Twitter refuse une pub du gouvernement français pour respecter la loi contre les fake news

 

Twitter a décidé de refuser de promouvoir une campagne de communication du gouvernement français incitant les citoyens à s'inscrire sur les listes pour voter aux élections européennes. Le réseau social argue qu'il ne peut pas se le permettre dans le cadre de la loi relative à la manipulation de l’information, dite anti fake news, en vigueur depuis quelques mois.

twitter

Twitter a refusé de publier sur son réseau social une campagne publicitaire du ministère de l’intérieur, rapporte l'AFP. Le but de la publicité était d'inciter les Français à voter aux élections européennes qui auront lieu en mai 2019. Twitter a justifié ce rejet en expliquant ne pas vouloir enfreindre la nouvelle loi contre les fake news promulguée le 22 décembre 2018.

Twitter applique à la lettre la loi contre les fake news

La loi “relative à la manipulation de l’information” contraint les plateformes à fournir aux utilisateurs des informations sur les publicités à visée politique qu'elles diffusent. Dans ce cas, Twitter aurait dû indiquer le montant de la rémunération versée par le gouvernement au service et communiquer sur l'identité du client, ici le Service d’information du gouvernement (SIG). Sauf que Twitter ne s'est pas encore adapté et n'a aucun système en place qui permet d'afficher en toute ergonomie ces informations. La plateforme a donc décidé de repousser pour le moment n'importe quelle publicité politique.

Lire aussi : Twitter, Facebook : des députés LREM veulent imposer une pièce d’identité à la création d’un compte

“La priorité de Twitter devrait être de combattre les contenus faisant l’apologie du terrorisme. Pas les campagnes incitant à s’inscrire sur les listes électorales d’une république démocratique”, a regretté le ministre de l’intérieur Christophe Castaner. “Twitter a décidé d’avoir une politique complètement jusqu’au-boutiste qui est de couper toute campagne dite de nature politique”, a réagi la direction du SIG auprès de l'AFP. Cette dernière estime qu'il y a une différence entre “une campagne d’incitation à l’inscription au vote” et “une campagne politique ou d’un parti”.

Et estime qu'il s'agit d'un “baroud d’honneur de leur part [Twitter] pour pouvoir remettre sur la table” certains éléments de la loi anti fake news. Pour rappel, celle-ci a été mise en oeuvre afin de donner plus d'outils aux citoyens quand ils voient des publications sponsorisées à l'approche de campagnes électorales. Sur les réseaux sociaux, de nombreux contenus de désinformations sont régulièrement mis en avant par les plateformes, et auraient même servi l'élection de Donald Trump ou le “oui” pour le Brexit selon plusieurs rapport.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !