2017 rime avec écran OLED, mais pourquoi est-ce si important ?

L’année 2017 est l’année où la technologie OLED est enfin totalement embrassée par l’industrie sur le haut de gamme. Mais qu’est-ce qui différencie cette technologie vue comme le passage obligatoire pour le futur, pourquoi a-t-il mis tant de temps à se déployer et quels sont ses enjeux pour l’avenir ? Nous vous l’expliquons dans ce dossier.

google lg hésite oled

L’évolution des composants pousse toujours les révolutions dans les usages sur le secteur de la high-tech, et le smartphone n’y est pas étranger. Pour ces appareils en particulier, l’écran est la star centrale de l’expérience ; il se doit d’être absolument parfait.

Or, nous savons tous ce que l’on attend désormais : l’OLED, cette fameuse technologie que l’on voit arriver doucement mais sûrement sur le marché depuis quelques années déjà notamment grâce à Samsung. Alors que les Galaxy S8 sont encore en précommande, les constructeurs se ruent un à un vers la source.

Qu’est-ce qui peut bien expliquer un tel engouement par rapport au LCD ? Pourquoi, en 2017, la technologie est au coeur de toutes les discussions ? Et quels sont les enjeux qu’elle représente pour les années à venir ? Nous répondrons à toutes ces questions dans ce dossier.

Mais qu’est-ce que l’OLED ?

Galaxy S4: son écran Super AMOLED utilise la technologie diamond pixels
Diamond pixels d’une matrice d’une dalle Super AMOLED.

Il est plus simple de comprendre ce qu’est l’OLED dès lors que l’on se penche sur le camarade précédent : le LCD. Le principe du LCD est relativement simple à comprendre : une première couche composée de cristaux liquides se charge d’afficher les couleurs, quand une seconde et dernière couche se charge du rétroéclairage et donc de la luminosité de l’écran.

Avec l’OLED, le principe est le même… à ceci près que les LED (ou diodes électroluminescentes pour les puristes) intègrent aussi bien les couleurs que l’éclairage. Les couleurs sont ainsi plus vibrantes, et la charge énergétique est beaucoup plus maîtrisée de la sorte.

Pensez-vous, puisque l’OLED a cet avantage majeur : pour afficher du noir, il lui suffit d’éteindre la LED concernée. Economie d’énergie donc, mais aussi un rendu bien plus impressionnant pour l’oeil humain : les couleurs elle-même ne sont pas ternies par le rétroéclairage, permettant un résultat au plus proche du réel.

Ironiquement, ils permettent aussi de pousser une luminosité plus forte sans perdre en qualité, une caractéristique très pratique dès lors que l’on est en plein soleil… mais aussi pour profiter du HDR10 et ses contrastes revus.

Sachez tout de même que le rendu des couleurs n’est pas forcément vrai sur votre smartphone OLED. Nombreux sont les constructeurs à pousser le contraste à fond, pour forcer cet aspect « pétant » des couleurs et donner plus d’emphase à « l’effet waouh » de leurs écrans.

L’OLED en 2017 est technologiquement très important

Evidemment, depuis sa création et son intégration dans des smartphones, l’OLED est vu comme le grand frère supérieur du LCD. C’est Samsung qui aura en majorité poussé son intégration, en en faisant une des spécificités les plus marquantes de ses téléphones Galaxy.

Et supérieur, il l’est : la possibilité d’éteindre complètement un pixel pour afficher du noir le rend bien plus économe en batterie, tandis que sa construction « tout-en-un » (rétroéclairage + couleur) lui permet une plus grande adaptabilité sur des appareils ne demandant qu’à devenir plus fin ou placer plus de composants.

Cette adaptabilité est une très grande force en 2017, et pour cause : le design de nos smartphones évolue fortement. La mode du borderless, lancée cette année, est là pour durer et met en avant les écrans avant tout dans notre univers mobile.

Cette mode particulière fait que plus les écrans sont fins et faciles à manipuler, plus il est possible d’intégrer de composants à son design pour le reste. Si les scanners d’empreinte digitale sont destinés à passer sous nos écrans, l’OLED sera forcément une part importante de cette évolution.

Qui plus est, l’adaptabilité de l’OLED aura permis à Samsung de créer ses écrans Edge, incurvés sur les côtés, qui propulsent le design Infinity Display des Galaxy S8. Cette même malléabilité sera utilisée dans le futur pour les écrans flexibles, qui promettent d’être encore un nouveau type d’appareil à intégrer l’univers smartphone.

Pourquoi pas l’OLED ? Une histoire d’industrie

iPhone 8 édition retards

En sachant tout cela, pourquoi l’OLED ne s’est pas démocratisé plus vite ? Il semble effectivement bien être la prochaine étape à franchir pour nos écrans, à ceci près qu’il y a un hic : l’industrie n’est pas prête à les produire en quantité suffisante pour permettre une intégration globale.

Vous souvenez-vous des problèmes de stocks des OnePlus 3 en début d’année dernière ? Le fait est que la situation serait la même pour de nombreux autres constructeurs s’ils choisissaient d’intégrer l’OLED, même en 2017.

En effet, seuls deux fabricants sont pour le moment prêt à fournir ces nouveaux écrans à grande échelle : Samsung et LG. Le premier a un carnet de commandes chargé : outre ses propres Galaxy, il devra aussi fournir le futur iPhone 8 d’Apple. Le deuxième n’est autre que LG, qui fournirait pour le coup le deuxième mastodonte Google pour ses Pixel 2.

Le LCD avant l’OLED, le choix par dépit

test lg g6 luminosite ecran

Les autres ont choisi de continuer sur le LCD, comme le LG G6 par exemple, ou de l’abandonner comme le Huawei P10. Mais cet abandon n’est pas vraiment une volonté de leur part, plutôt un choix pragmatique : à l’heure actuelle, les constructeurs se doivent d’accepter d’intégrer un écran LCD presque par dépit, alors qu’ils affrontent la pénurie.

La demande est forte, mais l’offre ne l’est pas : Samsung comme LG a une capacité de production encore limitée, LG ayant d’ailleurs pris du retard sur cela. Les chaînes de production sont année après année converties à l’OLED, mais le fait est que le marché a évolué beaucoup plus vite que ne lui permettait en théorie la production.

Aussi, certains constructeurs font le choix d’accéder rapidement à leurs composants pour produire en quantité suffisante, comme pour le LG G6. D’autres, comme très probablement OnePlus et son OnePlus 5 cette année, acceptent cette réalité et font le choix du meilleur quitte à subir des retards de distribution. D’autres constructeurs plus petits voient même leurs achats refusés du fait de cette quantité limitée.

En attendant que d’autres acteurs comme Sharp soient fin prêts à produire en quantité suffisante des écrans OLED, la situation est pour le moment ainsi faite. L’OLED est l’avenir de cette industrie, sans aucun doute possible. Mais la production n’est pas encore prête à fournir la colonne vertébrale la faisant tenir debout.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !