Cambridge Analytica : Twitter aussi a vendu des données, Facebook n’est plus tout seul !

Maj. le 10 novembre 2018 à 19 h 01 min

Cambridge Analytica, deuxième épisode. Après Facebook, Twitter est désormais accusé d’avoir vendu indirectement des données à la société qui aurait contribué à l’élection de Donald Trump et au référendum en faveur du Brexit. Le réseau social a avoué les faits, mais ne devrait pas provoquer un scandale de l’ampleur de celui de Facebook. Mark Zuckerberg avait même été convoqué par le Sénat américain pour s’expliquer.

twitter cambridge analytica
Crédit : Esther Vargas/Flickr

Twitter est lui aussi concerné par le scandale Cambridge Analytica, a révélé The Telegraph. Une information confirmée par le réseau social. En 2015, l’entreprise GSR avait acheté à Twitter un accès permettant d’accéder et de collecter les tweets publié sur la plateforme entre décembre 2014 et avril 2015. GSR avait effectué la même chose avec Facebook avant de transmettre les données ainsi récupérées à Cambridge Analytica. 211 000 Français ont été touchés par le scandale Facebook-Cambridge Analytica, et 87 millions d’utilisateur en tout dans le monde.

Twitter impliqué comme Facebook dans le scandale Cambridge Analytica

Facebook et Twitter vendent en fait des outils marketing destinés au ciblage publicitaire à des entreprises plutôt que des données personnelles directement. Mais dans ce cas, GSR a violé les conditions des deux réseaux sociaux en s’emparant des données pour les fournir à un tiers, en l’occurrence Cambridge Analytica, qui les a utilisées à des fins politiques. D’après le Guardian, la société a contribué de manière activé à l’élection de Donald Trump aux États-Unis et au « Oui » du référendum pour le Brexit. Twitter a annoncé qu’il bloquait désormais Cambridge Analytica, qui ne peut plus acheter d’espaces publicitaires sur le réseau.

« Nous avons mené une enquête interne et n’avons trouvé aucun accès à des données privées concernant des utilisateurs de Twitter« , a déclaré le réseau social à Bloomberg. GSR et Cambridge Analytica n’ont donc pas eu accès aux données privées des utilisateurs mais seulement aux tweets publics. De plus, Le Monde rappelle que les informations renseignées sur Twitter sont généralement moins sensibles que sur Facebook, laissant penser que le site de microblogging ne devrait pas trop en souffrir auprès de l’opinion publique. On se rappelle que dans le cadre du scandale Facebook-Cambridge Analytica, Mark Zuckerberg avait été auditionné par le Sénat américain.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !