ZTE, Huawei : Donald Trump interdit au gouvernement des Etats-Unis d’utiliser leur technologie

Mise à jour du mardi 14 août 2018 : 

Donald Trump, l’actuel président des Etats-Unis, a décidé d’interdire au gouvernement américain d’utiliser la technologie de Huawei et de ZTE. Considérés comme une menace par les Républicains, les deux constructeurs chinois ne pourront plus faire affaire avec le gouvernement ni avec une entreprise qui travaille pour celui-ci. L’interdiction entrera en vigueur au cours des deux prochaines années.

ZTE est à nouveau autorisé à revendre des smartphones en utilisant des puces provenant de firmes américaines, les États-Unis viennent de lever toutes les sanctions pesant sur l’entreprise chinoise. Le constructeur a pu bénéficier d’un arrangement avec les autorités américaines et a dû s’acquitter d’une amende de 1,4 milliard de dollars sans oublier des changements qui ont eu lieu à la tête du géant.

zte etats unis levent sanctions

Selon le site de CNBC, ZTE annonce que les sanctions américaines sont désormais levées. Le département du Commerce des États-Unis autorise la firme chinoise à passer commande chez Qualcomm et d’autres entreprises américaines pour s’approvisionner en puces électroniques. ZTE a dû payer une dernière tranche de 400 millions de dollars correspondant à un montant total de 1,4 milliard de dollars d’amende.

ZTE : les sanctions sont levées, c’est officiel

Le constructeur avait écopé d’une interdiction d’acheter des composants essentiels aux entreprises américaines après avoir enfreint un embargo en vendant du matériel à l’Iran. Cette interdiction fait désormais partie du passé l’administration Trump s’est impliquée dans ce dossier pour « sauver » le constructeur chinois. Par la suite, ZTE s’est excusé d’avoir dû payer une amende « au prix désastreux » aux États-Unis. Des changements sont également intervenus au sein de la direction de l’entreprise, conformément aux souhaits des autorités américaines.

Il est également question d’autres contraintes notamment le recrutement d’un contrôleur de conformité externe à l’entreprise choisie par le département du Commerce américain. Dans tous les cas, ZTE va de nouveau pouvoir commercer avec Qualcomm qui lui fournit des SoC pour ses smartphones. Les autorités américaines affirment que c’est la première fois que de telles dispositions ont été mises en place à l’égard d’une société étrangère.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Redmi K20 Pro : un haut de gamme à moins de 350 € ?

Redmi dévoilera une nouvelle gamme de smartphones le 28 mai prochain. Elle sera composée de deux modèles : un Redmi K20 standard, mais aussi un Remi K20 Pro. Ce sont les premiers smartphones de la marque à embarquer un processeur…

Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Realme 3 Pro officiel : une fiche technique canon pour 199 euros

Le lancement du Realme 3 Pro est désormais officiel en France. Le smartphone de l’ancienne filiale de Oppo débarque sur un segment où Xiaomi et Honor sont déjà bien installés, mais son rapport qualité-prix devrait en convaincre plus d’un de…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…