Apple et les GAFA tentent de bloquer une loi historique qui menace de briser leur monopole

 

Le patron d'Apple Tim Cook a, comme certains de ses homologues, passé un appel téléphonique à la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi pour dire tout le mal qu'il pense d'un nouvel ensemble de lois censées empêcher les pratiques anticoncurrentielles des géants de la tech. 

Apple Store
Crédits : Unsplash

La patron d'Apple Tim Cook est, comme les autres GAFA, vent debout contre un nouveau paquet législatif examiné par la chambre basse américaine. Il a donc passé quelques coups de fils, notamment à la président de la chambre des représentants Nancy Pelosi ainsi qu'à quelques autres parlementaires.

La commission judiciaire de la chambre a en effet enquêté sur les pratiques anticoncurrentielles de Apple, Amazon, Facebook et Google, avant de recommander au début du mois dernier le vote d'une série de lois censées restaurer la libre concurrence.

Apple tente d'éviter ce qu'il voit comme la pire menace pour la tech américaine de ces dernières années

L'un de ces textes, baptisé Ending Platform Monopolies Act, rendrait illégale toute pratique commerciale débouchant sur des conflits d'intérêts. Amazon ne pourrait ainsi plus proposer par exemple de marketplace sur son site (autrement dit permettre à des vendeurs tiers de vendre sur son site).

Un autre texte, Platform Competition and Opportunity Act, interdirait aux géants de la tech d'acquérir des rivaux en train de croître. Et il y a d'autres mesures choc. Par exemple, le Augmenting Compatibility and Competition Act a pour but de permettre aux clients d'utiliser ensemble des services rivaux tout en facilitant le passage d'une plateforme à l'autre.

Evidemment, ces mesures ne sont pas au goût de Tim Cook qui aurait dit à Nancy Pelosi que ces textes sont proposés dans la précipitation, qu'ils empêcheront l'innovation tout en nuisant aux clients qui vont se retrouver avec des services Apple sans dessus-dessous. Il a également demandé à la responsable de ralentir le processus – de peur que ce paquet de texte ne devienne trop rapidement réalité.

Nanci Pelosi aurait demandé au PDG Apple de préciser spécifiquement ses objections en s'appuyant sur les projets de loi en cours de discussion. D'autres géants de la tech ont fait de même. On sait que c'est le cas de Google qui pratique en ce moment un lobbying très intense auprès des parlementaires, ou encore d'Amazon et de Facebook.

Lire également : Enquête antitrust – Apple affirme avec aplomb qu'il n'étouffe aucun concurrent dans son écosystème

Et il est vraisemblable que les choses n'en resteront pas là. Apple comme nombre de concurrents finance des think tanks et autres ONG. L'un d'entre-eux a publié lundi une lettre ouverte qui condamne les conclusions de la commission judiciaire et les textes qui en découlent. Le think tank dénonce ces nouvelles loi qui risquent, selon lui, d'avoir des répercussions de long terme sur l'industrie.

Source : Apple Insider



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !