Tinder : une enquête inédite révèle comment ses algorithmes manipulent les rencontres

Vous êtes-vous jamais demandé comment Tinder générait des matchs ? Une journaliste française a réalisé une vaste enquête qu’elle relate dans un livre. Pour l’auteure, Tinder emploie des algorithmes qui posent des problèmes d’éthique et qui reposent surtout sur l’exploitation à outrance des données personnelles.

tinder

Tinder s’est très vite imposé comme une référence sur le marché des applications de rencontre, et ce, grâce à son interface intuitive et surtout à la simplicité de son système de rencontres. Pour le commun des utilisateurs, les rencontres Tinder reposent essentiellement sur la géolocalisation et sur les critères de préférences renseignés avant de partir à la recherche de l’âme sœur. Mais il ne s’agit là que d’une fraction des facteurs dont l’application tient compte. L’intelligence artificielle est mise à contribution pour analyser une quantité importante de données et pour établir des critères parfois discriminatoires.

Une journaliste révèle la face cachée de Tinder

La journaliste Judith Duportail relate son expérience avec Tinder dans un livre dans lequel elle expose les informations qu’elle a pu obtenir sur les fameux algorithmes de l’application de rencontre. Son livre est d’ailleurs intitulé « L’amour sous algorithme ». Elle y explique par exemple que Tinder emploie un critère reposant sur l’attractivité physique ou la désirabilité dont dépendent les profils qui lui sont présentés et vice versa.

« Ça a fait un écho à un mauvais souvenir du collège quand un garçon avait attribué une note à toutes les filles de notre bande. Moi, j’avais eu 5/10. Du coup, quand j’ai compris que mon téléphone était en train de me noter, je me suis demandé comment ça se passait ».

La journaliste a pu mettre la main sur un brevet déposé il y a quelques années par Tinder. Aussi, en vertu de loi européenne sur la protection des données, elle a demandé à récupérer toutes ses données conservées par l’application de rencontre. Quand elles lui ont été envoyées, le document qui les contenait comptait plus de 800 pages. C’est dire à quel point les données personnelles pèsent dans l’équation.

« Rien qu’en ayant accès à mes likes Facebook et à ma correspondance, Tinder en sait plus sur moi que mes meilleurs amis, mes parents, mon psy si j’en avais un et moi-même ».

L’IA de Tinder déduit la personnalité d’un individu à partir de ses traces numériques sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter ou encore Isntagram). Mieux, les algorithmes attribuent même un niveau d’intelligence aux utilisateurs : « le QI d’un utilisateur, son niveau scolaire ou son niveau de nervosité générale » est déterminé rien qu’en « analysant la manière dont il écrit ». Toutes ces données sont exploitées pour favoriser le mieux possible les matchs.

« Tinder se réserve la possibilité d’étudier nos caractéristiques physiques, intellectuelles, psychologiques, en permanence, comme pour des astronautes en mission. Différence de taille : les astronautes, eux, en sont conscients », écrit la journaliste.

Lire égalementTinder : un utilisateur victime de vingt mille appels malveillants après une rupture

Au final, elle dénonce des critères qui posent à son entendement des problèmes d’éthique et surtout le manque de transparence de Tinder sur l’exploitation des données personnelles. Match Group (la maison mère de Tinder) a réagi à la publication de ce livre en affirmant que l’auteure se base sur une « interprétation fallacieuse » du brevet dont elle tire la majeure partie de ses informations.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Amazon vend de la nourriture périmée depuis 2 ans sur son site

Amazon vend de nombreux aliments périmés sur son site de e-commerce, révèle une enquête de CNBC. De nombreux vendeurs tiers commercialisent en effet à l’insu d’Amazon des brownies, du lait maternel ou des biscuits dont la date de péremption est passée depuis plusieurs…

Hadopi accuse Facebook, Twitter et YouTube de servir au piratage

La Hadopi vient de publier un niveau rapport qui met en lumière le rôle de YouTube, Facebook, Twitter ou encore Reddit dans l’ampleur grandissante du piratage. Selon l’autorité, 16% des pirates Français utilisent les réseaux sociaux pour accéder aux films,…

Chrome : Google va bloquer les faux sites HTTPS non sécurisés

Dans une prochaine mise à jour, Google Chrome va s’attaquer aux sites web présentant des pages HTTPS qui n’offrent pas les garanties de sécurité du standard. Il existe en effet de nombreuses pages web en HTTPS mais qui chargent du contenu non…

WiFi 6 : qu’est ce que c’est et à quoi ça sert ?

Le WiFi 6 commence peu à peu à s’imposer comme le standard des connexions sans fil domestiques. Mais à quoi correspond cette appellation exactement ? Quelles différences avec les autres générations de WiFi ? À quoi sert vraiment le WiFi…