Le rachat d’Activision-Blizzard par Microsoft pourrait tomber à l’eau avec ce dernier rebondissement

 

Énième rebondissement dans le processus de rachat d’Activision-Blizzard. Après des mois de négociations avec les autorités internationales, la FTC, régulateur américain de la concurrence, pourrait tout chambouler en portant plainte contre Microsoft. L’action en justice pourrait être annoncée dès le mois prochain.

microsoft

Le plus gros rachat de l’histoire du jeu vidéo pourrait finalement ne pas avoir lieu. Après avoir passé des mois à plaider sa cause auprès des différents régulateurs internationaux de la concurrence, notamment en Europe, Microsoft risque l’impasse dans son rachat d’Activision-Blizzard. Le média Politico a lâché la bombe dans un article publié ce mercredi 23 novembre. La FTC, gendarme américain de la concurrence, prépare une action en justice contre la firme de Redmond, dans le but explicite de bloquer la transaction.

L’information a été relayée par trois sources proches de l’affaire, restées anonymes. Ces dernières précisent néanmoins que rien n’est encore officiel, même au sein de la FTC. En effet, les quatre commissaires de l’organisation doivent encore se mettre d’accord au cours d’un vote, puis rencontrer les avocats des deux entreprises. Quoiqu’il en soit, les témoins s’accordent pour dire que la probabilité d’une plainte est très forte. Il s’agira d’une des plus grosses affaires impliquant la FTC de ces dernières années.

Sur le même sujet : Sony accuse Microsoft de vouloir transformer la PlayStation en une console « à la Nintendo »

Les États-Unis pourraient bloquer le rachat d’Activision-Blizzard au dernier moment

Cette plainte n’a absolument rien d’anodin dans le contexte actuel. En effet, Microsoft et Activision-Blizzard ont tous deux jusqu’au mois de juillet 2023 pour conclure le deal, sans quoi celui-ci sera annulé. Autant dire qu’une plainte déposée dans les prochaines semaines contre le géant américain va considérablement ralentir le processus jusqu’au point de non-retour, forçant les deux entreprises à abandonner le projet.

L’enquête interne, quant à elle, est toujours en cours, bien qu’elle soit à un stade avancé. Selon les sources anonymes, la FTC a d’ores et déjà recueilli les dépositions de Satya Nadella et de Bobby Kotick, respectivement PDG de Microsoft et d’Activision-Blizzard. Si plainte il y a, celle-ci devrait être déposée dès le mois prochain auprès de la justice américaine, au plus tard au mois de janvier.

Tout avait pourtant bien commencé pour Microsoft, qui avait obtenu sa première validation en août dernier par l’Arabie saoudite, suivi de près par plusieurs autres pays. Mais la farouche opposition de Sony, accompagnée des inquiétudes des grands régulateurs européens et américains ont changé la donne. Ces derniers mois, la firme de Redmond n’a eu de cesse de répéter que son intention n’est en aucun cas de causer du tort à Sony, allant même jusqu’à chanter les louanges de son concurrent direct.

xbox mise à jour système
Crédits : Unsplash

Pour beaucoup, le nœud du problème se trouve au niveau de Call of Duty, l’une des plus grandes licences actuelles du jeu vidéo, actuellement détenue par Activision-Blizzard qui passera donc sous l’étendard Microsoft si le rachat a lieu. Sony, de son côté, craint que la franchise devienne une exclusivité Xbox. Pour apaiser les tensions, Microsoft aurait même proposé un contrat l’obligeant à sortir les prochains Call of Duty sur PlayStation pendant encore 10 ans. Visiblement sans succès.

Même Google s’oppose au rachat d’Activision-Blizzard

Toutefois, Call of Duty n’est pas l’inquiétude principale de la FTC. L’organisation craint que le rachat perturbe l’équilibre même du marché vidéoludique, notamment par le biais de certains jeux pas encore annoncés. Étonnamment, Politico cite également Google comme adversaire au rachat. La firme de Mountain View accuse en effet sa comparse d’avoir délibérément bridé la qualité du Xbox Game Pass sur ses Chromebook. Selon elle, le rachat d’Activision-Blizzard encouragerait Microsoft à continuer sur cette voie.

« Toute suggestion selon laquelle l’opération pourrait avoir des effets anticoncurrentiels est totalement absurde », s’est agacé Joe Christinat, porte-parole d’Activision. « Cette fusion profitera aux joueurs et à l’industrie vidéoludique américaine, d’autant plus que nous sommes confrontés à une concurrence étrangère de plus en plus rude. Nous nous engageons à continuer de travailler en coopération avec les régulateurs du monde entier pour permettre la réalisation de l’opération, mais nous n’hésiterons pas à nous battre pour défendre l’opération si nécessaire. »

Source : Politico



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !