Tinder va permettre à ses utilisateurs de vérifier si leur match a un casier judiciaire

 

Il sera bientôt de vérifier si un membre Tinder possède un casier judiciaire pour un acte de violence. L’application de rencontres a annoncé un partenariat avec Garbo, une organisation qui donne accès à ce genre de données simplement avec un nom et un numéro de téléphone. L’objectif est évidemment de protéger les utilisateurs, bien qu’elle peut restreindre de manière significative le champ d’action de certains.

Tinder
Crédits : Unsplash

Ce n’est un secret pour personne, rencontrer quelqu’un sur une application de rencontres peut s’avérer dangereux. Difficile de connaître parfaitement son crush avant le rendez-vous, et par conséquent d’avoir pleinement confiance en elle. Même si les premiers dates se passent bien, il n’est pas impossible que la personne en question se révèle être violente au sein de la relation. Tinder souhaite s’adresser au problème, en proposant à ses utilisateurs une solution pour se sentir plus en sécurité.

Il sera ainsi bientôt possible de vérifier si un autre membre de l’application possède un casier judiciaire pour violence. Pour mettre en œuvre cette fonctionnalité, Match, le groupe qui détient l’application ainsi que d’autres applications de rencontre comme OkCupid, s’est associé à Garbo, une organisation à but non lucratif qui permet d’avoir à ces informations simplement grâce à un nom et un numéro de téléphone.

Sur le même sujet — Netflix, Tinder, Deezer… Découvrez les 10 applis sur lesquelles les Français ont dépensé le plus

Tinder veut protéger ses utilisateurs des personnes violentes

« Nous pensons fermement que l’accès aux casiers judiciaires devrait être gratuit, ou du moins, à très bas prix », a déclaré Kathryn Kosmides, fondatrice de Garbo. C’est donc précisément ce qui sera fait sur Tinder. Concrètement, les utilisateurs auront accès à toutes les informations récoltées par l’organisation à savoir « les casiers judiciaires et signalements de violence ou d’abus, dont les arrestations, les détentions, les interdictions d’approcher, les harcèlements et autres crimes violents ». À noter que les crimes et délits liés à la drogue ne seront pas affichés, dans un souci d’équité entre les communautés, et que Tinder ne partagera aucune donnée personnelle autre que le nom et le numéro de téléphone à Garbo.

Tinder continue donc sur la voie tracée depuis quelques années en fournissant d’autres moyens à ses utilisateurs de se protéger contre les personnes malveillantes. Depuis 2019, l’application alerte les personnes LGBT lorsqu’elles se trouvent dans un pays hostile. L’année dernière, elle a ajouté un bouton d’urgence au cas où le rendez-vous se passe mal. Toutefois, cette nouvelle fonctionnalité ne sera pas gratuite. On ne sait pas encore quel modèle adoptera Tinder pour la rendre payante. Tracey Breeden, directrice de la sécurité, rappelle cependant que la violence est « une chose à laquelle les femmes et les communautés marginalisées font face tous les jours, pensant constamment à leur sécurité ».

Source : Fast Company



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos dernières applications !