La théorie du complot qui lie les antennes 5G à la pandémie de coronavirus met des techniciens qui réparent les antennes en danger. Au Royaume-Uni les syndicats rapportent quelques 120 cas de menaces d’atteintes à l’intégrité physique, voire des menaces de mort.

menace de mort
Un graffiti menaçant près de Glasgow (illustration) / Crédits : Crawford Jolly via Unsplash

A en croire BBC, des techniciens qui travaillent sur des antennes 5G se font menacer par des individus qui souscrivent à une théorie du complot selon laquelle il y aurait un lien entre 5G et le développement de l’épidémie de coronavirus. Une théorie que l’on peut qualifier de bêtise, tant la réalité de l’épidémie montre vite son absurdité.

Selon les tenants de cette théorie, l’épidémie de coronavirus aurait démarré avec l’allumage d’antennes 5G dans le Wuhan. De quoi conclure un peu vite que la pandémie mondiale est causée par les ondes 5G. Comme nous le rappelons dans cet article il y a pourtant de très nombreux contre-exemples. On peut parler par exemple de l’Iran, très touché par le coronavirus alors que le pays ne compte pas d’antennes 5G.

Voire même la répartition géographique de l’épidémie en France qui ne colle pas du tout avec les sites d’antennes 5G actuellement actifs – comme par exemple à Toulouse, ville relativement épargnée par le COVID-19 alors que des antennes 5G y sont déjà allumées.

Malgré l’absence de preuves, des paniqués de la 5G et du coronavirus passent à l’action

Ce lien entre 5G et coronavirus qui peut sembler à juste titre tiré par les cheveux a pourtant convaincu un grand nombre de personnes. La conséquence c’est que depuis plusieurs semaines, les autorités de plusieurs pays, notamment la Grande-Bretagne et les Pays-Bas rapportent une hausse inquiétante des dégradations ou destructions d’antennes.

Et apparemment la situation ne s’améliore pas, surtout en Grande-Bretagne. Les syndicats y rapportent quelques 120 cas dans lesquels « des personnes ont été menacées d’être poignardées, menacées avec usage de violence physique et dans quelques cas carrément menacés de meurtre », rapporte Andy Kerr, vice-secrétaire général du syndicat Communications Workers Union (CWU).

Le pire c’est que la plupart de ces techniciens ne travaille même pas sur la 5G mais réparent le réseau 4G essentiel aux services d’urgence ou les accès internet particulièrement sollicités depuis le début du confinement. Mike, un technicien du North Yorkshire, raconte : « les incidents vont des insultes, la prise de vidéos, nous demander pourquoi on installe les ‘tours de la mort’ à pourquoi on va faire frire la population« .

Et d’ajouter : « On s’est fait jeter des objets dessus. Avec des menaces de gens qui nous disent qu’ils vont revenir en force et nous poignarder. On a eu des gens qui nous ont menacés de nous tirer dessus si on ne s’en allait pas ». Un autre, Jake, ajoute que « tous les [ingénieurs] à qui il a parlé ont dit qu’ils ont des problèmes ».

Lire également : les enchères 5G sont reportées à juillet ou septembre 2020 annonce l’Arcep

Pour l’heure on ne sait pas si ces accès de violence ont également lieu dans d’autres pays. Espérons simplement qu’une bonne partie des personnes qui croient encore à cette théorie du complot retrouvera rapidement la raison.

Source : BBC



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !