Test Amazon Echo : l’enceinte d’Amazon meilleure que Google Home ?

test amazon echo google home

Maj. le 7 novembre 2018 à 18 h 23 min

La gamme Amazon Echo est enfin disponible en France. Après avoir provoqué un véritable raz-de-marée sur ses terres, le géant américain propose ses trois enceintes intelligentes sur le marché français : Amazon Echo, Echo Dot et Echo Spot. La version originale, concurrente de la Google Home, est la plus plébiscitée. Nous l’avons donc testée pour vous !

test amazon echo

Après de longs mois d’attente, l’Amazon Echo est enfin disponible en France. L’enceinte connectée concurrente de la Google Home a appris le français et compte bien s’imposer sur un marché en plein essor. C’est Alexa qui fait office d’assistante vocale et qui répondra à toutes vos questions. Amazon s’appuie sur ses services et ses partenaires pour proposer une expérience complète (multimédia, intéractions, domotique, commandes en ligne etc.). A l’instar de la Google Home, l’Amazon Echo est très abordable : 50 euros à son lancement puis 100 euros. Suffisant pour faire oublier la Google Home ? Nous avons utilisé l’Amazon Echo pendant plusieurs jours. Réponses dans notre test complet.

Notre test vidéo d’Amazon Echo

Design de l’Amazon Echo

Vous aimez la Google Home, vous allez adorer l’Amazon Echo. L’enceinte connectée du géant américain est particulièrement séduisante. Cylindrique et plus compacte que la Google Home, l’Echo est aussi plus élégante. Sa petite robe en tissu permet de la positionner un peu partout. J’ai eu l’embarras du choix pour l’intégrer à mon mobilier durant le test. Petit bonus, l’enceinte peut s’adapter à tous les styles de déco intérieure. Lors de l’achat, le consommateur a le choix entre trois coloris : gris clair, gris anthracite et noir (notre unité de test). En option, Amazon propose des coques plus haut de gamme. Nous aimons particulièrement celles avec un revêtement en bois (noyer et chêne) vendues 26 euros.

Le dessus de l’appareil accueille quatre boutons mécaniques. Deux permettent de contrôler le volume, un bouton désactive le micro, le dernier permet de poser une question à Alexa sans prononcer son nom. Sept micros ont été intercalés entre tous ces boutons. Un anneau de LED entoure ces touches de contrôle. Il permet simplement de donner des indications sur l’état de l’enceinte : en orange elle est déconnectée, en rouge si le micro est éteint, en bleu s’il est allumé.

test amazon echo led

A l’instar de la Google Home, l’Amazon Echo est dépourvue de prise Ethernet. D’ailleurs comme sa rivale, l’enceinte d’Amazon ne s’encombre pas de connectiques. Un port pour l’alimentation et… une sortie jack 3.5mm pour relier Echo à un système audio. On apprécie le geste. Le sans fil reste toutefois au coeur de l’expérience Echo. Bonne surprise, l’enceinte va plus loin que sa rivale puisqu’elle permet d’utiliser le bluetooth en émission. Cela signifie que vous pouvez écouter sur vos enceintes et casques bluetooth les contenus provenant de l’Amazon Echo. Pour les amateurs de bidouille, il est possible d’ouvrir l’enceinte pour découvrir deux haut-parleurs : un woofer de 63mm et un tweeter de 16mm.

test amazon echo jack

Comme Google, Amazon a souhaité simplifier au maximum la phase d’installation. Une fois l’enceinte branchée, l’utilisateur doit télécharger l’application Amazon Alexa disponible sur iPhone et Android. En moins de 5 minutes on installe l’enceinte, on apprend les différentes formules permettant d’interagir avec Alexa et on configure les objets connectés de la maison. L’Amazon Echo est prête, c’est parti !

Reconnaissance vocale

Avec sept micros pour l’Amazon Echo contre deux seulement pour la Google Home nous nous attendions à une meilleure reconnaissance vocale de l’enceinte d’Amazon. Que nenni ! Ici il faut interpeller l’enceinte en prononçant « Alexa ». Malgré le nombre important de micros, Alexa a bien du mal à nous reconnaître. Si les micros sont bien omnidirectionnels, ils éprouvent beaucoup de difficultés à filtrer les perturbations sonores. Nous avons placé notre Amazon Echo juste à côté de notre Google Home pour un comparatif plus juste. C’est donc dans mon salon que trône le petit joujou. L’enceinte d’Amazon a du mal à s’adapter aux environnements bruyants. Le brouhaha d’une soirée entre amis suffit à déstabiliser l’enceinte qui distingue nos injonctions de manière très aléatoire. Le son provenant de l’enceinte elle-même a tendance à la perturber. Ecoutez une musique à 50% du volume et Alexa ne répond plus de rien. Si vous placez l’enceinte près de votre TV, attendez-vous également à ce qu’elle s’active toute seule.

Dans l’ensemble, malgré ses deux petits micros omnidirectionnels, la Google Home est bien plus efficace que l’Amazon Echo. Si elle présente les mêmes défauts propres aux enceintes connectées, la Google Home gère mieux les bruits ambiants. Elle reconnaît également toutes les voix alors que l’Amazon Echo semble être plus sensible aux voix aigües et féminines. Si vous avez une voix grave, attendez-vous à hausser le ton plus souvent pour vous faire comprendre.

Qualité audio de l’Amazon Echo

La principale critique faiter à la Google Home est sa qualité audio médiocre. Nous sommes au regret de vous annoncer que l’Echo d’Amazon ne fait pas beaucoup mieux. Au delà de 50% du volume le son commence à saturer. On distingue beaucoup de distortion, des aigus criards, des médiums grésillants et des basses avec « effet de caisse ». Comme la Google Home, l’Amazon Echo ne sera pas votre enceinte audio principale. En revanche elle a un avantage certain sur sa concurrente : elle dispose d’un port jack 3.5mm qui lui permet d’être raccordée à une solution audio tierce. Compatible bluetooth en émission, il est également possible de lier l’Amazon Echo à un accessoire audio bluetooth. Autrement dit, si l’enceinte d’Amazon a une qualité de son très moyenne, vous pouvez choisir de la connecter à une autre sortie audio de meilleure qualité.

test amazon echo design

L’Amazon Echo sera en revanche tout à fait convenable pour l’écoute de la radio ou de podcasts par exemple. D’ailleurs Amazon a tissé des partenariats avec les plus grands médias français pour diffuser leurs contenus. J’y reviendrai. Les interactions avec Alexa sont très fluides. A condition d’avoir une bonne connexion internet. Le temps de réaction d’Alexa s’allonge si la connexion est moyenne ou faible. Le plus surprenant reste la voix d’Alexa qui est métallique, monochorde et assez déprimante. Contrairement à Google Assistant, il ne fait aucun doute qu’Alexa (malgré son joli prénom) est bien une machine. Laissons toutefois un peu de temps aux équipes françaises pour améliorer ce point. Comme tout être humain, les assistants intelligents ont toujours des petites difficultés lorsqu’ils viennent d’apprendre une langue.

Comme la Google Home, l’Amazon Echo vous accompagne au quotidien, de votre réveil jusqu’à ce que vous tombiez dans les bras de Morphée. Toutes les fonctionnalités classiques sont au programme : minuteur, réveil, météo, programme TV, flash info etc. Alexa peut répondre à des questions de culture générale. Elle se permet même quelques petites boutades. Demandez-lui ses pronostics pour la Coupe du Monde 2018 : évidemment la France est championne. Le résultat dépend tout simplement de la langue d’Alexa. C’est rigolo, on fait marrer les potes cinq minutes et puis on a quand même envie qu’elle serve à quelque chose cette enceinte connectée.

Une journée avec Amazon Echo

Avant de pouvoir profiter pleinement d’Amazon Echo, il faut installer l’application sur son smartphone ou sa tablette. La configuration se fait en un éclair. Amazon propose un magasin de « skills » (200 au total). Il s’agit d’une sorte de boutique d’applications. Les services des partenaires de l’américain y sont répertoriés par catégories. Il suffit de les activer pour se constituer une liste de favoris. L’enceinte les lancera en priorité lorsque vous lui demanderez quelque chose. Par exemple si vous demandez un flash info et que vous avez présélectionné France Inter, c’est le flash de France Inter qui sera diffusé.

Pour faciliter l’utilisation, Amazon propose des « routines ». Il s’agit de scénarios que l’on peut se constituer selon les moments de la journée. Par exemple, vous pouvez configurer une routine sur l’injonction « Alexa, bonjour ». Vous pouvez demander à l’assistant de vous donner la météo, de diffuser le flash info puis de lancer la musique. Si votre maison/appartement est équipé d’objets connectés, vous pouvez aussi lui demander d’allumer la lumière de la salle de bain (avec des Philips Hue) et de lancer la machine à café (grâce à une prise connectée).

On regrette en revanche que l’Amazon Echo n’intègre aucune « skill » pour les rappels, l’agenda etc. On ne peut donc pas demander le programme de la journée à Alexa tous les matins. Une fonction devenue indispensable sur ma Google Home. Amazon assure qu’une compatiblité avec les services de Google serait intégrée rapidement. On a hâte.

Domotique

La domotique est la grande force de l’Amazon Echo. La puissance du géant américain lui a permis de sceller des partenariats avec de nombreux acteurs du marché des objets connectés : thermostats (Netatmo), lumières (Philips Hue), prises (TP-Link) et interrupteurs (Legrand), tout ou presque est disponible. Et il ne fait aucun doute que l’entreprise va développer ces partenariats. Combinées aux routines, toutes ces technologies permettent d’entrevoir concrètement l’avenir de la maison connectée. Certes cela peut représenter un petit budget, mais l’expérience peut être vraiment bluffante.

J’ai par exemple équipé mon appartement de lumières Philips Hue, d’un thermostat Netatmo, d’interrupteurs Legrand et d’une prise connectée. J’ai pu créer des routines pour plusieurs moments de la journée : le matin, lorsque je rentre chez moi, ou lorsque je vais me coucher. En une phrase, il est possible de tout automatiser. Par exemple lorsque je rentre le soir  après le coucher du soleil, il me suffit de dire « Alexa, je suis rentré » et les volets se ferment, la lumière s’allume et le chauffage se met à la température souhaitée. Apple propose la même expérience avec Homekit, et Google avec Home. Mais les possibilités sont plus poussées avec l’Amazon Echo.

Multimédia

L’expérience multimédia est en revanche plus limitée avec l’Amazon Echo. Les services de musique en streaming sont moins nombreux que sur la Google Home : seuls Spotify, Deezer, Amazon Music Unlimited et Prime Music sont compatibles. Les abonnés Google Play Music et Apple Music ne peuvent donc pas profiter de leurs services en interpellant Alexa. Limitation également pour l’expérience vidéo. Nous avons cherché en vain Netflix ou OCS dans les services de vidéo compatibles. Il est impossible de lancer ces services de vidéo via l’Echo. La Google Home, elle, peut lancer automatiquement une série via un Chromecast. Amazon propose pourtant son FireTV Stick, une alternative au dongle de Google. Mais aucune compatibilité non plus ici. Pour le coup, Google a une sacrée longueur d’avance sur l’expérience multimédia.

test amazon echo multimedia

Notons tout de même l’excellente intégration des radios françaises. Amazon a développé des partenariats avec les grands médias. Et pour les radios non partenaires, TuneIn est parfaitement intégré et permet donc d’accéder à toutes les radios. En revanche, au quotidien, l’accès est un peu fastidieux puisqu’il faut toujours dire (prenons l’exemple de France Inter) « Alexa, lance France Inter » puis « Alexa, lance la bande originale ». On aurait aimé pouvoir dire « Alexa, lance la bande originale sur France Inter ». Dommage.

Appeler et envoyer des messages

L’Amazon Echo intègre une fonctionnalité absente de la Google Home : les appels et l’envoi de messages. Avec l’enceinte Spot (avec écran), il est même possible de passer des appels vidéo, le tout en VOiP. Problème : ce service est limité aux utilisateurs d’Echo. Seuls les détenteurs d’une enceinte Echo ou les utilisateurs de l’application Alexa peuvent être contactés. Il est possible de lire les messages au sein de l’application. Les appels, eux, s’effectuent d’Echo à Echo, de l’application à Echo ou d’appli à appli via la VOiP. On est donc loin d’une solution universelle, mais c’est un bon début.

Pour ceux qui possèdent plusieurs enceintes, Amazon a développé une fonctionnalité très sympathique : Drop In. Il s’agit d’une sorte de fonction talkie-walkie qui permet de communiquer d’enceinte à enceinte. Par exemple mesdames, vous pouvez demander depuis votre canapé à votre mari (qui repasse à l’étage) de vous ramener une bière pendant un match de Coupe du Monde.

Commander en ligne… sur Amazon

Amazon c’est avant tout le plus grand distributeur en ligne (merci Captain Obvious). Le géant américain met donc en avant la possibilité de commander sur sa plateforme en le demandant tout simplement à Alexa. Sur le papier cela semble impressionnant, en pratique cette fonction pose quelques problèmes. Le premier est que tout le monde ne peut pas en profiter. Seuls les utilisateurs disposant d’un compte Prime peuvent commander via l’Echo. Pas de petits profits chez Amazon puisque techniquement l’enceinte enregistre notre adresse et nos informations personnelles même sans compte Prime.

De toute façon ce n’est certainement pas cette fonction qui poussera les utilisateurs à s’abonner à l’offre Prime. Les commandes passées via Alexa sont tellement aléatoires que l’on revient à la méthode traditionnelle. Si vous demandez à Alexa de commander des produits que vous achetez régulièrement, ou si vous décrivez précisément le produit que vous souhaitez commander, le système fonctionne plutôt bien. En revanche, si vous faites une demande plus générale du type « Alexa, commande un T-shirt blanc » le produit mis dans le panier peut ne pas être un T-Shirt. Et comme il faut checker à chaque fois, on finit par commander directement sur le site ou l’application mobile. Il y a donc encore pas mal de travail pour optimiser cette fonctionnalité.

test amazon echo domotique

Prix et date de sortie

La gamme Amazon Echo est disponible en précommande. Les enceintes Echo et Echo Dot sont livrées à partir du 13 juin 2018. L’enceinte Echo Spot (avec écran) sera livrée dès le 23 juillet 2018. Voici les prix des trois enceintes intelligentes d’Amazon :

  • Amazon Echo : 49,99 euros en précommande puis 99,99 euros
  • Amazon Echo Dot : 29,99 euros en précommande puis 59,99 euros
  • Amazon Echo Spot : 64,99 euros en précommande puis 129,99 euros

Amazon Echo meilleure que Google Home ?

Faut-il acheter l’Amazon Echo plutôt que la Google Home ? Tout dépend des besoins de chacun. Si l’expérience multimédia est importante pour vous, la Google Home sera bien plus intéressante : tous les services de streaming audio sont compatibles, les services de streaming vidéo également, et il est possible de contrôler sa TV par la voix grâce au Chromecast. Autre atout, la Google Home intègre tous les services du géant de Mountain View (agenda, Maps etc.) ce qui n’est pas encore le cas de l’Echo.

Dans l’ensemble, Google Assistant est également plus « humain » qu’Alexa même si son nom est moins sexy. Les interactions sont plus fluides, et la Google Home gère mieux les bruits ambiants. Pour le moment Alexa est un peu déprimante, et sa voix robotique ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une machine. L’obligation de demander à Alexa de lancer un service avant d’interagir est assez agaçant au quotidien. Avec la Google Home, il suffit de dire « Ok Google, mets de la musique » et notre service de streaming favoris se lance. Avec l’Amazon Echo il faut d’abord demander « Alexa, lance Spotify ».

test amazon echo gamme

L’Amazon Echo surclasse l’enceinte connectée de Google sur deux critères : la qualité audio et la domotique. L’Echo ne remplacera pas une vraie enceinte mais la qualité est tout de même légèrement meilleure que celle de la Google Home (pas très difficile). Surtout, l’Amazon Echo permet de diffuser du son sur un système audio externe via une prise jack ou le bluetooth. Un vrai confort au quotidien pour l’écoute de musique.

Amazon a également profité de son énorme portefeuille de partenaires pour optimiser l’expérience de la maison connectée. Si la Google Home fait déjà du bon travail, l’Amazon Echo est encore plus efficace. La domotique c’est son truc. Les « skills » et les « routines » permettent de profiter en 2018 d’une maison entièrement connectée. Du thermostat, aux lumières en passant par les volets et même la machine à café, il est possible de tout automatiser chez soi. Une simple phrase suffit. Si la concurrence propose aussi cette expérience, elle est bien plus ergonomique et complète avec l’Amazon Echo.

Les dernières infos sur l’Amazon Echo :

Posts not found

Notre avis sur Amazon Echo

L'Amazon Echo est-elle la meilleure enceinte connectée du marché ? Non, loin de là. La qualité audio est très moyenne, la reconnaissance vocale doit être améliorée et Alexa n'est pas très chaleureuse. Pour l'expérience multimédia, Google Home fait beaucoup mieux et se montre plus réactif. Surtout l'enceinte d'Amazon a plus de mal à s'adapter aux bruits ambiants. Néanmoins, Amazon a eu de bonnes idées et a su profiter de ses atouts. Amazon Echo est bien plus sexy que Google Home et peut être intégré facilement à n'importe quelle déco. Il est également possible de palier la qualité moyenne du son en connectant un système audio en filaire ou en bluetooth. Les partenariats signés avec les grands acteurs des médias permettent à Amazon de proposer une belle expérience de la radio et des podcasts. C'est aussi son atout majeur pour proposer la meilleure expérience domotique à l'heure actuelle grâce aux "skills" et aux "routines" particulièrement faciles à configurer. Sa puissance permet également à Amazon de proposer son enceinte Echo à un prix très abordable ! Pour une première expérience de la maison connectée Amazon Echo souffre encore de quelques défauts qui la classent un cran en dessous de Google Home. Mais si vous préférez l'Echosystème, foncez chez Amazon !

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
Test de l’Asus ROG Phone : le vrai smartphone gaming, c’est lui !

Né d’un poisson d’avril en 2016, l’Asus ROG Phone débarque sur le marché français. Le constructeur a conçu le smartphone gaming de l’extrême. Tout ou presque sur le papier est réuni pour proposer la meilleure expérience de jeu sur smartphone. Mais qu’en est-il en réalité ? Réponse dans notre test complet !

Test du Oppo RX17 Pro : le presque OnePlus 6T

Après un Oppo Find X accueilli en demi-teinte, le Oppo RX17 Pro s’attaque au marché des smartphones haut de gamme à moins de 600 euros. Il affiche beaucoup de similitudes avec le OnePlus 6T, mais est-il à son niveau ? Nous avons pu utiliser le Oppo RX17 Pro pendant plusieurs jours. Découvrez notre test complet !

Test Xiaomi balai aspirateur Jimmy JV51 : la réponse à Dyson

L’heure du test a sonné pour le Xiaomi Jimmy JV51. Cette fois nous avons affaire pour la première fois à un balai aspirateur. Nous avons là un concurrent direct des appareils ménagers Dyson pour un prix plus accessible. Alors que vaut…

Test du Blackberry KEY2 LE : le clavier physique à petit prix

Blackberry persiste et signe avec le clavier physique. Après l’excellent KEY2, le constructeur lance le KEY LE, une version light de son modèle haut de gamme. Le petit nouveau ressemble comme deux gouttes d’eau à son grand frère mais est proposé à un prix plus abordable. Que vaut le smartphone à clavier physique à petit prix ? Réponse dans notre test complet.