Netflix : le service de VOD ne séduit déjà plus en France, la faute à une législation incohérente !

Date de dernière mise à jour : le 14 avril 2016 à 18 h 05 min

Débarqué en France en Septembre 2014, le service de VOD américain Netflix ne séduit déjà plus en France. Si l’entreprise ne dévoile jamais officiellement son nombre d’abonnés, les chiffres de nombreux cabinets concordent. Si Netflix ne connaît pas le succès, c’est avant tout à cause d’une législation incohérente.

Netflix stagne à 250 000 abonnés

L’arrivée de Netflix en France était attendue comme une révolution dans l’univers de la télévision. Oui mais voilà, face à une chronologie des médias qui empêche le service de proposer des films récents dans son catalogue, Netflix n’a pas connu le succès escompté.

Ses débuts ont tout de même été prometteurs, mais la plupart des utilisateurs ont souscrit aux premiers mois gratuits. Cette période passée, beaucoup d’entre eux ont estimé que les tarifs étaient trop élevés pour profiter de films vieux de trois ans.

En février dernier Netflix comptait environ 250 000 abonnés selon le cabinet Digital TV Research. Aujourd’hui, il en compte autant selon le Ministère de la Culture qui se base sur les chiffres du CNC (Centre National du Cinéma).

D’après les études que réalise le CNC sur le marché de la vidéo à la demande, l’usage de Netflix est quasiment stable depuis le mois de février dernier. Le service compterait toutefois moins de 250 000 abonnés selon des sources non officielles, contre 600 000 pour Canalplay fin 2014 – Ministère de la Culture –

Avec 250 000 abonnés, Netflix est bien loin de son concurrent Canal Play qui compte 600 000 abonnés selon Canal+.  On est bien loin du ras de marée annoncé par l’américain avant son arrivée en France.

L’incohérence du Ministère de la Culture

Si Canal Play compte autant d’abonnés c’est d’abord grâce à son public déjà fidèle à la chaîne mais également à sa présence sur le marché de la VOD depuis plus longtemps en France. De plus, le groupe Canal a réussi à obtenir les droits de séries à succès comme House of Cards (ironie du sort, c’est une série made in Netflix qui n’est pas présente sur le catalogue français).

Pour le moment, le lancement de Netflix (…) n’a pas eu d’impact très significatif sur le système de production audiovisuelle français. – Fleur Pellerin, Ministre de la Culture –

Le problème de Netflix, c’est donc sa jeunesse en France et un catalogue trop mince pour séduire davantage d’utilisateurs. Car Netflix n’est rattaché à aucune chaîne, c’est un service à part entière. Et ce problème de catalogue, Netflix n’y peut pas grand chose. Le géant américain redouble déjà d’efforts pour proposer des documentaires, films et séries créés par lui-même mais il faut du temps pour créer son propre contenu.

Le plus gros frein au succès de Netflix c’est sans aucun doute la législation française et la fameuse et discutable chronologie des médias. Car en France, il est impossible de proposer un film sur un service de VOD avant un délai de 36 mois ! En clair un film qui sort dans les salles aujourd’hui ne pourra être disponible sur Netflix que dans trois ans !

fleur pellerin netflix

Il va falloir reclasser les dossiers dans l’ordre

C’est là que la Ministre de la Culture fait preuve d’une incohérence à peine croyable. Fleur Pellerin affirme que Netflix n’a pas eu d’impact sur l’audiovisuel français mais en parallèle elle ne donne aucun moyen au service d’y parvenir. Sa lutte contre le téléchargement illégal n’a plus aucun sens non plus.

Faire des sorties médiatiques pour dire que le téléchargement illégal c’est mal est une chose mais faire en sorte de régler le problème en est une autre. Pourtant le modèle de la musique en illimité a fait ses preuves.

Le téléchargement illégal de contenus audio a considérablement baissé depuis l’arrivée de Spotify, Deezer et consorts. Les utilisateurs sont donc prêts à mettre la main au portefeuille pour accéder à des contenus de manière légale. Seulement, le contenu doit être de qualité et disponible partout, tout le temps, un service moderne.

La législation sur la chronologie des médias empêche de reproduire ce type de service dans le cinéma. Netflix cartonne aux Etats-Unis et au Canada parce que cette chronologie n’existe pas. Et l’américain souhaiterait pouvoir proposer les mêmes catalogues dans le monde entier.

Les utilisateurs sont prêts à payer chaque mois un abonnement de 8 à 12 euros pour accéder à des contenus de qualité mais surtout récents. Netflix (comme Canal Play) sont les solutions à la fin du piratage massif de contenus audiovisuels, mais la Ministre de la Culture campe sur ses positions et ne veut pas toucher à cette loi de chronologie des médias.

Tant que cette loi existera le piratage continuera et les services comme Netflix ou Canal Play ne fonctionneront pas. C’est bien dommage, car au final, c’est encore une fois l’utilisateur qui trinque.

 

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • kariz

    Canal play a autant d’abonnés car lié aux abonnement sfr avec les extras ou autres promotions sans ça le résultat serait le même.

    • btx

      Je suis abonné dans ce cadre, mais je n’ai jamais regardé quoi que ce soit sur mon téléphone.

      • cashboys

        Il manque 2 serie pour que netflix sois bien XFiles et friends 2 serie culte obligatoire en france

  • Spontex

    Netflix, ça déchire pour les séries je suis abonné depuis le premier jour. C’est la meilleure chose qui soit arrivée à ma Sony Bravia connectée.

    • Michaël Guérin

      Carrément d’accord ;)

  • FMDatL

    Cette chronologie des médias est une aberration d’un autre siècle, elle n’a absolument pas lieu d’être à notre époque. Tout le monde est perdant avec ce truc les majors comme les consommateurs. En passant par un simple proxy, on peut profiter des catalogues des autres pays pour le même prix, et là, c’est tout de suite autre chose.

  • Matthieu Blanco

    Faut aussi comprendre que pour les boites internationales le marché français, petit, relou et étriqué c’est cacahuète.

  • kenny33

    la grosse incoherence est surtout que la VOD à l’acte c’est 4 mois, la télévision gratuite c’est 22 ou 30 mois, la vod payante devrait au moins etre entre les 2 ! Bref quand les politiques arreterons de faire des lois sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas sans se renseigner ailleurs qu’aupres des lobbys…

  • tabo56

    Qui a cru une seule seconde que l’arrivée de Netflix changerait quelque chose en france ? Netflix est obligé de respecter la loi comme les autres services de ce type.

  • Michaël Guérin

    Fait chier ce Ministère de la culture. Néanmoins, je ne regarde que les séries sur Netflix, meilleur choix que CanalPlay. Et par principe, j’ai rendu mon abonnement Canal, Canalsat et CanalPlay.

  • Steven

    Dire que « Le modèle de la musique en illimité a fait ses preuves », c’est avoir une sacrée méconnaissance de ce sujet.
    Ecouter sa musique sur deezer ne rapporte pas plus (ou si peu) à un artiste que de la télécharger ou de l’écouter sur une plateforme illégale.

    La seule différence entre deezer et les services illégaux, c’est que vous ne risquez rien et que ça rémunère des gens qui n’ont absolument rien à voir avec ce que vous écoutez.

    Qui plus est, le service pousse à la consommation de merde avec des encodages discutables et peu audiophiles.

    Je ne dis pas qu’il faut revenir en arrière, la musique en streaming légale reste un excellent moyen de promotion pour les artistes, mais c’est un système vautour qui plus pour but d’exploiter la création artistique que de la promouvoir. Et si ça la promeut, ce n’est qu’un plus à leurs yeux.

    Donc attention à ne pas croire que ce qui est bon pour soit est bon pour tous…

    • Romain Vitt

      L’utilisateur n’y est pour rien dans la répartition des recettes liées au streaming musical. Lorsque j’affirme que le système de streaming illimité a fait ses preuves c’est par rapport au piratage. Le téléchargement illégal de contenus audio a énormément chuté depuis que Spotify et consorts existent. Pour les artistes ce n’est peut-être pas grand chose mais c’est toujours mieux que zéro.
      Quant à la répartition des revenus entre maisons de disque, services de streaming et artistes, ce n’est pas à l’utilisateur de l’assumer. C’est aux artistes de gérer le problème avec leur maison de disque. Mais c’est le même problème que sur les recettes liées aux ventes de CD ou de vinyles à l’époque, les artistes ont toujours ramassé les miettes, même si sur du contenu physique les miettes rapportent plus.
      Quant à la qualité audio, il y en a pour tout le monde. Qobuz par exemple propose des musiques en qualité supérieure, pour les audiophiles.
      Aujourd’hui le streaming musical a tout de même révolutionné la musique pour les utilisateurs et a considérablement freiné le piratage. Je comprends le point de vue des artistes mais hélas c’est à eux de se faire entendre auprès des majors.

    • Farowa

      Peut être oui, mais c’est un autre débat. Ce que pointe l’article, ce sont des faits.
      Et c’est un fait, depuis Spotify, Deezer etc. le téléchargement illégal d’oeuvres musicales à baissé, entre autres parce qu’on ne paye plus une oeuvre précise mais l’accès à un ensemble. De plus les nombreuses options, notamment de playlist hors ligne ont vraiment simplifié les choses sur smartphone.
      En ce qui concerne les « encodages discutables et peu audiophiles » personnellement, j’ai pas l’oreille parfaite et du mp3 à 320kbps ou équivalent me suffit amplement pour l’utilisation que j’en ai. Je suis abonné à Spotify et cela me convient très bien. Après savoir à qui revient l’argent que je dépense ce n’est pas mon problème, et si les artistes sont présents sur Spotify c’est bien qu’ils ont fait ce choix et qu’ils y ont un intérêt, autrement leurs catalogue ne serait pas disponible, non ?

    • joelafrite

      Tu rémunères aussi des tiers en achetant ton cd à la Fnac, je ne vois pas trop où est la différence. A mon avis le streaming réduit au contraire le nombre d’intermédiaires, mais si tu as des chiffres concrets qui prouvent le contraire ne te gêne pas pour les sortir.

      Pour ce qui est de la qualité audio si tu entends la différence entre un CD et du OGG 320 (Spotify) tu es très fort.

      • Wilfriedarma

        « Pour ce qui est de la qualité audio si tu entends la différence entre un CD et du OGG 320 (Spotify) tu es très fort. » : elle est flagrante … ( en tout cas pour moi, même avec un casque ou écouteur moyen on entend la différence )

    • An0nygo5s

      Inscrit toi sur Baboom, et 90% de l’argent revient aux artistes, réellement.

  • joelafrite

    Sinon il y a toujours la possibilité de passer par les versions étrangères de Netflix via un VPN ou un DNS. Personnellement je paye environ 5€ par mois pour un DNS configuré sur ma TV connectée (avec appli smartphone qui va bien pour changer de pays) et le jeu en vaut vraiment la chandelle, l’offre cinéma est proche de celle d’une plateforme de VOD quand on additionne tous les catalogues de Netflix. J’aurais depuis longtemps résilié sinon.

    • Kapihten

      ça rajoute un coût dont nous pourrions nous passer quand même.
      Puis des rustines, c’est rigolo mais ça règle pas le problème de fond.

      • joelafrite

        Non on est d’accord, mais par contre c’est assez simple et pratique à mettre en place. Je préfère ça que pirater, faute de mieux.

    • Rod

      Mais du coup est ce que le contenu petit être en français ?

      • joelafrite

        Non, à part sur netflix Canada et encore ils traduisent rarement les sous-titres.

        • emilien

          Luxembourg et Belgique, le contenu y est en francais et tu recuperes des series comme house of cards

  • Kapihten

    Evidemment… Je ne vais pas attendre 3 ans pour voir un film sorti que récemment, je trouve un moyen détourné de le voir….
    Cette loi est stupide. Brider des services légaux (déjà rien que là il y a un problème) + ça ne peux que promouvoir les services illégaux.

  • Nicoco

    Je suis abonné à Netflix depuis le début et en terme de série il n’y a pas à dire ils sont bien meilleur que CanalPlay, j’utilise la plateforme quasiment depuis le début.
    En terme de film Netflix est sans doute un peu à la traine.
    Pour le moment Netflix n’a pas d’autre choix que de se focaliser sur les séries en attendant une modification de la loi.

  • Adodan

    Il y a beaucoup de BON contenu de plus de 3 ans … pourquoi Netflix ne le propose il pas ??

    de plus, il n’y a aucune loi sur la chronologie des médias, c’est juste un accord des professionnels du secteur ( dont Netflix fait partie maintenant ).

  • Adodan

    +1

  • Romain Vitt

    J’aime toujours voir certains lecteurs mettre en doute mon travail sans apporter d’argument. Quand à mon penchant pour l’alcool, comment le sais-tu ? Je suis démasqué.

    Revenons-en à l’article. Il n’a pas vocation à être une analyse économique et politique profonde de cette loi. Il pointe juste du doigt l’incohérence entre le système mis en place pour lutter contre le piratage et les freins au fonctionnement d’un service comme Netflix qui permettrait lui de considérablement faire diminuer le téléchargement illégal.

    Je suis au courant que la loi de chronologie des médias est là pour protéger l’oeuvre et les commerçants, car contrairement à ce que tu peux croire je travaille mes sujets (oui oui c’est sans mentir). Mais ce n’est pas le sujet de l’article.

    Sinon j’aurais pu également dire que pour les commerçants c’est bien dommage mais c’est l’évolution du marché. Il faut savoir s’adapter à un marché en mutation, aux nouveaux usages, à des consommateurs différents. C’est la règle pour toute entreprise. D’ailleurs le patron de Netflix l’a bien compris puisqu’il a senti arriver la mort de la location physique et a créé son service en ligne (t’as vu j’ai potassé hein !).

    Quant à la protection de l’oeuvre, je vais te répondre simplement : regarde ce qu’il se fait dans la musique. L’argument de la protection de l’oeuvre et des artistes a longtemps été mis en avant. Seulement voilà, vaut-il mieux que l’oeuvre soit piratée illégalement et donc qu’aucun revenu de cette oeuvre ne soit dégagé, ou vaut-il mieux qu’elle se retrouve sur Netflix 6 mois après sa sortie en salle et qu’elle génère des revenus ? Je pense que nous connaissons tous la réponse.
    Cette histoire de protection de l’oeuvre est un argument qui ne tient pas. Aux Etats-Unis ça n’existe pas et l’industrie est florissante.

    Alors plutôt que d’insulter le rédacteur et de remettre en doute son travail, je vous conseille d’avoir des arguments solides. Le débat est bienvenu ici mais il doit être constructif. Tu aurais pu simplement me dire que la protection des oeuvres et des commerçants n’avaient pas été abordés dans mon sujet et je t’aurais répondu que c’était un choix mais j’aurais débattu avec toi. Là tu n’apportes aucun argument et tu me tacles sans aucune raison.

    Quant à une analyse économique ou politique, ce n’est pas ce qui intéresse nos lecteurs. Mais si tu veux rien que pour toi je te fais une analyse complète de la place des services de VOD dans l’industrie audiovisuelle. ;)

  • disqus

    J’ai bien lu l’article et je te réponds (à nouveau) :

    1. Canal a les mêmes limitations que Netflix et 3 fois plus d’abonnés

    2. Le problème n’est pas dans la quantité : c’est (1) la qualité, (2) l’originalité du contenu et (3) la curation qui font la différence : pour être allé sur Netflix US, il y a surement de la masse (en fait.. bon pas plus que ça au fond), mais quant à la qualité… (bien sûr hors séries originales/exclusives etc.). Et j’insiste, il y a une très mauvaise organisation de contenu, pas de thèmes, très peux films d’auteur etc.

    Quant à l’opportunité politique : si changer la politique signifie appauvrir le cinéma français (s’il y a un secteur qui marche dans ce pays c’est celui là) et financer indirectement une boite américaine (ou une boite de plus) qui paye ses impôts au Luxembourg… Bon, moi j’y réfléchirais un peu.

    Et j’insiste : Netflix peut continuer à produire du (très bon!) contenu originale, même en France, en profitant des financements français à la production et en alimentant le système à son tour (d’ailleurs je viens de recevoir un mail de leur part comme quoi l’abonnement va augmenter pour les nouveaux abonnés…) et je suis sur que ses parts des marchés vont augmenter (il s’agit aussi d’un changement culturel, il faut du temps).

  • Lnely

    Perso c’est le kiff total avec netflix, seul truc qui manque c’est les nouveaux films, car même ceux d’ya 3 ans sont pas dessus en vrai :/ Ou alors bien trop peu…
    Enfin, ça va ya la masse de serie etc, plus ça va plus les gens autour de moi prennent un abo, je sais pas si ça va s’améliorer avec le temps, mais je pense qu’il faudrait qu’ils fassent un peu de pub et surtout qu’ils se sortent les doigts pour sortir des films recents, parce que ok ya un délai de 3 ans, mais là même sans ce delais ya pas grand chose niveau film.
    Après, la majorité regarde des series d’après leur retour…

    En tout cas des belles découvertes pour ceux qui ont netflix :
    Daredevil
    New girl
    Bates Motel
    Orange is the new black
    Bloodline
    Hate/Love
    Brooklyn 99
    Homeland (une tuerie)

    Après, netflix c’est aussi : Breaking bad, prison break, Weeds, Walking dead, sons of anarchy, Big bang theory, californication, misfits, skins, etc…
    Ya pas tjrs la derniere saison, mais le temps de les regarder, ça devrait etre dispo^^
    Je vais pas faire de la pub, mais pour le prix, plus besoin de se faire chier a telecharger etc..

    Pour la plupart des utilisateurs ça suffit…

  • joe2x

    Connectez vous avec un proxy aux Pays Bas, ou en Angleterre, ce n’est pas terrible du tout.

    Ce n’est pas que de la France, ce n’est pas uniquement de sa faute si bien pourri comparé aux US.
    Aux PAys Bas, rien de trouver des choses récentes et j’ai eu des échos identiques pour l’angleterre