Afghanistan : Facebook interdit tous les contenus qui soutiennent les talibans

 

L'Afghanistan est retombé entre les mains des talibans. Peu après la chute de Kaboul, Facebook a annoncé l'interdiction de tous les contenus qui soutiennent les talibans. Le réseau social considère les insurgés islamistes comme une organisation terroriste. 

Facebook iOS
Crédits : Unsplash

Ce dimanche 15 aout 2021, les talibans sont entrés dans Kaboul, la capitale de l'Afghanistan. Sans rencontrer d'opposition, les insurgés ont envahi le palais présidentiel tandis que le président Ashraf Ghani a fui le pays à bord d'un hélicoptère.

Abdul Ghani Baradar, co-fondateur des talibans, a rapidement annoncé la victoire du mouvement sur les réseaux sociaux. “À présent, c'est le moment d'évaluer et de prouver, à présent nous devons montrer que nous pouvons servir notre nation et assurer la sécurité et le confort dans la vie”, déclare Abdul Ghani Baradar. Les insurgés utilisent massivement les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs soutiens.

Lire aussi : Facebook bannit indéfiniment le compte de Donald Trump

Facebook, Instagram et WhatsApp interdisent les contenus liés aux talibans

Alors que des milliers d'afghans tentent de fuir le pays, Facebook a annoncé l'interdiction pure et simple de tous les contenus qui soutiennent les talibans. Le réseau social a mis sur pied une équipe dédiée d'experts afghans pour surveiller et supprimer le contenu lié aux insurgés. Ces experts parlent le “dari et le pachto et connaissent le contexte local, ce qui nous aide à identifier les problèmes émergents sur la plateforme”.

“Les talibans sont sanctionnés en tant qu'organisation terroriste en vertu de la loi américaine et nous les avons interdits de nos services en vertu de nos politiques sur les organisations dangereuses. Cela signifie que nous supprimons les comptes gérés par ou au nom des talibans et interdisons les éloges et les soutiens”, explique un porte-parole de Facebook à la BBC.

L'entreprise explique agir en se basant sur “l'autorité de la communauté internationale”. Cette interdiction ne concerne pas que Facebook. Tous les réseaux et outils du groupe californien, dont Instagram et WhatsApp, sont compris dans la mesure.

On peut s'attendre à ce que les autres plateformes populaires, comme Twitter ou YouTube, prennent des mesures similaires. Jusqu'ici, Twitter s'est contenté de rappeler que son règlement interdit les organisations violentes et les comportements haineux. Pourtant, de nombreux chefs talibans communiquent toujours par le biais d'un compte Twitter.

Source : BBC



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !