Huawei n’installera plus les applications Google même si les sanctions sont levées

Maj. le 3 février 2020 à 10 h 10 min

Huawei en a définitivement terminé avec les services de Google. Le constructeur chinois refusera de réutiliser les applications et les services de Google même si les sanctions américaines sont finalement levées. Le groupe préfère tout miser sur les Huawei Mobile Services et ne plus dépendre des technologies venant des États-Unis. 

Huawei

Interrogé par nos confrères allemands de Der Standard, Fred Wangfei, responsable de Huawei Autriche, a assuré que Huawei a fait une croix sur les services et applications de la suite Google Mobile Services. Même si les restrictions imposées par Donald Trump sont abandonnées, Huawei continuera de privilégier sa propre suite d’applications, les Huawei Mobile Services. Pour rappel, Huawei teste déjà ses alternatives aux services de Google en Chine.

Huawei veut être indépendant des États-Unis

Andreas Proschofsky, journaliste chez Der Standard, affirme que Fred Wangfei a donné la même réponse à de multiples reprises. Le doute n’est donc pas permis. Selon le média, Huawei est réticent à l’idée de revenir sur les services Google pour une raison bien précise. La firme craint visiblement que des nouvelles restrictions soient promulguées à l’avenir et souhaite « se débarrasser de cette dépendance à la politique américaine ».

Lire également : Huawei veut remplacer les applications Google sur ses smartphones au plus vite

Face au tollé provoqué par cette déclaration, un porte parole de Huawei Allemagne est rapidement monté au créneau pour clarifier la situation. Le porte parole affirme que la relation entre Google et Huawei n’a pas changé d’un iota. Dans un autre communiqué relayé par The Verge, la marque souffle le chaud et le froid concernant l’avenir des GMS (Google Mobile Services) sur ses smartphones. « Notre premier choix est l’écosystème Android ouvert, y compris GMS (Google Mobile Services) – c’est ce qui nous a permis de devenir le numéro deux mondial » annonce le communiqué.

« Je crois que Google et Huawei espèrent qu’une licence sera accordée. Suite aux sanctions, nous développons actuellement HMS (Huawei Mobile Services) – invitant les développeurs d’applications à se joindre à nous. Cette offre a suscité beaucoup d’intérêt positif en Europe. Il convient de rappeler que nous avons été l’un des principaux contributeurs au système d’exploitation open source Android au cours des cinq dernières années » souligne Huawei.

Ce communiqué de Huawei vise clairement à apaiser les éventuelles tensions avec son partenaire Google et à rassurer les utilisateurs, qui espèrent toujours que tout rentre dans l’ordre. Néanmoins, Huawei ne nie pas complètement les déclarations de Fred Wangfei et en profite même pour mettre en avant sa propre alternative aux GMS. On peut s’attendre à ce que le constructeur profite donc de l’occasion pour réclamer son indépendance vis à vis des produits américains. Les travaux dans ce sens sont déjà bien avancés. Par exemple, Huawei dispose déjà d’une alternative à Google Maps développée avec TomTom.

Source : Der Standard, The Verge



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei va dévoiler de nouveaux Kirin le 24 février 2020

Huawei tiendra un événement de lancement « virtuel » le 24 février 2020, au cours duquel le constructeur devrait notamment dévoiler de nouveaux processeurs Kirin. On s’attend, entre autres, à un Kirin 820 5G gravé en 6 nm. Huawei derail profiter d’un…

Huawei P30 / P30 Pro pas cher : le meilleur prix en 2020

Les smartphones Huawei P30 et P30 Pro ont été présentés le 26 mars 2019 lors d’une conférence à Paris. Se plaçant en concurrent direct du Samsung Galaxy S10e, la variante standard du Huawei P30 avec 128 Go de stockage est…