Opérateurs : des téléconseillers dénoncent les « arnaques » liées aux téléphones subventionnés

Depuis l’arrivée de Free Mobile sur le marché de la téléphonie mobile, le modèle économique a changé. Si les téléphones subventionnés par les opérateurs étaient la norme, avec l’arrivée du quatrième opérateur les modes d’achat ont changé. Et c’est tant mieux, car des téléconseillers ont dénoncé les « arnaques » que sont les offres subventionnées dans l’émission « On n’est plus des pigeons ».

arnaque telephone subventionne

Avec l’arrivée de Free Mobile sur le marché, de plus en plus de consommateurs achètent leur téléphone mobile nu, c’est-à-dire au tarif plein pot. Ils l’accompagnent alors d’un forfait sans engagement très abordable.

Mais beaucoup de consommateurs se laissent encore tenter par des téléphones dits subventionnés. Pour ceux qui auraient dormi dans une grotte durant ces 25 dernières années, le principe du téléphone subventionné est le suivant : l’opérateur propose un téléphone à un prix extrêmement abordable (par exemple 150 euros alors que son prix de vente nu est de 700 euros). Ensuite, chaque mois l’abonné va payer le reste du prix du téléphone dans son forfait mobile.

Une formule que Free Mobile a qualifié de crédit déguisé mais que la justice n’a pas voulu reconnaître. A la suite de ces accusations certains opérateurs ont alors joué la transparence et ont laissé apparaître la somme dédiée au « crédit » du téléphone.

Les téléphones subventionnés, vraiment une arnaque ?

Néanmoins, dans l’émission « On n’est plus des pigeons », les journalistes ont enquêté sur ces pratiques des opérateurs. Ils ont pour cela interrogé des téléconseillers qui, contrairement à la justice, qualifient bien ce système de téléphones subventionnés d’arnaques.

C’est une arnaque par ce qu’à partir du moment où l’opérateur facture une cinquantaine d’euros par mois un forfait mobile pour adoucir la facture du téléphone, il s’en met plein les poches, forcements. On l’a bien vu depuis l’arrivée de Free Mobile les forfaits ont baissé, les prix de certains téléphones ont baissé. C’est qu’ils se faisaient une marge du tonnerre. – Jean Jacques, téléconseiller pendant 15 ans –

Pour faire simple, les opérateurs, en prenant l’excuse du financement d’un téléphone portable, se remplissaient les poches en proposant des forfaits à des prix très élevés. Par ailleurs, comme l’explique Moustapha dans l’émission, les téléconseillers devaient inciter les consommateurs à opter pour des forfaits très chers, avoisinant les 80 euros, en leur expliquant qu’ils obtiendraient ainsi un téléphone à très bas prix. Puis, ils leurs promettaient de pouvoir passer sur un forfait beaucoup plus abordable six mois plus tard grâce à une offre spéciale qui en fait n’existait pas.

Des pratiques présentes aussi en boutique

Si ces pratiques sont bien évidemment honteuses, elles ont fait partie du quotidien d’un conseiller ou téléconseiller travaillant pour un opérateur. Pour avoir travaillé quelques années dans ce secteur, j’ai pu moi-même constater les dérives des acteurs du marché avec ce système subventionné.

Et les pratiques proches de l’arnaque se sont multipliées voire standardisées avec l’arrivée de Free Mobile. Certains conseillers ne sachant plus comment justifier des forfaits aussi élevés inventaient des mécanismes tous plus farfelus les uns que les autres pour convaincre les consommateurs.

La technique la plus courante consistait à faire souscrire un client à un abonnement proposé à un prix très élevé. En l’orientant vers ce forfait, le vendeur encaissait au passage un petit bonus sur sa rémunération. Pour justifier ce forfait très cher, le vendeur expliquait que grâce à ce coût élevé sur l’abonnement, le client pourrait s’offrir le smartphone le plus incroyable et magique du marché à un prix défiant toute concurrence.

Mais les clients n’étaient pas dupes et ne voulaient pas verser 80 euros pendant 24 mois. Qu’à cela ne tienne, le vendeur expliquait alors que la loi permettait au client de réduire le montant de son forfait après 6 mois d’engagement. En gros, aujourd’hui vous payez votre smartphone pas cher, vous payez 80 euros pendant 6 mois et ensuite vous pouvez réduire la facture.

Ce mécanisme qui semblait honnête aux yeux des clients ne l’était absolument pas, puisque sur un forfait à 80 euros, l’opérateur dégageait une marge monstrueuse même en incluant le montant de la subvention du smartphone. La preuve ? Il suffit de comparer les montants des forfaits avant et après Free Mobile.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
5G : le réseau du futur est truffé de failles de sécurité

La 5G, le réseau du futur, est criblée de failles de sécurité, révèle une étude suisse. D’après les chercheurs, le protocole 5G AKA, censé protéger l’identité et la localisation des internautes, mis en place par la coopération 3GPP, n’est pas à la…