Huawei aurait fraudé le fisc en France, la police ouvre une enquête

 

Toujours soumis aux sanctions américaines, Huawei doit aussi faire face à certaines tensions dans l'Hexagone. En effet, les autorités françaises enquêtent actuellement sur le constructeur chinois, pour des soupçons de fraude fiscale et d'abus de biens sociaux. 

huawei enquete france
Crédits : Flickr

Depuis 2019, Huawei doit composer avec les sanctions américaines décrétées par l'administration Trump. Pour Washington, la firme de Shenzhen est coupable d'espionnage industriel pour le compte de la Chine. À cause de ses mesures, le constructeur s'est retrouvé persona non grata aux États-Unis, avec l'interdiction de coopérer avec la plupart de ses partenaires américains, Google en tête.

D'ailleurs, ces sanctions lui ont valu la perte de sa licence Android, empêchant de fait les smartphones Huawei de proposer les services Google comme le Google Play Store, YouTube, Gmail, Google Drive et consorts. Il y a peu de temps, l'entreprise chinoise a fait le point sur ses revenus, en totale chute libre avec une perte de 28% en 2021. Néanmoins, le constructeur peut se targuer d'afficher des bénéfices exceptionnels, qui ont bondi de 75%. Une belle performance rendue possible par la vente d'Honor et d'autres actifs clés comme sa division serveurs x86.

À lire également : 5G – tout le matériel Huawei disparaîtra du réseau mobile français d’ici 2028

Huawei sous le coup d'une enquête en France pour fraude fiscale

En France toutefois, l'heure n'est pas à la fête pour Huawei. En effet, le constructeur est actuellement ciblé par une enquête diligentée par le parquet de Nanterre et menée par la brigade financière de la préfecture de police de Paris. On trouve à l'origine de ces investigations un signalement de l'agence française anti-corruption effectué en janvier 2021.

Aux yeux de l'institution, Huawei pourrait être coupable d'abus de biens sociaux et de fraude fiscale. Pour l'instant, il s'agit d'une enquête préliminaire et il faudra donc attendre plusieurs semaines/mois avant d'avoir le fin mot de l'histoire. Notez que Huawei n'a pas souhaité de faire de commentaire concernant cette enquête. 

Pour rappel, Huawei est toujours sous le coup de la surveillance du projet Cerbère, une structure nationale de veille et d'action contre l'ingérence de Huawei créé en 2015. Cet organisme regroupe notamment cinq ministères, à savoir Bercy, le Quai d'Orsay, l'Intérieur, la Défense et la Recherche, sans oublier les services de renseignements français et l'ANSSI, l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information.

Source : Challenge



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !