Facebook bannit les comptes qui utilisent des photos de profil générées par IA

 

Facebook annonce avoir démantelé deux réseaux de faux comptes sur son réseau social et sur Instagram. Leur point commun : leur photo de profil a été générée à l’aide de l’intelligence artificielle. Ces faux comptes servaient à véhiculer et à renforcer des messages de propagande en faveur du président Donald Trump.

Facebook

Une fois n’est pas coutume, surtout ces derniers mois, une action entreprise par Facebook est bénéfique pour l’ensemble des usagers, notamment les Américains. Mais, à priori, la même action pourra être répétée dans d’autres pays sous d’autres conditions. Quelle est cette action ? Le réseau social a démantelé un réseau de faux comptes véhiculant des messages de propagande.

Lire aussi : Facebook : une faille de sécurité laisse s’échapper les numéros de téléphone de 267 millions d’utilisateurs

Ces comptes, opérés aux États-Unis et au Vietnam, ont été démasqués à cause de leur photo de profil. Ces photos étaient toutes générées par intelligence artificielle. Les hommes et les femmes représentées n’existaient pas. Lors de cette opération, Facebook a travaillé avec plusieurs organismes pour analyser les photos et identifier les incohérences. Car l’intelligence artificielle sait créer des visages, mais elle a encore quelques difficultés avec les symétries et les arrière-plans.

Une influence considérable

Ces comptes étaient répartis sur Facebook et Instagram. Et les chiffres sont très importants. Plus de 600 comptes Facebook. Plus de 400 pages. Plus de 160 groupes. Et une petite centaine de comptes Instagram. Ces comptes, pages et groupes avaient pour but de diffuser des messages politiques en lien avec les États-Unis, mais aussi géopolitiques. Pour cela, il publiait sur leur page et leur groupe et ils surpondéraient certains posts (en likant massivement) et certains groupes (les faux comptes alimentant les faux groupes). Les messages étaient très majoritairement (pour ne pas dire à 100 %) en faveur du président américain Donald Trump. Notez que ces actions auraient un lien avec un groupe médiatique conservateur, The Epoch Times.

Lire aussi : Facebook : la CAF démasque un couple de fraudeurs grâce aux photos partagées en ligne

Ils étaient destinés aux citoyens américains, notamment trois communautés : chinoises, espagnoles et vietnamiennes. Leur influence était considérable. Plus de 55 millions de comptes ont suivi l’un de ces comptes Facebook et plus de 380 000 comptes se sont inscrits dans ces groupes. Et 92000 personnes ont suivi un ou plusieurs faux comptes sur Instagram. Et pour assurer une certaine visibilité, ils ont même acheté des campagnes d’affichage publicitaire sur Facebook et Instagram dont la valeur se monte à 9,5 millions de dollars. Cette somme aurait été payée en une demi-douzaine de devises différentes, dont en dollars (américains ou canadiens), en wons coréens ou en dongs vietnamiens.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…