Convertir les signaux WiFi en électricité, c’est possible

Le ondes WiFi, bluetooth et des réseaux cellulaires peuvent être convertis en électricité : c’est ce que montrent les travaux d’une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiés dans Nature. Ils décrivent les applications d’un module composé d’une antenne souple et d’électronique permettant de récolter quelques dizaines de microwatts. Celles-ci sont très vastes – les chercheurs imaginent que la possibilité de récolter ainsi du courant peut rendre à peu près tout ce qui nous entoure intelligent… et de charger un jour votre smartphone à distance ?

Récolter de l'énergie à partir du WiFi

Imaginez un smartphone, comme le Vivo Apex 2019, sans aucun bouton, ni port de charge USB type C – que vous n’auriez absolument jamais besoin de recharger. Le futur est peut-être à portée de moins, à en croire un article de chercheurs du MIT paru dans la très sérieuse revue scientifique Nature. Ces chercheurs expliquent avoir trouvé une nouvelle méthode pour récolter de l’énergie à partir des ondes WiFi, bluetooth et des réseaux cellulaires. Une technique relativement efficace et qui fait passer l’intensité électrique ainsi générée de quelques microwatts à quelques dizaines de microwatts. Ce qui ouvre de nouvelles possibilités pour alimenter de petits appareils connectés sans autre source d’énergie.

Lire aussi :  les batteries au graphène qui se chargent en 12 minutes pourraient débarquer dès 2019

Récolter de l’électricité à partir des ondes WiFi, bluetooth, et des réseaux mobiles, c’est possible !

Le dispositif des chercheurs présente plusieurs avantages : son rendement d’abord, d’environ 40% de l’énergie émise par la source d’ondes. Sa composition, au bisulfure de molybdène flexible et plutôt bon marché alors que les technologies existantes se basaient sur des composants en silicium ou arsénure de gallium plus chers à fabriquer. Enfin, il s’agit d’un module tout-en-un extrêmement fin et entièrement souple, ce qui permet d’imaginer que ce type de cellules pourraient recouvrir de grandes surfaces pour collecter davantage d’énergie et alimenter des dispositifs qui nécessitent des intensités de courant plus importantes.

Lire aussi : Comment l’autonomie des smartphones pourrait être multipliée par 5

Pour l’heure, les quelques dizaines de milliwatts qu’ils sont capables de générer ne suffisent pas aux smartphones actuels qui ont besoin d’une puissance plus importante pour se charger. Mais en rendant les smartphones plus économes, cette technologie pourrait sans doute permettre de recharger en permanence l’appareil sans intervention de l’utilisateur. Pour commencer, néanmoins, les chercheurs du MIT misent davantage sur des débouchés dans le secteur médical – par exemple des sondes sous la forme de pilules qui récolteraient ainsi leur énergie. Pensez-vous que charger son smartphone appartiendra bientôt au passé ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Google accusé d’avoir saboté Firefox pendant des années

Google aurait-il saboté Firefox pour imposer son navigateur Chrome ? C’est en tout cas ce qu’affirme un ancien cadre de Mozilla. Selon lui, Google a délibérément laissé traîner des bugs qui affectaient spécifiquement Firefox dans ses services en ligne. Une…

Apple et Qualcomm mettent fin à leur guerre des brevets

Apple et Qualcomm annoncent mercredi 17 avril 2019 enterrer la hache de guerre : fini la bataille judiciaire autour des brevets ! Les deux entreprises ont signé un accord de licence sur 6 ans, et le fondeur fournira les modems…

Canal+ a perdu 99 000 abonnés en France au premier trimestre 2019

Canal+ a perdu jusqu’à 99 000 abonnés en France au cours du premier trimestre 2019. Mois après mois, le groupe continue de voir son portefeuille d’abonnés se réduire sur le marché français. Malgré son carton à l’étranger, Canal+ enregistre un chiffre d’affaires en forte…

Windows 10 : bugs en pagaille suite aux mises à jour d’avril 2019

Windows 10 est touché par une série de bugs depuis le déploiement des dernières mises à jour d’avril 2019, annonce Microsoft. Les correctifs en date proposés par la firme entreraient en effet en conflit avec une poignée d’antivirus.  Le mardi 9 avril dernier, Microsoft…