Surface Pro 9 : les puces Intel explosent l’ARM de Microsoft, les benchmarks le prouvent

 

Un test empirique mené par nos confrères de Tom’s Guide met en lumière des différences importantes entre les modèles de Surface Pro 9 sous processeur ARM et sous processeur Intel.

Crédit : Microsoft

La Surface Pro 9 était sans doute le produit Microsoft le plus attendu cette année. Elle est proposée en deux déclinaisons : l’une avec la 12e génération de processeurs portables d’Intel, et l’autre avec un processeur sous architecture ARM maison, le Microsoft SQ3. Ce dernier est le premier de la gamme à intégrer une puce 5G.

Les configurations testées sont le Surface Pro 9 avec un processeur Intel Core i7-1255U pourvu de 16 Go de RAM et un SSD de 256 Go et le modèle propulsé par le processeur ARM SQ3, qui dispose de la même quantité de mémoire vive pour 512 Go de stockage. Sous Geekbench 5.4, le Core i7-1255U obtient 1633 points en single core et 8541 points en multi, tandis que le SQ3 n’en accumule que 1125 et 5849 respectivement. Les différences de performances oscillent autour de 45 %, quel que soit le nombre de cœurs sollicités.

Le processeur Intel de la Surface Pro 9 bat le Snapdragon dans presque tous les domaines

Lors du test sous Handbrake, il a fallu 584 secondes au processeur Core i7 pour transcoder une vidéo de 6,5 Go d’un format 4K vers 1080p, quand il en a fallu 778 au SQ3 pour accomplir la même tâche. L’écart de performances s’élève là à 40 %. Les performances en gaming sont catastrophiques sur Intel comme sur ARM. Le Core i7-1255U parvient à afficher Sid Meier's Civ 6: Gathering Storm à 24,1 fps, tandis que le SQ3 n’en affiche que 14,3. Les Surface Pro 9 n’ont de toute façon pas vocation à être des machines de jeu, et ces statistiques le rappellent bien.

Le tableau n’est vraiment pas flatteur pour le processeur SQ 3. À sa décharge, Microsoft n’a jamais vanté les performances pures de la Surface Pro 9 avec 5G. C’est bien son autonomie qui est mise en avant. Dans ce domaine, les chiffres sont très bons. Dans un test impliquant de surfer en Wifi avec un écran réglé pour une luminance de 150 cd/m2, le processeur ARM a tenu 11 heures 17 minutes contre 9 heures 50 minutes pour le processeur Intel. Les Snapdragon s'illustrent dans le domaine de l'autonomie, mais cela justifie-t-il l’écart de prix (360 € à configuration matérielle égale) ? Les clients resteront les seuls décisionnaires en la matière.

Source : Tom's Guide



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !