Maj. le 27 mars 2020 à 17 h 54 min

La date du changement d’heure été est fixée au dimanche 29 mars 2020 à 2 heures du matin : il faudra alors avancer les aiguilles d’une heure… soit une heure de sommeil en moins pendant cette nuit ! Le changement d’heure était à l’origine motivé par des économies d’énergie, mais un vote européen acte la fin du changement d’heure dès 2021.

Changement d'heure été 2020
Source : Pexels

Le changement d’heure d’été se rapproche. Préparez-vous à avancer vos horloges d’une heure le weekend du 28-29 mars : on passe à l’heure d’été le dimanche 29 à 2h ! Voici tout ce qu’il faut savoir sur le changement d’heure.

Date du changement d’heure d’été 2020

changement heure été 2020 sens des aiguilles
Le 29 mars 2020, il vous faudra avancer d’une heure les aiguilles de vos horloges dans le même sens que dans cette illustration / Crédit : Phonandroid.com

Le prochain changement d’heure pour passer à l’heure d’été aura lieu le dimanche 29 mars 2020 : à 2:00 au petit matin, il sera en réalité 3:00. Le passage à l’heure d’hiver est celui le plus désagréable, puisqu’il vous fait perdre une heure de sommeil – il faut donc avancer l’aiguille de vos horloges d’une heure (comme dans l’illustration ci-dessus).

Depuis 1996, les dates de changement d’heure sont les mêmes partout dans l’Union européenne. On passe donc simultanément à l’heure d’été le même jour à la même heure dans les 27 Etats-Membres. Qui se sont mis d’accord pour changer d’heure deux fois chaque année, avec un passage à l’heure d’été fixé depuis au dernier dimanche du mois de mars.

L’heure du basculement, 2 heures du matin un dimanche, a été choisie de manière à minimiser tout risque de perturbations sur les transports et les télécommunications.

Pourquoi change-t-on d’heure ?

En France, le premier passage à l’heure d’été a lieu le 14 juin 1916, et perdurera jusqu’en 1945 au sortir de la seconde guerre mondiale, où l’on repasse à l’heure constante. L’idée, au départ, est de réduire le gaspillage d’énergie à une époque où l’éclairage constitue l’un des postes de consommation énergétique les plus importants. Reculer ou avancer d’une heure permet ainsi de faire varier les besoins d’éclairage, en particulier dans les bureaux et les commerces qui ont des heures légales d’ouverture et de fermeture.

Le retour du changement d’heure a eu lieu en 1976 dans la foulée du choc pétrolier de 1973. A l’époque, l’éclairage public et privé est encore majoritairement basé sur des lampes à incandescence très énergivores. Or malgré la reprise, et le passage à des dispositifs énergétiques plus efficients (éclairage LED, disparition des lampes à filament et indices de consommation énergétique pour une vaste variété d’appareils), le changement d’heure a perduré. Et a même été harmonisé en Union européenne au début des années 2000.

Or selon une étude de l’ADEME plus l’usage de produits et d’appareils à forte efficacité énergétique se généralise, moins les bénéfices du dispositif sont réels. L’agence note que des économies sont encore réalisées sur l’éclairage, elles sont limitées. Une étude conjointe avec EDF, l’ADEME et le ministère de l’industrie avait conclu qu’il était possible d’économiser 0,015% de la consommation énergétique totale en 2014 grâce à l’heure d’été. Autrement dit : pas grand chose.

Le changement d’heure est-il mauvais pour la santé ?

C’est une critique récurrente du changement d’heure : il serait mauvais pour la santé. Plusieurs études récentes montrent qu’avancer l’heure au printemps peut réduire temporairement le temps de sommeil. Cela augmenterait le nombre et la gravité des accidents cardiaques pendant au moins sept jours après le changement d’heure. Au delà, il y aurait davantage d’accidents du travail et de la circulation.

En France, le retour à l’heure d’hiver entraîne un pic d’accidents pendant environ une semaine, notamment en fin de journée où le surplus d’accidents atteint jusqu’à +47 % pour les piétons. Au delà, il pose des problèmes dans les télécommunications et les transports internationaux. Alors depuis longtemps il est remis en cause.

Un rapport remis au Sénat en 1997 estimait ainsi que « les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations ». La question de son abolition revient régulièrement sur la table depuis plusieurs années.

La fin du changement d’heure, c’est quand ?

Depuis septembre 2018 et jusqu’au 3 mars 2019, une grande consultation publique demandait aux européens de se prononcer pour ou contre le changement d’heure. Cette consultation a abouti à un véritable plébiscite en faveur de l’abolition du changement d’heure deux fois par an. La consultation française a ainsi par exemple reçu 2.103.999 réponses avec « 83,71% des répondants [qui se sont prononcés ] pour mettre fin au changement d’heure deux fois par an ».

Des consultations similaires ailleurs dans l’Europe se sont soldés à une écrasante majorité par des résultats similaires. Du coup, la question a été examinée par les eurodéputés qui ont décidé mardi 26 mars 2019 de supprimer le changement d’heure saisonnier à compter de 2021. Néanmoins, le texte précise que « les Etats membres garderont le droit de décider de leur fuseau horaire »Une majorité de Français a soutenu le maintien à l’heure d’été.

Reste maintenant à le mettre en oeuvre, ce qui pourrait créer des situations étonnantes. Certains des pays limitrophes de la France qui avaient jusqu’ici la même heure pourraient se retrouver soudain avec un décalage. Mais gageons que d’ici là, les Etats de l’Union sauront se coordonner pour éviter toute situation pénalisante pour les télécommunications, transports et travailleurs frontaliers.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !