Apple : pourquoi Donald Trump en a fait sa tête de turc

Donald Trump a été élu hier, 9 Novembre 2016, Président des Etats-Unis. Un résultat qui n’a pas dû enchanter Apple. En effet, tout au long de sa campagne, le magnat de l’immobilier a fait de la firme de Cupertino sa tête de turc, l’accusant de ne pas générer d’emploi aux Etats-Unis et de ne pas payer d’impôts. Voici pourquoi Trump s’acharne sur Apple et les géants de la tech.

donald trump apple

Donald Trump est les géants du high-tech, on ne peut pas dire que ce soit la grande histoire d’amour. L’homme d’affaires, élu hier Président des Etats-Unis, n’a jamais porté les entreprises de la Silicon Valley dans son coeur, et la réciproque est vraie également.

Mais pendant un an, cette mésentente s’est intensifiée notamment à cause des propos tenus par Donald Trump lors de ses meetings au sujet des entreprises high-tech. Le magnat de l’immobilier a tout simplement fait d’Apple sa tête de turc, son symbole du business model qui a détruit l’emploi et l’économie aux Etats-Unis.

Pour faire simple, Apple c’est LA multinationale qui domine le monde, qui réalise chaque trimestre des milliards de bénéfices, qui détient un véritable trésor de guerre, tout ceci en employant très peu de personnes aux Etats-Unis et en payant très peu d’impôts également.

Il y a quelques temps, nous vous relations des propos tenus par Donald Trump à l’encontre d’Apple lors de l’un de ses meetings. Propos qu’il a ensuite réitéré dans d’autres meetings, principalement dans les villes industrielles devenues sinistrées, où le taux de chômage est élevé. Trump haranguait la foule en ces mots :

[Si je suis élu], je demanderai à Apple de commencer à fabriquer ses ordinateurs et ses iPhone sur notre sol plutôt qu’en Chine. Quel bénéfice retirons-nous si tout est fait là-bas ?

Pour Trump, le business model d’Apple ne rentre absolument pas dans un esprit patriote. Délocaliser la majeure partie du processus de fabrication fait grimper la courbe du chômage et Trump veut changer cela. Et il est prêt à se montre convaincant.

Pour Tim Cook Apple paie bien assez d’impôts, ce ne sont que « des conneries politiques »

Baisser les impôts d’Apple et consorts aux Etats-Unis

Pour convaincre Apple, Google et les autres de relocaliser la production et les emplois aux Etats-Unis, Donald Trump a donc mis en avant deux mesures tout au long de sa campagne. La première, la manière forte, consisterait à augmenter de manière très importante les tarifs douaniers pour les produits importés sur le sol américain.

Et lorsqu’il parle d’augmentation, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. Les tarifs augmenteraient ainsi pour les importations depuis la Chine de 45% ! Selon les experts ce serait une catastrophe pour l’économie américaine avec une forte récession et encore plus de pertes d’emplois.

Trump a donc suggéré une deuxième solution, qui pourrait être mieux accueillie par Apple et les multinationales américaines : baisser les impôts sur les sociétés de ces entreprises qui détiennent des milliards à l’étranger. Le problème, c’est que lorsque l’on voit le taux d’imposition d’Apple en Irlande par exemple, il faudrait presque qu’Apple soit exonéré d’impôts aux Etats-Unis pour que le marché soit acceptable.

Vers une augmentation des prix ?

Y a-t-il vraiment une change pour qu’Apple rapatrie sa production aux Etats-Unis ? Pas vraiment. Trump a beau avoir pris en grippe l’entreprise dirigée par Tim Cook, elle fait certainement partie des multinationales qui font le plus d’efforts pour relocaliser.

En 2012 par exemple, Apple a implanté une usine au Texas pour construire ses fameux Macbook. En 2013, la marque à la Pomme installait une unité de production de composants pour smartphones en Arizona. C’est peu, mais c’est déjà ça. Car toutes les entreprises ne le font pas.

apple-usine

Certes, en terme d’emplois industriels, Apple délocalise la majorité en Chine mais ses Apple Store lui permettent tout de même d’employer près de 38 000 personnes. Il y en a autant qui travaillent dans les autres branches de l’entreprise : R&D, production, design des produits. Et tout ceci ne concerne que les employés de la firme. Car de par son rayonnement, Apple génèrerait 1,9 million d’emplois indirects aux Etats-Unis, dont les trois quarts autour d’iOS.

Rapatrier la production aux Etats-Unis créerait bien sûr de l’emploi, mais à court terme. Car les produits ne se vendraient plus. Les prix augmenteraient drastiquement, de 66% environ, si les produits Apple étaient fabriqués aux Etats-Unis. Comme l’explique l’analyste spécialisé dans la tech Patrick Moorhead à nos confrères des Echos :

Soit les prix augmentent, soit Apple baisse ses profits. Mais je ne vois pas Apple accepter de réduire ses bénéfices de sitôt.

Lorsque l’on parle d’augmentation de prix, on ne parle pas de quelques dizaines d’euros. Par exemple, si l’iPhone était assemblé aux Etats-Unis, son prix passerait de 690 dollars à 1150 dollars ! C’est presque le double. Les fans de la marque ont déjà eu du mal à avaler la pilule des derniers Macbook Pro 2016, alors un iPhone à 1150 dollars, c’est du délire !

donald trump forcer apple usines usa

Sous couvert de patriotisme et de populisme, Donald Trump a donc tenu des propos qui semblent impossibles à mettre en oeuvre en 2016. Le nouveau président des Etats-Unis prendra ses fonctions le 20 janvier 2017. Voyons s’il applique les promesses faites à ses électeurs. Si c’est le cas, préparez-vous à voir le prix des smartphones d’entreprises américaines grimper de manière significative.

Trump élu président des USA : le site d’immigration du Canada crashe

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Apple va lancer un service de VOD moins cher que Netflix

Apple s’apprête à lancer un service de VOD moins cher que Netflix, l’actuel leader du streaming. Pour s’imposer sur un marché de plus en plus compétitif, Apple pourrait miser sur une stratégie de prix très agressive. La marque à la…