OVH révèle la cause de l’incendie et son plan pour relancer ses datacenters

 

On connaît la cause de l’incendie qui a frappé OVH dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. Dans une vidéo de 8 minutes, Octave Klaba explique que les soupçons se portent sur un onduleur ayant subi une intervention de maintenance plus tôt dans la journée. Plusieurs millions de sites sont encore impactés. L'hébergeur révèle également un plan et des échéances pour relancer ses datacenters.

OVH Incendie
Crédits : Twitter

Ce jeudi 11 mars, Octave Klaba a tenu à s’excuser auprès de tous ses clients impactés par l’incendie qui a frappé le datacenter OVH de Strasbourg. Dans une vidéo de 8 minutes, le PDG s’est voulu le plus rassurant possible en détaillant la livraison rapide de nouveaux serveurs. Il a ainsi rappelé sa promesse de relancer certains datacenters d’ici la semaine prochaine, et a présenté son plan de relance quant aux SBG1 et SBG2. Il admet toutefois s’attendre à des « travaux très compliqués ».

Octave Klaba évoque également les premières hypothèses sur la cause de l’incendie. « Cette vitesse de l’incendie nous interroge, sur comment ça a démarré et pourquoi ça a démarré », explique-t-il. En effet, les premiers signalements ont eu lieu à 0 h 47, pourtant, lorsque « les techniciens sur place sont intervenus en quelques dizaines de secondes sur les différentes salles, ils ont vu énormément de fumée immédiatement ». Une intervention en intérieur s’avérant trop dangereuse, ces derniers ont pris la décision quelques secondes plus tard de sortir.

Un onduleur à l’origine de l’incendie

Pour l’heure, les enquêteurs penchent pour la piste accidentelle. « Quand les pompiers sont intervenus avec des caméras thermiques, ils ont vu deux équipements, des onduleurs, en feu », raconte Octave Klaba. « Sur l’un des deux onduleurs, nous avons eu des interventions dans la matinée. Un technicien qui devait faire des maintenances a changé des pièces à l’intérieur. Le matériel a été ensuite remis en route dans l’après-midi ». Pour rappel, un onduleur est un dispositif permettant de protéger les équipements électroniques des risques, comme une surtension par exemple.

Sur le même sujet — Incendie OVH : les réactions s’enflamment sur Twitter

« Nous allons extraire et analyser les vidéos des caméras de surveillance du datacenter pour essayer de comprendre ce qui s’est passé », a assuré le PDG d’OVHcloud. Il semblerait donc que l’incendie ait été causé par un équipement défectueux. Une enquête est cependant nécessaire pour identifier les conditions exactes du départ de feu. En attendant, Octave Klaba promet de répondre à chacun des clients touchés par le désastre. Au total, ce sont près de 3,6 millions de sites qui étaient inaccessibles hier suite l’accident.

OVH publie un plan pour relancer ses datacenters

A la suite de ces explications OVH a dévoilé un plan provisoire avec des premières échéances pour redémarrer ses datacenters. Ce tableau donne une idée de la situation en cours :

DatacenterSituation actuelleDate du redémarrage électriqueDate du redémarrage des serveurs
SBG-1- 4 salles sur 8 détruites
- 50% de chances de récupérer vos données
- D'ici le 19 mars 2021- Progressive d'ici le 21 mars 2021
SBG-2- Totalement détruit- Inconnue- Inconnue
SBG-3- Hors ligne mais serveurs intacts- D'ici le 17 mars 2021- Progressive d'ici le 25 mars 2021
SBG-4- Hors ligne mais serveurs intacts- D'ici le 19 mars 2021- Progressive d'ici le 21 mars 2021

OVH ajoute par ailleurs avoir augmenté la cadence de fabrication de ses serveurs de 2500 à 3000 serveurs par jour pour rétablir le plus grand nombre de sites possibles dans des délais raisonnables. OVH précise que si vous avez opté pour le Backup FTP vos données sont sans doute récupérables dans leur intégralités, ces sauvegardes étant stockées dans un autre site. Il reste à évaluer quelles seront les conséquences de l'incident pour l'hébergeur français.

A priori, il est permis de penser que cet incident finira par être oublié malgré sa gravité, surtout si OVH prend les décisions nécessaires, comme l'assure Octave Klaba, pour que ce genre d'accidents ne se reproduise jamais. Il est cependant difficile d'ignorer la montée en puissance de Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud dans l'hébergement. Des firmes qui ont une taille mondiale et un grand nombre d'installations redondantes près des clients, ce qui les expose sans doute un peu moins à ce genre de risques.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !