Après la Bretagne, la Corse réclame son propre emoji

 

La Bretagne travaille depuis des mois pour faire accepter un emoji à l'effigie de son drapeau auprès du Consortium Unicode, c'est au tour de la Corse de tenter sa chance. Un budget de 52 800 euros a été voté pour que la région française parvienne à convaincre les Google, Facebook, Apple et compagnie.

drapeau corse

52 800 euros. C'est le budget débloqué par l'Assemblée de Corse pour que l'île puisse se doter de son propre emoji, à l'effigie de son drapeau. Celui-ci serait alors disponible sur toutes les applications type WhatsApp, Messenger et autres. Mais il va falloir pour cela convaincre le Consortium Unicode, l'organisme qui décide chaque année quels nouveaux emojis seront disponibles aux utilisateurs.

L'emoji breton a été refusé, plus de chance pour la Corse ?

“Pour une région, le caractère universel d’un emoji reste à démontrer”, explique Bertrand Louveau, spécialiste des communications digitales et président de Khanopee, à 20 Minutes. “Il va falloir montrer de quelle façon la Corse va pouvoir, avec un emoji, développer son économie et sa visibilité, notamment vis-à-vis du tourisme”, fait-il savoir. Bref, un intense travail de lobbying auprès de l'instance en charge est à prévoir.

Ce n'est pas la Bretagne qui dira le contraire. Les Bretons réclament un émoji avec leur drapeau depuis de nombreux mois désormais, en vain. Ils ont déjà essuyé plusieurs refus et continuent de tenter de convaincre les GAFA comme Google, Apple ou Facebook mais aussi IBM, Microsoft, Samsung ou Twitter de les soutenir dans leur démarche. La région avait réuni pour cela un budget un peu supérieur à ce lui de la Corse, d'un montant de 60 000 euros.

Lire aussi : Google retire l’oeuf de l'emoji salade pour le rendre plus « inclusif et végan », les carnivores ripostent !

Actuellement aucune région de France métropolitaine ne possède son propre emoji. La Guadeloupe, la Martinique, Saint Pierre et Miquelon et quelques autres entités ont quant à elles eu droit à ce privilège. Tout comme l'Ecosse, le Pays-de-Galles et l'Angleterre pourtant réunis sous le drapeau et un même gouvernement, celui du Royaume-Uni. Des exceptions peuvent donc être faites au Consortium Unicode, Corses comme Bretons peuvent garder espoir.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !