Epic Games ridiculise Apple en jouant à Candy Crush devant le tribunal

 

Epic Games et Apple ont appelé des experts à la barre, d'un côté pour mettre en évidence l'emprise d'Apple sur les développeurs, et de l'autre, pour montrer précisément le contraire. L'expert dépêché par Apple a utilisé une liste d'exemple de petits jeux peu connus qui s'est avérée truffée d'erreurs. L'expert d'Epic Games a pu profiter de cette défense bancale pour complètement détruire les arguments d'Apple, avant d'achever son argumentation par l'exemple de Candy Crush Saga. 

Apple
Crédits : Unsplash

Les audiences de l'affaire qui oppose Epic Games à Apple valent, certains jours, leur pesant de cacahuètes. Nos confrères de The Verge racontent un épisode pour le moins calamiteux pour la défense. Ce jour là, les deux parties devaient dépêcher des experts pour déterminer si les règles d'Apple sur l'App Store pouvaient déboucher sur ce que les deux parties qualifient de “friction” pour l'utilisateur. Autrement dit si ces règles peuvent dans certains cas nuire à l'expérience utilisateur au point que cela le conduit à aller chez la concurrence. Dans le camp Apple, il y avait Lorin Hitt, un professeur de l'Université de Pennsylvanie Wharton.

Ce dernier a commencé son argumentaire par affirmer qu'il ne croyait pas que devoir jouer à Candy Crush via le navigateur internet plutôt qu'une application pouvait être considéré comme de la friction pour l'utilisateur. Il ajoute qu'à cause de la dimension dématérialisée de ces magasins d'applications et plateformes, il ne saurait dans tous les cas être question d'une friction du même ordre qu'avec des points de vente physiques. Il choisit alors de poursuivre dans une direction que va abondamment exploiter l'expert dépêché par Epic Games.

L'avocat d'Epic Games a fait couler un peu de sang lors de sa dernière audience au tribunal

Selon lui, les développeurs conçoivent leurs jeux simultanément pour les PC et les smartphones. Il appuie cet argument avec une liste de jeux peu connus rassemblés sur une feuille Excel. L'idée étant de montrer au juge qu'au final, une exclusion de l'App Store n'est pas une barrière si énorme que cela pour les développeurs. Evidemment Epic Game dont le jeu Fortnite a été exclu de l'App Store était là pour montrer le contraire. Epic Games a donc laissé son avocat, Yonatan Even, répondre aux arguments de l'expert.

En regardant la liste avec les experts Epic Games, Yonatan Even fait immédiatement remarquer que de nombreux jeux de la liste ne sont pas, en réalité, disponibles simultanément sur PC et smartphone. The Verge explique : “Un jeu, Words Story, est listé comme disponible sur PC sur le document bien que ce n'est pas ce qu'on peut lire sur le site du développeur”. L'avocat Yonatan Even qualifie alors cet exemple de “faux jeux”, jetant par la même occasion le doute sur l'ensemble des exemples avancés un peu plus tôt par la défense.

Yonatan Even force alors l'expert à attester sous serment de la véracité des exemples cités plus tôt. Coincé, Lorin Hitt jette la faute sur “son équipe de chercheurs” à laquelle, dit-il, il “fait confiance”. Sentant que le fleuron a fait couler quelques gouttes de sang, Yonatan Even poursuit en reprenant l'exemple de Candy Crush Saga utilisé plus tôt par Lorin Hitt. Yonatan Even demande alors à ce qu'on affiche l'écran de son smartphone sur un des écrans du tribunal. Il va sur le site de Candy Crush sur son iPhone, et appuie sur “installer”.

Il est alors renvoyé sur l'App Store. Lorsqu'il revient sur le site de Candy Crush, impossible de jouer sur le web. La seule manière de jouer sur le web, montre l'avocat, c'est sur ordinateur. Et Yonatan Even de lancer un brin moqueur : “Cela fait partie, j'imagine, de votre vision d'un parcours utilisateur sans friction”. L'avocat ne s'arrête pas là, et reprend des exemples de jeux avancés par la défense d'Apple pour montrer point par point qu'aucun d'entre eux ne permet d'acheter des crédits à l'extérieur de l'application, utilisables dedans, sans passer par l'App Store.

Lire également : Apple vs Epic Games – le tribunal aurait trouvé un compromis sur la “taxe Apple” de 30%

Et finit par lancer à la juge que seules trois applications proposent cela : PUBG, Roblox et Fortnite, désormais banni de l'App Store. L'audience s'est terminée par un commentaire de la juge Yvonne Gonzalez Rogers, qui a estimé que les exemples avancés par Apple manquaient d'éloquence : le parcours utilisateur, en effet, “semblait difficile à partir des exemples que vous avez donné”, a remarqué Yvonne Gonzalez Rogers.

Source : The Verge



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !