antenne 4G récemment déployée par l’opérateur perturbe le signal de la TNT. L’agence nationale des fréquences demande aux personnes concernées de déposer une réclamation. En théorie, Free Mobile est responsable…

bruxelles roaming abolition
Bruxelles va prolonger l’abolition du roaming en Europe jusqu’en 2032

Bruxelles veut prolonger la suppression du “roaming” ou des frais d’itinérances dans toute l’Union européenne pour les dix ans à venir. La Commission européenne souhaite garantir “la même qualité et la même vitesse de connexion” que dans leur pays d’origine…