Maj. le 3 décembre 2019 à 10 h 03 min

Alors que Google ne se contentait que d’un seul capteur à l’arrière de ses smartphones, le Pixel 4 innove avec un double capteur photo. Ce qui nous conduit à une question simple : les autres modifications apportées à la partie photo sont-elles suffisamment à la hauteur pour envisager d’abandonner le Pixel 3 ?

Pixel 3 pixel 4 photo

Le Pixel 4 arrive en France avec une toute nouvelle partie photo et, en particulier, un double capteur à l’arrière de l’appareil. Nouveau chez Google, certes, mais pas vraiment révolutionnaire non plus dans la mesure où la concurrence s’est pour sa part déjà lancée dans la multiplication des capteurs.

Même si l’on peut constater que Google a souvent un train de retard, le fabricant propose néanmoins un des traitements logiciels parmi les plus efficaces et les plus pertinents qui soient. Preuve en est le Pixel 3 intronisé « roi de la photo » l’année dernière, qui a illustré cette excellence de la plus belle des manières avec un mode nuit au-dessus du lot, un piqué parfait et une colorimétrie plutôt fidèle. 

Le Pixel 4 débarque un an plus tard en se voyant confier la noble et lourde tâche de perpétuer la tradition. Pas avec une avalanche de trois, quatre ou cinq « yeux » comme on aurait pu s’y attendre, mais avec simplement deux capteurs. 

Stabilisés de manière hybride (optique + électronique), ces capteurs sont, pour le principal, un grand-angle de 12,2 mégapixels qui ouvre à f/1.7 – équivalent à un 28 mm – et un secondaire – équivalent à un 45 mm – de 16 mégapixels qui propose un zoom optique x2 et qui ouvre à f/2.4. 

Nous nous sommes donc concentrés sur l’évaluation et les tests de la partie photo de ces nouveaux smartphones qui partageaient la même configuration. Nous avons alors opposé ce nouveau Pixel 4 à son prédécesseur le Pixel 3 qui reste à ce jour une référence en la matière et qui, soit dit en passant, est parvenu encore récemment à dominer le OnePlus 7T et son triple capteur.

Double exposition

Une des principales nouveautés du Google Pixel 4 réside dans le choix offert à l’utilisateur de pouvoir débrayer manuellement la luminosité et le contraste lorsqu’il prend une photo. Comme on peut le voir dans l’exemple ci-dessous, il lui est ainsi plus aisé de gérer un contrejour en augmentant la lumière. La photo à été prise en fin de journée et révèle beaucoup plus de détails avec le Pixel 4, sans pour autant faire de compromis au niveau du contraste. Pour résumer, on y retrouve toujours les zones les plus sombres, mais la scène est au global mieux éclairée.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Lumière colorée

Faire une prise de vue d’un sujet ou d’une scène éclairée par une lumière colorée est toujours un exercice à risque. Après avoir analysé la scène de manière logicielle, le Pixel 3 a plutôt tendance à supprimer la couleur diffusée par l’éclairage. Dans la scène ci-dessous le mobilier est blanc mais l’éclairage est rosé. On peut constater que le résultat n’est vraiment pas convaincant, aussi bien avec le Pixel 4 qu’avec le Pixel 3.

Là où le premier essaie de gommer la couleur projetée par l’éclairage avec un rendu assez terne, très différent de la scène réelle, le second fait un peu mieux et ne tombe pas dans ce piège. La lumière rose reste néanmoins trop prononcée. Les malles paraissent presque orange, ce qui n’est absolument pas le cas dans la réalité.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

La colorimétrie

Concernant la colorimétrie, le Pixel 4 et le Pixel 3 jouissent de caractéristiques à peu près équivalentes avec un rendu satisfaisant reflétant plutôt bien la réalité. Et même si l’on peut regretter que le Pixel 3 produise une saturation un peu trop élevée, il offre plus de détails par le biais d’un contraste plus prononcé. 

Google Pixel 4

Google Pixel 3

La balance des blancs

Sur les deux prises de vues qui suivent, on peut distinguer une différence de teinte de la façade de l’immeuble, entre le Pixel 4 et le Pixel 3. 

Alors que le premier ne produit pas un blanc vraiment pur en ayant trop tendance à réchauffer la couleur, le second (Pixel 3) se révèle plus juste sur ce point avec, par exemple, un ciel plus bleu sur la partie supérieure de la prise de vue.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Bien que le Pixel 4 ait tendance à un peu trop éclairer les photos, cette caractéristique peut parfois produire un résultat pertinent. Sur la première photo ci-dessous, on peut constater que la balance des blancs est parfaite et que le rendu global est bon. Le bleu de la façade est en revanche plus clair que ce qu’il est en réalité. Quant au Pixel 3 (seconde photo ci-dessous), on peut observer une balance des blancs qui tire clairement vers le jaune. 

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Le défaut du zoom

Nous avons noté un problème de réglage avec le téléobjectif du second capteur dont est équipé le Pixel 4 car au-delà d’un grossissement 1.8x, l’appareil bascule automatiquement sur celui-ci. Ce qui a pour effet de modifier la balance des blancs et de conduire à une perte de cohérence. Comme on peut le constater sur les photos ci-dessous, le sol (parquet) est sensiblement plus saturé avec le capteur principal sans zoom (photo 1) qu’avec le capteur secondaire avec zoom (photo 2) et à première vue, le rendu de la seconde photo semble plus réaliste.

Après avoir exposé ce point précis à Google lors de la présentation du Pixel 4, le fabricant nous avait informés qu’il s’agissait d’un problème logiciel qui pourrait être réglé par l’intermédiaire d’une mise à jour. Cette potentielle mise à jour n’a, pour le moment, pas encore été proposée.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Zoom optique vs. zoom numérique

Après avoir comparé le zoom numérique du Pixel 3 avec le zoom optique du Pixel 4, en x2 pour chacun d’eux, nous avons pu constater que les résultats présentaient deux teintes différentes. Avec le Pixel 3, le rendu de la façade en arrière-plan est mieux respecté alors qu’il est, selon nous, trop chaud avec le Pixel 4. Comme on peut le voir sur la photo prise avec ce dernier, les feuilles produisent un effet presque réfléchissant, ce qui semble être une conséquence de l’éclaircissement de la scène. 

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Luminosité automatique

Sur la prise de vue suivante, la fonction de luminosité automatique du Pixel 4 apporte un indéniable plus en boostant l’ensemble de la scène et, en particulier, la mosaïque qui compose le fantôme. Le rendu est meilleur que celui obtenu avec le Pixel 3 (seconde photo), plus sombre à cause d’un léger contre-jour. Le Pixel 3 ne souffre pas non plus la comparaison en ce qui concerne le gain de détails des joints de la cheminée en briques rouges (à gauche, en haut).

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Mode portrait

En mode portrait, le Pixel 4 est très clairement au-dessus de son prédécesseur en parvenant à capter parfaitement la fleur dans son ensemble – y compris les feuilles et la tige – et ce, même si elle ne se situe pas dans la zone de mise au point. On note également que le contraste y est plus mesuré qu’avec le Pixel 3 qui propose moins de détails des pétales et un relief atténué. Avec ce dernier, on voit la fleur, et seulement la fleur.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Les selfies

Étrangement, les selfies sont inversés avec le Pixel 4. La statue en arrière-plan était en fait de l’autre côté, comme on peut le voir sur la prise de vue réalisée avec le Pixel 3.  Au niveau de la colorimétrie, le Pixel 4 s’en tire néanmoins bien mieux avec, par exemple, un meilleur rendu de la peau, moins terne et plus naturel et plus rosé qu’avec le Pixel 3, ou elle tire un peu plus vers le jaune. 

Pixel 4

Pixel 3

Mode nuit

En mode nuit, les deux modèles de Pixel produisent des clichés de qualité sensiblement équivalente présentant très peu de différences. On remarque cependant une inégalité entre les balances de blanc, qui tend sur le vert avec le Pixel 3 et sur le rouge avec le Pixel 4.  Ce dernier appréhende également mieux la définition générale dans le cas d’une scène complexe, ainsi que les lumières distantes. Sur la première photo (Pixel 4) l’image est parfaitement lisible, quel que soit le plan alors que sur la seconde (Pixel 3), les immeubles au premier plan le sont moins. 

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Photo de feuilles dans le noir

Les photos suivantes représentant des feuilles de lierre prises dans un noir quasi complet avec pour seule source de lumière un éclairage public à dominante jaune et assez éloigné. La prise de vue réalisée avec le Pixel 4 est plus réaliste que celle obtenue avec le Pixel 3. Ce dernier propose un résultat moins riche en nuances, notamment sur les blancs, dû au fait qu’il force de manière logicielle la dominante jaune de base pour aboutir à un blanc simple.

Google Pixel 4

Google Pixel 3

Conclusion : Pixel 3 ou Pixel 4 ?

Bien qu’il puisse se révéler redoutable dans la majorité des cas, le Pixel 4 ne peut cependant pas être qualifié de photophone parfait. Son prédécesseur le Pixel 3 l’égale même sur certains points.    

Le Pixel 4 est doté d’un excellent mode portrait et d’une option de double exposition en mesure de sauver des prises de vues qui auraient été tout simplement ratées avec un autre smartphone.  

Plus globalement, il bénéficie surtout de l’expertise de Google dans le domaine de la photo même s’il reste concevable de discuter de sa balance des blancs – parfois perfectible – et de son zoom qui modifie cette balance des blancs.   

Mais même s’il n’est pas parfait, nous sommes certains que le Pixel 4 possède toutes les armes pour dominer de la tête et des épaules un grand nombre de smartphones haut de gamme durant l’année à venir.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !