Call of Duty : Activision porte plainte contre l’éditeur d’un logiciel de triche, la guerre continue

 

EngineOwning, éditeur d’un célèbre logiciel de triche pour Call of Duty, fait l’objet d’une plainte de la part d’Activision. La firme accuse son adversaire d’enfreindre délibérément les conditions d’utilisation de ses jeux, en plus de gâcher l’expérience des joueurs plus honnêtes. Avec cette plainte, Activision durcit encore un peu plus le ton sur une affaire qui dure désormais depuis des années.

call of duty wwii
Crédits : Activision

Activision avait prévenu : il finira par avoir la peau des tricheurs sur Call of Duty. Véritable cancer du jeu, ces derniers continuent de faire régner leur loi malgré les sanctions toujours plus sévères pratiquées par l’éditeur. Ainsi, depuis novembre dernier, les utilisateurs peu scrupuleux s’exposent à un bannissement à vie dans le cas où ils se feraient attraper. Malgré tout, cela n’empêche visiblement pas le phénomène de se développer, notamment à cause des logiciels de triche facilement accessibles.

Activision a donc décidé de remonter à la source du problème. Ce mardi 4 janvier, la firme a porté plainte contre EngineOwning, entreprise à l’origine de l’un de ces fameux logiciels de triche. Ce dernier « permet aux joueurs de manipuler les jeux Call of Duty à leur avantage personnel, par exemple en visant automatiquement les armes, en révélant l’emplacement des adversaires et en permettant au joueur de voir des informations qui ne sont normalement pas disponibles », explique la société.

Activision déclare la guerre aux logiciels de triche

Personne n’est dupe : EngineOwning est « pleinement conscient que son comportement viole les droits d’Activision mais a néanmoins poursuivi effrontément ses activités », continue l’éditeur. « Par cette action en justice, Activision cherche à mettre un terme au comportement illégal d’une organisation qui distribue et vend à des fins lucratives de nombreux logiciels malveillants conçus pour permettre aux membres du public d’obtenir des avantages concurrentiels déloyaux (c’est-à-dire de tricher) dans les jeux Call of Duty ».

Sur le même sujet : Activision bannit 350 000 joueurs de Call of Duty pour propos racistes et comportements toxiques

Des activités qui « portent atteinte aux jeux d’Activision, à son activité globale et à l’expérience de la communauté des joueurs de Call of Duty », estime la firme. Et c’est peu de le dire. Depuis des années, ce sont des dizaines de milliers de tricheurs qui sont régulièrement bannis, sans pour autant parvenir à les faire disparaître pour de bon. Si Activision n’arrivera probablement pas à éradiquer les logiciels de triche, cette plainte pourrait de refroidir les ardeurs de leurs éditeurs.

Source : The Verge



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !