Tesla Model 3 : l’Autopilot n’est pas responsable de ce grave accident en 2020

 

La justice a tranché : ce n’est pas l’Autopilot qui a causé un grave accident ayant eu lieu l’année dernière. Au moment des faits, le conducteur avait bel et bien activé l’option, mais l’enquête a révélé qu’il a appuyé sur la pédale, faisant ainsi accélérer la voiture jusqu’à une vitesse de 177 km/h.

Tesla
Tesla Model 3. Crédits : Unsplash

Avec son Autopilot, Tesla est sur le point de révolutionner l’industrie de l’automobile. Mais dans le même temps, son système crée de nombreuses inquiétudes. Peut-on vraiment faire confiance à une IA pour rouler en toute sécurité ? La question se pose, car cette dernière est encore loin d’être au point, malgré son déploiement global. En d’autres termes, si le dispositif est clairement capable d’éviter les accidents, il est dangereux de se reposer entièrement sur lui.

On en veut pour preuve les multiples crashs dans lesquels l’Autopilot a été impliqué ces dernières années. Et les conséquences peuvent être gravissimes, comme pour ce conducteur qui a complètement détruit une voiture de police. Le phénomène étant loin d’être anodin, les États-Unis ont lancé une série d’enquêtes visant à déterminer si, oui ou non, l’Autopilot présente un risque pour les usagers.

L’Autopilot n’est pas toujours responsable dans les accidents

Ce 16 novembre, la National Transportation Safety Board (NTSB) a présenté la conclusion d’une de ces enquêtes, et cette dernière est plutôt rassurante. En août 2020, un conducteur au volant de sa Model 3 heurte deux véhicules sur l’autoroute. Le conducteur, ainsi que sa femme, sont morts des suites de leurs blessures. Au moment du crash, l’Autopilot était activé.

Sur le même sujet : Tesla Autopilot — le système de conduite autonome devancé par Cadillac dans un test

Après investigation, la NTSB a découvert que le pilote a en réalité appuyé sur la pédale d’accélération, faisant grimper la voiture à 177 km/h au moment de la collision. Qui plus est l’Autopilot a envoyé des alertes à plusieurs reprises du fait que le conducteur n’avait pas ses mains sur le volant. Enfin, le système a même tenté d’éviter l’accident en déclenchant le freinage d’urgence, qui n’a malheureusement pas suffi.

Malgré quelques failles, force est de constater que l’Autopilot remplit ses promesses. La conclusion de l’enquête rappelle que ce dernier n’est qu’une aide à la conduite et en aucun cas un véritable pilote automatique. On vous conseille donc d’éviter de faire la sieste au volant.

Source : InsideEVs



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !