Xiaomi abandonnerait Surge, son chipset customisé développé avec TSMC

Une rumeur en provenance de Chine affirme que Xiaomi aurait décidé de ne plus investir dans le développement de son chipset personnalisé appelé Surge. Le Surge S1 a été déployé en 2017 et le Surge S2 était attendu en 2018. Mais la marque ne l’a jamais été officialisé. Elle préfèrerait maintenant se concentrer sur d’autres composants.

Xiaomi Surge S1

En 2017, Xiaomi présentait son premier chipset customisé : le Surge S1. Equipé de huit coeurs Cortex-A53 cadencés jusqu’à 2,2 GHz et d’un GPU ARM Mali-T860 MP4, le composant n’a donné vie qu’à un seul téléphone : le Mi 5C, un modèle positionné sur un segment économique avec un prix de vente inférieur à 200 euros au démarrage. Suite à ce lancement, les rumeurs affirmaient que Xiaomi travaillait avec TSMC sur un second modèle, simplement appelé Surge S2 et prévu pour 2018. Or, rien n’est venu.

Lire aussi : Oppo développerait son premier processeur appelé M1

Le site Gizmochina rapporte une rumeur en provenance du portail de microblogging chinois Weibo. Selon celle-ci, Xiaomi n’aurait plus l’intention de développer ce composant. La raison est relativement simple : le coût n’est pas à la hauteur de l’avantage économique que cela apporte. Comprenez que le développement coûte cher et qu’il est difficile à rentabiliser.

Pas coût pas suffisamment justifié

Face à une concurrence équipée de composants Qualcomm ou MediaTek, l’offre de Xiaomi n’était pas bien différente. Voilà pourquoi le Mi 5C est resté le seul à être équipé du Surge S1. Et qu’aucun autre chipset n’a suivi l’expérience. Rappelons que sur l’entrée de gamme, même Samsung et Huawei, qui produisent pourtant leurs SoC customisés (respectivement les Exynos et les Kirin), s’appuient sur MediaTek pour équiper certains smartphones très économiques. Les récents Y6s de Huawei et Galaxy A41 de Samsung en sont la preuve.

L’entreprise n’aurait cependant pas abandonné l’idée d’investir dans les composants. La même source affirme que Xiaomi travaillerait sur des technologies périphériques, mais tout aussi importante. Une connectivité Bluetooth personnalisée (comparable à celle d’Apple), un récepteur de radiofréquence, etc. Rappelons également que Xiaomi travaille sur ses propres technologies de charge rapide. En 2019, la firme chinoise a d’ailleurs investi dans une société spécialisée dans le domaine. Elle s’appelle Hypower Electronics.

Source : Gizmochina



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Xiaomi abandonne les smartphones 4G pour se concentrer sur la 5G

Xiaomi a décidé d’abandonner les smartphones 4G. La marque chinoise va désormais se concentrer sur le développement de son catalogue de smartphones compatibles avec le réseau 5G. D’ici la fin de cette année, le constructeur ambitionne d’ailleurs de lancer une dizaine…

Xiaomi : un smartphone pliable d’un nouveau genre breveté en Chine

Xiaomi réfléchit à un nouveau concept de smartphone pliable. Le constructeur vient en effet de déposer un brevet évoquant un terminal non seulement capable de se plier, mais également doté d’un appareil photo rotatif.   Xiaomi, comme tous les constructeurs…

Xiaomi lance les Black Shark 3 en France à partir de 599 euros

Black Shark, une filiale de Xiaomi, vient de lancer les Black Shark 3 et 3 Pro, une troisième génération de smartphones gaming surpuissants, en France. Sans surprise, c’est l’édition Pro qui attire tous les regards, notamment à grâce à son écran…

Redmi K30i : Xiaomi préparerait un K30 5G allégé au niveau photo

La famille Redmi K30 pourrait s’agrandir encore. Une nouvelle version du K30 5G a été croisée dans le code source d’une nouvelle version de l’application « Appareil Photo » de MIUI. Cette version serait compatible 5G, mais serait moins bien équipée au…

Xiaomi espionnerait les utilisateurs de ses smartphones via des backdoors

Xiaomi est accusé de collecter une myriade de données privées de ses clients via des backdoors. Les données seraient transférées sur des serveurs appartenant au constructeur, clame un chercheur en sécurité qui a confié au site Forbes avoir rassemblé suffisamment…