Démarchage téléphonique : oubliez Bloctel, des associations veulent que ce soit interdit !

Le démarchage téléphonique est la cible d’une pétition lancée par plusieurs associations de défense des consommateurs dont l’UFC-Que Choisir. Ces derniers estiment que Bloctel est inefficace et appellent à une interdiction pure et simple de cette pratique controversée. 

démarchage téléphonique
Crédits : Pexels

Vous en avez assez du démarchage téléphonique ? Et si ça devenait interdit en France ? C’est en tout cas ce que proposent Que Choisir, la CLCV, l’Unaf, les Familles rurales, le CSF, l’association Leo Lagrange, l’AFOC et l’ADIC dans une pétition commune. Que Choisir affirme dans sa lettre ouverte que « l’exaspération des Français est à son comble » d’autant que les secteurs qui ont le plus recours au démarchage « sont aussi ceux qui concentrent le plus de litiges de consommation (travaux de la maison, rénovation énergétique, fournisseurs d’énergie, assurances) » .

L’association ajoute que ce « harcèlement commercial » n’a pas été limité par Bloctel : « 4 ans après sa mise en place, le dispositif s’avère inefficace en raison de dérogations bien trop extensives et de sanctions insuffisamment dissuasives ». L’UFC reproche au démarchage d’être intrusif et individualisé alors même que les acteurs du secteur peuvent partir du principe que le consommateur a consenti par défaut à faire partie de leurs listings. Et de relever que pour les emails et SMS, c’est bien le principe contraire qui est en vigueur : le consommateur doit accepter a priori explicitement un tel démarchage.

Que Choisir cite l’Allemagne comme pays pionnier de la lutte contre le démarchage – mais aussi le Royaume-Uni qui interdit aussi depuis peu cette pratique. La pétition, hébergée sur le site de Que Choisir, comptait 18505 signataires au moment où nous écrivions ces lignes – sur un objectif de 50 000. Une proposition de loi baptisée Encadrement du démarchage téléphonique et lutte contre les appels frauduleux doit être débattue à la fin du mois de janvier à l’Assemblée Nationale. Le but de ce texte est néanmoins de colmater une partie des défauts de la liste d’opposition – une étape qui semble déjà insuffisante pour nombre d’associations.

Source : Que Choisir



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !