Carte SIM : des pirates peuvent tout espionner sur votre smartphone avec un SMS invisible !

Une nouvelle faille touche les cartes SIM : selon des chercheurs, des pirates peuvent tout espionner sur n’importe quel smartphone en envoyant un simple SMS invisible sur l’appareil de leur victime. A en croire les chercheurs, outre les smartphones tous les appareils contenant une SIM sont concernés. L’attaque serait activement exploitée. 

Cartes SIM SIMJacker
Pixabay + Phonandroid

Des chercheurs en sécurité de AdaptiveMobile Security révèlent l’existence d’une faille très dangereuse qui touche les cartes SIM. Celle-ci est activement exploitée par des pirates. Baptisée SIMJacker, cette faille peut être exploitée avec une facilité et des résultats déconcertants. Aucun constructeur, ou appareil doté d’une carte SIM actuellement sur le marché n’est épargné. Les chercheurs ont notamment constaté qu’elle fonctionne sur des smartphones Apple, ZTE, Motorola, Samsung, Google et Huawei ainsi que sur des objets connectés.

Les cartes SIM visées par une faille de sécurité très dangereuse

Pour bien comprendre d’où vient cette faille il faut revenir sur le cas des des cartes SIM. Celles-ci comportent un mode de compatibilité avec les vieux appareils dont le standard n’a pas évolué d’un iota depuis 2009. Les chercheurs expliquent que les problèmes viennent principalement de la suite S@T Browser, disponible en standard sur toutes les cartes SIM. Cette suite (dont le nom complet est SIM Alliance Toolbox Browser) permet aux opérateurs de gérer leur parc de cartes SIM à distance.

Le problème c’est que S@T Browser fonctionne avec une série d’instructions dites STK (SIM Tool Kit). Et que le programme est capable d’intercepter ces dernières dans les SMS – qui ne s’affichent pas dans la boite de réception de la victime. Ainsi en envoyant ces commandes, il est possible de déclencher très discrètement certaines actions. Comme par exemple la récupération du code IMEI, la possibilité d’envoyer un SMS à l’insu d’une victime depuis son smartphone, passer des appels (potentiellement surtaxés, ou pour espionner le son environnant du smartphone) ou alors forcer le lancement de pages web.

Les chercheurs expliquent que « pendant l’attaque, l’utilisateur ne remarque pas qu’il est en cours d’attaque, que des données sont récupérées et qu’elles ont été exfiltrées avec succès ». Les chercheurs sont également parvenus grâce à cette attaque à récupérer des données de localisation : « les données de localisation de milliers d’appareils ont été obtenues peu à peu sans que les utilisateurs mobiles cibles en aient eu la connaissance ou y aient consenti ».

Par ailleurs, « l’attaque SIMJacker peut et a été améliorée pour réaliser des types additionnels d’attaque ». Parmi ceux qui exploitent activement la faille, les chercheurs ont repéré une firme privée qui travaille avec des gouvernements – vraisemblablement à des fins de surveillance ciblée. Les détails techniques précis de la faille n’ont par précaution pas été révélés par la firme au grand public. Les chercheurs l’ont néanmoins transmis responsablement à la GSMAssociation afin que la faille soit colmatée le plus rapidement possible.

Lire également : Android – le malware Joker se cache dans ces 24 applications du Play Store

Mais pour l’heure, il n’existe aucun moyen de se prémunir contre cette faille, si ce n’est obtenir une carte SIM sans la suite S@T Browser dessus. Le problème est pourtant très grave puisque l’on parle de milliards d’appareils en circulation. Et pour ne rien arranger, à l’image du WPA3, il faudra vraisemblablement attendre encore un certain temps avant de pouvoir obtenir des cartes SIM sans la suite S@T Browser.

Source : The Hacker News

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Une attaque DDoS rapporte 2,5 millions de dollars à Wikipédia

Vendredi dernier, le site encyclopédique Wikipédia était victime d’une conséquente attaque DDoS (Distributed Denial of Service). Pour limiter les dégâts d’une telle menace, la Wikimedia Foundation vient de recevoir une jolie somme de la part d’un généreux donateur pas si…

NordVPN : des faux sites propagent un dangereux malware bancaire

Des pirates profitent de la popularité de NordVPN pour diffuser Win32.Bolik.2, un malware bancaire sur l’ordinateur de leurs victimes. Des faux sites, imitant à la perfection l’interface de celui de NordVPN, propagent en effet des versions vérolées du célèbre VPN. Une…

Impots.gouv : environ 2000 comptes victimes d’un piratage

Les comptes impots.gouv d’environ 2000 administrés ont subi un piratage : des pirates sont parvenus à accéder aux déclarations d’impôts et les modifier. Les agents de Bercy affirment avoir néanmoins pu reprendre rapidement le contrôle de la situation et avertir…

WhatsApp, Skype et Slack sont victimes d’une faille de sécurité

WhatsApp, Skype et Slack sont vulnérables. Ces trois logiciels reposent sur la technologie Electron, qui présente une importante faille de sécurité. Les développeurs ont été prévenus, mais ils font pour l’instant la sourde oreille et aucun correctif n’a été déployé…