Netflix et Disney+ gagnent des abonnés grâce au piratage de séries

 

Le piratage ne serait pas aussi catastrophique qu’on pourrait le croire pour les chaînes de télévision et les plateformes en streaming. En effet, une récente étude suggère que plus une série est piratée, plus elle génère du bouche-à-oreille sur Internet. De fait, cela augmente le nombre de téléspectateurs payants.

television
Crédits : Unsplash

Alors que 24 % des Français regardent leurs films et séries sur des sites pirates, les ayants droit mènent une guerre sans merci contre le piratage. Selon eux, un téléspectateur qui ne paye pas son contenu fait perdre de l’argent à l’entreprise. Un point de vue somme toute assez logique, mais qui mérite d’être nuancé. David Petrarca, réalisateur de Game of Thrones, avait admis à l’apogée de la série que celle-ci avait bénéficié du bouche-à-oreille généré par le piratage record dont elle a fait l’objet.

Aujourd’hui, une nouvelle étude va dans ce sens. Les chercheurs ont analysé les téléchargements de 20 séries, donc Arrow, Lucifer, Supernatural, The Blacklist, et  The Flash. Dans un second temps, ils ont comparé ces chiffres aux recherches Google et aux mentions sur Twitter et YouTube afin d’évaluer le buzz généré par le piratage. Leur première conclusion est en accord avec les ayants droit. En effet, plus il y a de pirates, moins il y a de téléspectateurs payants.

Le piratage augmente largement la popularité des séries

Néanmoins, en y regardant de plus près, le piratage a également généré un buzz sur le web, ce qui a nécessairement attiré plus de téléspectateurs sur les chaînes de télévision et sur les services de streaming légaux. « Bien que l’effet direct de la consommation de médias par BitTorrent sur les téléspectateurs soit négatif, l’effet indirect qui médiatise le buzz Internet est positif, ce qui contrebalance l’effet négatif du piratage », peut-on ainsi lire dans l’étude.

Sur le même sujet : Netflix, Disney+, Prime Video — un pirate distribue un outil pour capturer des films et séries

De plus, l’étude révèle que ce bouche-à-oreille est d’autant plus bénéfique pour les séries moins populaires, notamment durant la seconde moitié de la saison. « L’effet médiateur du buzz Internet a été significatif dans la seconde moitié, diluant ainsi l’effet négatif du piratage numérique, et créant même un effet positif global du piratage pour les audiences TV », écrivent les chercheurs.

Source : Torrent Freak



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !