Spotify, Amazon Music, YouTube : les artistes réclament plus d’argent par chanson écoutée

 

Alors que les plates-formes de streaming sont devenues le principal moyen d’écouter de la musique, les artistes, notamment les nouveaux talents, évoquent de plus en plus leurs difficultés à vivre de leur travail. Alors qu’une enquête est ouverte au Royaume-Uni sur le modèle économique de la musique et du streaming, ils réclament une revalorisation du paiement par chanson écoutée. Sous peine de voir la pluralité de la musique s'éteindre.

musique streaming enquete reversement
Crédit : Unsplash

En octobre dernier, la commission parlementaire britannique DCMS (en charge du numérique, de la culture, des médias et du sport) a annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’impact économique des plates-formes de streaming sur le marché de la musique. Et notamment sur les revenus que les artistes touchent de leur travail.

Lire aussi – Comparatif service de streaming musical : Spotify, Deezer, YouTube Music, Amazon Music, quel est le meilleur ?

La commission britannique rappelle plusieurs points qui ont motivé cette enquête. Le streaming génère plus de 50 % des revenus du marché de la musique. Il est aujourd’hui le moyen de contact privilégié entre le consommateur et l’artiste. Au Royaume-Uni, le streaming musical représentait en 2019 un chiffre d’affaires d’un milliard de livres sterling, pour 114 milliards de chansons streamées. Sur cette somme, seuls 13 % vont aux artistes (chanteurs, groupes, compositeurs, auteurs).

En 2020, la situation est certainement plus accentuée encore. Le confinement, également imposé aux Britanniques, a favorisé une augmentation de l’audience des plates-formes de streaming musical, au détriment des autres formes de diffusion. En outre, les artistes n’ont pu organiser des concerts ou participer des festivals. Si bien que les seuls revenus proviennent du streaming.

Les reversements des plates-formes sont horribles

Depuis un mois, la commission interroge les professionnels de la musique, notamment les artistes. Un article publié sur le portail de la BBC rapporte les propos tenus par certains d’entre eux auprès des parlementaires de la commission. Tous expliquent que les reversements des plates-formes de streaming sont « assez horribles ». Spotify, leader mondial, paie entre 0,22 centime et 0,43 centime (nous parlons bien de centime d’euro). Apple Music paie 0,66 centime par chanson. Et YouTube ne débourse que 0,06 centime.

Quand un artiste réalise plusieurs millions de streams par mois, les revenus sont relativement confortables. Mais que se passe-t-il pour tous les artistes plus confidentiels, ceux qui n’intègrent pas les playlists les plus populaires, ou encore les nouveaux artistes qui présentent leurs premières productions ? La situation est beaucoup plus délicate. Interrogé par les parlementaires britanniques, Ed O’Brien, guitariste du groupe Radiohead, explique qu’un jeune talent ou un nouvel artiste aura beaucoup de difficulté à vivre de son travail.

Nadine Shah, artiste britannique, ajoute que les revenus des artistes en provenance du streaming ne permettent pas de pérenniser la situation financière des musiciens, des chanteurs, des compositeurs et des auteurs, mais que ces derniers se taisent pour éviter de froisser les majors et les plates-formes de streaming : « Ils craignent d’être supprimés des playlists les plus recommandées s’ils en parlent ». Gay Garver, chanteur du groupe pop britannique Elbow et compositeur, va plus loin : « les plates-formes de streaming représentent une menace pour l’avenir de la musique ».

Une menace pour la pluralité de la musique

Des propos qui ont fait le tour des médias et des réseaux sociaux et qui ont dû irriter quelques personnes. À tel point qu’il a dû s’expliquer à plusieurs reprises sur son compte Twitter expliquant que les plates-formes de streaming sont d’une importance cruciale pour la musique : ils ont contribué à une baisse considérable du piratage musical et permettent aux artistes d’être rémunérés. « Le streaming a sauvé la musique du piratage », martèle-t-il sur Twitter.

Il confirme en revanche que l’équilibre économique doit être plus juste pour les musiciens. Sans eux, pas de musique. Et si seuls les plus importants parviennent à vivre de leur passion, cela réduira considérablement la richesse de l’offre musicale. Et c’est certainement cela qu’il a voulu expliquer : comment la musique arrivera-t-elle à se renouveler si les jeunes talents ne peuvent pas émerger ? « Nous avons une chance aujourd’hui de rendre le système plus juste », estime-t-il dans un autre tweet. Reste à savoir si les plates-formes de streaming seront prêtes à partager davantage.

Il y a un an et demi, le régulateur américain en matière de redevance et de royalties, décidait d'augmenter le reversement accordé aux artistes par les plates-formes de streaming. Une augmentation très forte de 44 %, certainement pour marquer les esprits. Spotify, Google, Amazon et Pandora, refusaient alors d'appliquer cette décision du régulateur. Seule Apple acceptait alors de s'y soumettre.

Source : BBC



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !