Des utilisateurs piratent leur tapis de course pour regarder Netflix, le constructeur dit stop

 

Des propriétaires de tapis de courses NordicTrack ont pris pour habitude de pirater leur appareil, notamment pour accéder aux droits administrateur. Le but étant de pouvoir afficher le contenu qu'ils souhaitent sur les écrans géants de ces tapis. Alors quand le constructeur décide de bloquer l'accès à cette fonctionnalité, les utilisateurs et les défenseurs du droit à la réparation crient au scandale.

nordictrack tapis
Crédits : NordicTrack

Vous connaissez peut-être les tapis de course de NordicTrack. Leur principal attrait est de disposer d'un grand écran de contrôle (pouvant aller jusqu'à 32″) en définition HD. Ces modèles représentent un investissement conséquent, puisqu'ils se négocient entre 2000 et plus de 4000 €. On pourrait naturellement penser qu'il est possible de regarder toutes sortes de contenus sur cet écran, surtout que ces appareils sont propulsés par Android 5.1.1.

Seulement, le constructeur ne l'a pas entendu de cette oreille. En effet, les utilisateurs doivent obligatoirement s'abonner à un logiciel d'exercice intégré baptisé iFit, qui comprend notamment des itinéraires de course et différents programmes d'entraînement. Or, ce programme empêche d'utiliser l'écran de contrôle pour visionner un autre contenu.

Les utilisateurs ont trouvé le moyen d'accéder aux droits administrateur

De fait, certains utilisateurs n'ont pas tardé à trouver un moyen pour contourner les limitations de l'appareil. Comme si l'on rootait un smartphone Android, des clients ont réussi à accéder aux droits administrateurs de leur tapis de course. Grâce à ce “God Mode”, JD Howard, un ingénieur du bâtiment en congé sabbatique, a obtenu le contrôle total de son tapis X32i acheté 4000 $.

Il lui a été notamment possible d'installer des applications supplémentaires, comme un navigateur tiers, ce qui lui a permis d'accéder à n'importe quel contenu ou service comme YouTube, Netflix ou Disney+ depuis son écran de contrôle. Bien entendu, NordicTrack n'a jamais précisé qu'il était possible d'accéder aussi facilement à cette élévation des privilèges.

Reste que la manipulation était connue des utilisateurs. De nombreux guides non-officiels sont disponibles en nombre sur YouTube et des forums spécialisés, et même les pages d'assistance de iFit (la maison-mère de NordicTrack) expliquent comment y accéder. C'est d'ailleurs pour cette raison précise qu'Howard a acheté un tapis de course NordicTrack.

NordicTrack dit stop et bloque l'accès au “God Mode”

Seulement, l'entreprise en a décidé autrement. Depuis octobre 2021, la compagnie met à jour automatiquement l'ensemble de ses appareils d'exercice équipés d'écrans géants, comme ses vélos, ses elliptiques, ses tapis de course et ses rameurs, dans le but de bloquer l'accès aux privilèges. “J'en avais eu pour mon argent. Maintenant, ils essaient de supprimer des fonctionnalités qui sont d'une importance capitale pour moi. Je ne suis pas d'accord avec ça”, dénonce JD Howard.

Très rapidement, les plaintes des utilisateurs se sont multipliées sur les forums du constructeur et sur la toile, à l'image de ce client qui se dit “scandalisé” de ne plus pouvoir regarder Netflix et suivre les matchs de la Premiere League sur ton tapis de course. “C'est tellement frustrant parce que ce magnifique écran est “, raconte-t-il dépité dans les colonnes de ArsTechnica.

Les clients dénoncent la mesure de NordicTrack, et estiment qu'ils ont le droit de faire ce qu'ils entendent de leur appareil, surtout après avoir dépensé des milliers de dollars. Beaucoup affirment notamment que le fait de pouvoir regarder leur émission ou série préférée les incite à passer plus de temps à s'entraîner. Ce qui ne passe pas pour eux, c'est le caractère obligatoire de cette mise à jour, alors que les précédents patchs étaient facultatifs.

nordictrack tapis
Crédits : NordicTrack

Une mise à jour nécessaire pour assurer la sécurité des utilisateurs

De son côté, NordicTrack se dit dans son bon droit et soutient la nécessité d'une telle mise à jour. “Le blocage du mode privilège a été automatiquement installé parce que nous pensons qu'il renforce la sécurité et la sûreté lors de l'utilisation d'appareils de fitness qui comportent de nombreuses pièces mobiles”, a déclaré un porte-parole de la marque.

Il poursuit : “Comme il n'y a aucun moyen de savoir quel type de modifications ou d'erreurs un consommateur pourrait introduire dans le logiciel, il n'y a aucun moyen de savoir quels problèmes spécifiques l'accès au mode privilège pourrait causer”. L'entreprise souligne par ailleurs que le mode privilège “n'a jamais été conçu comme une fonctionnalité destinée aux utilisateurs”. En outre, elle met en garde les propriétaires qui tenteraient d'accéder aux droits administrateur via une solution de contournement : la garantie du produit sera annulée sur le champ.

À lire également : Galaxy Z Fold 3 – Samsung désactivera les capteurs photo si le bootloader est déverrouillé

Une affaire qui fait écho à la lutte pour le droit à la réparation

Cette affaire place NordicTrack au centre du débat relatif au droit à la réparation, les consommateurs exigeant davantage de liberté avec les produits qu'ils achètent. De manière générale, le droit à la réparation inclut la possibilité d'avoir à disposition des pièces de rechange et de l'avis des défenseurs de la cause, elle doit inclure l'autorisation de modifier à l'envie son appareil.

Je devrais pouvoir refuser une mise à jour logicielle si je découvre qu'elle rend en fait mon utilisation du produit pire qu'avant, parce qu'en fin de compte, ce produit m'appartient”, assure Ugo Vallauri, cofondateur de The Restart Project, une organisation londonienne pro-droit à la réparation.

Récemment, de nombreux gouvernement se sont mobilisés en faveur du droit à la réparation. C'est le cas aux États-Unis, où un décret a été voté en juillet 2021. En France, l'indice de réparabilité est en vigueur depuis le 1er janvier 2021. Cette pression de la part des législateurs a commencé à porter ses fruits chez certains constructeurs, à l'image d'Apple qui vend enfin des pièces détachées pour réparer soi-même son iPhone.

Source : ArsTechnica



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !