Affaire Huawei : pourquoi Intel, Qualcomm et Xilinx aimeraient que Trump appuie sur le bouton « stop »

Maj. le 17 juin 2019 à 16 h 44 min

L’affaire Huawei c’est aussi des firmes américaines de premier plan lourdement pénalisées – depuis le début de cette guerre commerciale, la Silicon Valley monte au créneau, non pas pour défendre Huawei, mais avant tout leurs intérêts… avec pour l’instant des résultats en demi-teinte. Ce qui n'empêche pas Intel, Qualcomm et Xilinx de continuer de pratiquer un lobbying intense en coulisses, pour tenter d’infléchir la position de la Maison Blanche. Les trois fondeurs accusent déjà des pertes et craignent les conséquences d’un enlisement du conflit, pénalisant l’un de leurs plus gros clients et donc leur carnet de commandes. 

huawei

Dans un monde aussi mondialisé que celui de 2019, les conséquences de conflits commerciaux ne sont pas toujours aussi limpides que l’on aurait pu le penser au départ. La production de la plupart des objets électroniques est externalisée par les entreprises qui les conçoivent, et repose sur une chaine d’approvisionnement de composants tout aussi interconnectée. Ainsi, lorsque Donald Trump a pointé la nécessité de « rétablir » une balance commerciale qui était, selon lui, trop en faveur de la Chine, il a sans doute oublié un peu vite que nombre d’entreprises de son pays ont toujours été à la fois artisanes et dépendantes d’un certain ordre mondial. Et que sanctionner l’un des plus grand groupes d’électronique chinois, en plus que de réhausser les droits de douane d’un pays producteur comme la Chine, ne touche pas que cette rive du pacifique, mais aussi les Etats-Unis, avec des conséquences, également, pour le reste du monde.

Lire également : Huawei se prépare à vendre jusqu’à 60% de smartphones en moins dans le monde

Affaire Huawei : Intel, Qualcomm et Xilinx font du lobbying contre cette guerre commerciale qui leur coûte trop cher

Depuis le début de l’affaire Huawei, on voit ainsi la Silicon Valley, et plus largement les moteurs de l’économie américaine, tenter de murmurer à l’oreille du Président américain. Un lobbying qui ne vise pas réellement à défendre Huawei, mais plutôt à préserver leurs intérêts. Huawei achète en effet énormément de composants venus des Etats-Unis. Rien que pour l’année 2018, par exemple, Huawei aurait dépensé 70 milliards de dollars de composants dont 11 milliards auraient, selon Techradar, finis par être versés à des firmes américaines, notamment Qualcomm, Intel et Micron. On apprend ainsi dans une dépêche de Reuters reprise par Techradar que des responsables d’Intel et Xilinx Inc ont rencontré le département américain du Commerce fin mai pour discuter du placement de Huawei sur la fameuse « liste d’Entités » qui met de facto cette entreprise au ban du marché et des technologies américaines.

Sur le même sujet : HongMeng OS – Huawei confirme des tests en Chine, mais préfère rester sur Android

Qualcomm aurait également participé à ces discussions, de même que la Semiconductor Industry Association un groupe d’intérêt représentant les fondeurs américains. D’un côté ces fournisseurs ne nient pas la menace potentielle que pose l’expertise 5G de Huawei. Mais de l’autre, ils soulignent que les serveurs et les smartphones Huawei n’utilisent que des composants standards, et sont donc nettement moins susceptibles de représenter une menace. Pour l’heure, nul ne sait si la Maison Blanche – pour le moins imprévisible depuis l’élection de son nouveau locataire – prendra ou non en compte les doléances des entreprises américaines. Reste à savoir combien de temps l’administration Trump maintiendra sa position : surtout si des entreprises les plus puissantes du pays voient leurs résultats durablement entravés par un conflit lancé par un Président qui semble, trop souvent, s’appuyer sur une vision simpliste du monde, du commerce international et de ses enjeux…

Source : Techradar

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei P40 : voici enfin les premières images officielles

Le Huawei P40 se dévoile dans des rendus officiels. Sans surprise, le smartphone est sublimé d’un écran troué façon Galaxy S10+ et équipé d’un triple capteur photo arrière conçu en partenariat avec Leica. Contrairement aux Mate 30 Pro, le flagship est…

EMUI 10 : Huawei déploie maintenant Android 10 sur le P30 Lite

Huawei vient de lancer le déploiement de la mise à jour EMUI 10 sur les P30 Lite. D’après les témoignages, Android 10 est déjà disponible au téléchargement dans plusieurs pays d’Asie. Le firmware ne devrait plus tarder à débarquer en…

Huawei affirme vendre 100 000 Mate X tous les mois

Huawei affirme vendre jusqu’à 100 000 Mate X tous les mois. Depuis le lancement en novembre 2019, le constructeur aurait donc écoulé 200 000 smartphones pliables sur le marché chinois. Malgré son prix élevé, le flagship serait donc un succès….

Huawei P40 Pro : découvrez enfin son design complet

Le Huawei P40 Pro continue de se dévoiler. Plus de deux mois avant la présentation officielle, une nouvelle poignée de rendus a été mis en ligne par un fabricant de coques de protection pour smartphone. On y découvre un double…

Huawei P40 : pas de quadruple capteur photo pour la version standard

Le Huawei P40 standard devrait se contenter d’un triple capteur photo, révèle une nouvelle fuite. Contrairement à la version Pro, le smartphone ferait l’impasse sur le téléobjectif périscope. On retrouve néanmoins le même bloc photo rectangulaire similaire aux Galaxy S11  (S20) de Samsung. …