Rape Day : quand Steam laisse passer un jeu vidéo sur le viol

Steam est sous le feu des critiques pour avoir laissé traîner un jeu pour le moins étrange sur sa plateforme. Rape Day est un jeu vidéo qui permet aux joueurs de se mettre dans la peau d’un violeur et de commettre des crimes en série. Si les contenus à caractère violent ne sont pas rares dans l’industrie du jeu vidéo, Rape Day semble être allé un peu trop loin.

Rape Day Steam

Le 19 février dernier, la boutique de Steam a accueilli un nouveau jeu assez particulier. Développé par un studio indépendant du nom de Desk Plant, Rape Day permet aux joueurs d’incarner un tueur en série qui enlève et viole des femmes dans un univers apocalyptique. Rape Day qui signifie littéralement « Journée du viol » pouvait être facilement retrouvé sur Steam, étant référencé autour des mots-clés « viol », « sexe non consensuel », « agression sexuelle », etc.

Pire, la description était parfaitement à l’image du caractère sombre du jeu. Elle invite en effet les joueurs à « sauter les préliminaires et à savourer leur Journée du Viol », journée qu’ils auraient « bien mérité ».

Sous le feu des criques, Steam retire le jeu Rape Day de son catalogue

Pourquoi Valve a-t-il laissé ce jeu apparaître sur Steam ? La question mérite d’être posée, d’autant que la firme procède à un contrôle des contenus distribués sur sa plateforme. Chose étonnante : Rape Day a visiblement été signalé très tôt, ce qui a conduit le développeur à supprimer une scène qui laissait voir un bébé en train d’être tué par un zombie.

Dans une discussion lancée sur Reddit, des internautes s’étonnent du fait que cette scène ait été supprimée, mais que l’orientation globale du jeu n’ait pas été jugée suffisamment répréhensible par Valve qui accepte une telle publication sur Steam. Pour comprendre cette tolérance, il faut se référer à un article publié en juin 2018 par un responsable de la plateforme.

Évoquant les jeux à polémique touchant des sujets tels que « la politique, le sexe, le racisme, le genre, et la violence », il explique que « suivant le pays ou l’État, la définition juridique de ces sujets peut être trop vaste ou trop vague pour permettre à Valve d’éviter de prendre des décisions subjectives et interprétatives ». Autrement dit, la plateforme justifie la publication de certains contenus inappropriés par la diversité des contextes juridiques d’un pays à un autre.

Mais ce n’est pas tout : elle affirme également défendre le principe selon lequel les gens ont le droit de « créer et de consommer les contenus de leur choix » et que ceux-ci ne doivent en aucun cas être considérés comme des contenus reflétant les valeurs de Valve. Comprenez par là que la plateforme se base sur une approche consistant à tout autoriser sur le Steam Store, tout en se dédouanant de toute responsabilité, à l’exception des éléments qu’elle juge illégaux.

Malgré cette défense qui semble ficelée pour justifier tout contenu publié sur Steam, Valve a décidé de retirer le jeu Rape Day de son catalogue. Actuellement, il n’est plus accessible sur le store de la plateforme.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Stadia : Google donne de nouveaux détails sur les jeux exclusifs

Stadia disposera de ses propres jeux exclusifs. Un des responsables de Google explique dans une interview pourquoi ces exclusivités sont fondamentales pour le succès du service, et ce que cela signifie au vu de la puissance de calcul disponible dans…