Apple prétend qu’iOS est plus sécurisé qu’Android, peut-on vraiment y croire ?

 

Dans un nouveau document de 31 pages, Apple a longuement expliqué pourquoi iOS était plus sécurisé qu’Android, notamment car il est impossible de sideloader des applications sur son système d’exploitation.

test apple iphone 13 pro

En réponse à la proposition de loi sur les marchés numériques de la Commission européenne, qui pourrait imposer le sideloading d'applications sur l'iPhone en Europe, Apple a partagé un document détaillé soulignant les risques de sécurité et de confidentialité du sideloading. Le géant américain affirme que cette pratique « paralyserait les protections de confidentialité et de sécurité qui ont rendu l'iPhone si sûr, et exposerait les utilisateurs à de sérieux risques de sécurité ».

Il s’agit pourtant d’un processus autorisé par d'autres développeurs de systèmes d'exploitation mobiles, comme Google sur Android. Pour ceux qui ne le savent pas, le sideloading permet d’installer des applications sur des appareils en dehors des magasins d'applications officiels, notamment sous la forme de fichiers APK.

À lire également – Pegasus : Apple assure que les iPhone sont les smartphones les plus sécurisés au monde

Les smartphones Android sont moins sûrs qu’iOS, selon Apple

Apple note qu'au cours des quatre dernières années, il a été constaté que les appareils Android présentaient entre 15 et 47 fois plus d'infections par des logiciels malveillants que l'iPhone. « Les menaces de sécurité mobile sont de plus en plus courantes, notamment sur les plateformes qui prennent en charge le sideloading », souligne le rapport.

Pourtant, le sideloading n’est pas une pratique courante sur Android. Elle peut être intéressante pour profiter d’une mise à jour à l’avance ou installer une application qui n’est pas disponible sur le Google Play Store, mais beaucoup d’utilisateurs se contentent du magasin officiel.

Si l’Europe venait à forcer Apple à mettre en place le sideloading, cela porterait atteinte à l'une des principales sources de revenus d'Apple, puisque la société perçoit une part de 30 % sur la plupart des ventes de l'App Store. Il n’est donc pas étonnant de voir le géant américain ne pas vouloir l’autoriser.

L’App Store lui-même n’est pas exempt de défauts, puisque parfois, les applications malveillantes peuvent contourner les protections existantes du dépôt d'applications officiel. En effet, nous avions pu voir qu’Apple avait accidentellement fait la promotion d’applications frauduleuses sur l’App Store. Il était même possible de télécharger une application qui paie ses utilisateurs 250 dollars par jour pour filmer des délits et des scènes de crime.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !