Xiaomi et Tencent sont accusés par la Chine de collecter illégalement des données personnelles

Maj. le 22 décembre 2019 à 6 h 09 min

La Chine vient d’inscrire Xiaomi et Tencent sur la liste des entreprises nationales qui se livrent à la collecte illégale de données personnelles. Le gouvernement chinois met en demeure les deux sociétés de se mettre en règle avant le 31 décembre.

Xiaomi

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis nous a habitués depuis plusieurs mois à diverses accusations visant des entreprises chinoises, Huawei et ZTE étant les principales cibles. Une fois n’est pas coutume, c’est aujourd’hui la Chine elle-même qui s’en prend à deux grosses cylindrées nationales pour des pratiques peu catholiques en matière de collecte des données d’utilisateurs. Le ministère chinois de l’Industrie, de l’Information et de la Technologie (MIIT) vient d’inscrire Xiaomi et Tencent sur une liste de 41 entremises accusées de collecter illégalement les données personnelles des Chinois.

Le mois dernier, le gouvernement avait annoncé une campagne visant à lutter contre les violations de vie privée par le biais des applications mobiles. Le MIIT menace de mettre sur une liste noire et d’interrompre les opérations des applications non conformes aux réglementations. Une agence est chargée de mener les enquêtes. Elle se penche spécifiquement sur les applications avec une grande base d’utilisateurs.

Depuis cette annonce, plus de 8 000 applications ont apporté les modifications nécessaires pour se mettre en conformité pendant une « phase d’auto-inspection ». Le MIIT a tout de même réussi à identifier 41 applications problématiques qui collectaient toujours des données illégalement. Certaines applications ont été épinglées pour forcer la collecte d’une importante quantité données personnelles ou d'empêcher les utilisateurs de clôturer librement leurs comptes, les deux péchés dont le gouvernement accuse respectivement Tencent, l’éditeur du jeu PUBG mobile et Xiaomi.

Tecent QQ et Xiaomi Finance doivent se mettre en règle avant le 31 décembre

Avec plus de 800 millions d’utilisateurs, QQ est l’application de messagerie instantanée la plus populaire en Chine après WeChat. L’application est accusée d’obliger les utilisateurs à fournir leur localisation, entre autres permissions sans aucune forme de contrôle. Deux autres applications du groupe : QQ Reading et QQ Yuedu sont accusées de collecter discrètement des données personnelles. Ces informations sont par ailleurs partagées avec des entreprises tierces.

Xiaomi Finance est par contre la seule application de Xiaomi à n’avoir pas échappé aux mailles du filet. Le MIIT reproche à l’entreprise de rendre extrêmement difficile la clôture de comptes. En d’autres termes, les utilisateurs se résignent bien souvent à garder leur compte contre leur volonté. Les deux entreprises ont jusqu’au 31 décembre pour se conformer à la réglementation en matière de protection des données personnelles sous peine de subir la rigueur de la loi.

Source : Fossbytes



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
MIUI 11 vous alerte lorsqu’un malware Android vous espionne

Xiaomi propose une nouvelle fonctionnalité dans MIUI 11 qui resserre l’étau sur les malwares Android. Le système vous alerte lorsqu’une application vous espionne, plus précisément lorsqu’elle accède à votre localisation, enregistre des audio via le microphone, utilise discrètement la caméra…

Xiaomi MI 10 : découvrez son design haut de gamme et incurvé

Xiaomi présentera la semaine prochaine son nouveau flagship, le Mi 10. Deux visuels le représentant ont cependant fuité quelques jours avant l’événement, dévoilant son design et quelques éléments techniques, dont le nombre de capteurs photo à l’arrière, l’emplacement de la…

Xiaomi Mi 10 Pro : 16 Go de RAM, comme le Galaxy S20 Ultra

Le Xiaomi Mi 10 Pro, la variante haut de gamme du Mi 10, serait équipé de 16 Go de mémoire vive, révèle le site chinois de Xiaomi par erreur. Comme Samsung avec son Galaxy S20 Ultra, le constructeur prépare l’émergence des premiers smartphones…