WiFi public : les utilisateurs prennent trop les risques à la légère

 

Plus d’un individu s’est déjà connecté à internet par le biais du WiFi public. Pratiques et accessibles par tous, ces réseaux font ainsi le bonheur des personnes au quotidien en leur évitant de dépenser leurs données mobiles. Toutefois, cette pratique est loin d’être sans risque pour les internautes, qui s’exposent à de sérieux dangers à en croire une récente étude menée par la filiale de Norton, à savoir Symantec.

wifi public securite

Que l’on soit au centre d’une grande ville, dans une gare, au sein d’un aéroport ou autres lieux divers, les hotspots WiFi font désormais partie intégrante du décor. Ces dispositifs, plus communément appelés « WiFi public », permettent ainsi de naviguer librement sur internet sans avoir à toucher aux gigas de son forfait.

Chose forte appréciable et qui le sera d’autant plus à l’avenir étant donné que le réseau sera bientôt accessible gratuitement partout en Europe. Tout ceci est bien beau, mais ce que la plupart des gens ignorent, c’est que l’utilisation de ces points d’accès n’est pas sans risque. Bien au contraire, les dangers sont nombreux et beaucoup n’en ont absolument pas conscience.

WiFi publics : 9 français sur 10 prennent des risques en utilisant ces réseaux

Les réseaux WiFi publics sont une vraie menace et ça, ça ne date pas de maintenant ! En se connectant à des réseaux de ce type, qui pour le coup, sont loin d’être protégés étant donné qu’ils sont « free access », les utilisateurs s’exposent à des vols d’identifiants de connexion ou pire encore, à la récupération de leurs données bancaires.

Cependant, très peu sont au courant comme le démontre une récente étude publiée par la filiale de Symantec, à savoir Norton. La société, qui commercialise des logiciels antivirus, révèle en effet que près de « 9 français sur 10 prennent des risques avec leurs données ou leur confidentialité lorsqu’ils utilisent un réseau de Wi-Fi public ». Soit près de 90% des personnes mettent leurs données personnelles en danger en se connectant par le biais de ces réseaux.

D’autre part, l’envie de surfer sur le web prend parfois très vite le dessus chez certains, au point que 43% des sondés déclarent ne pas attendre plus de quelques minutes avant de se connecter au réseau WiFi public. Ce qui reste compréhensible quelque part, ceci étant un excellent moyen de tuer le temps lorsque l’on attend son train par exemple.

Enfin et il s’agit là d’un dernier détail important, près de 69% pensent qu’utiliser ces points d’accès publics ne constitue aucun risque pour leurs données personnelles. Qu’on le dise clairement, ces gens là pensent mal ! Au travers de cette étude, Norton démontre ainsi tous les dangers qui planent au dessus de nos têtes lorsque l’on utilise ces réseaux, d’où la nécessité d’utiliser une application VPN sur Android ou de passer par des sites protégés pour éviter tout ennui quelconque. Vous voilà prévenus !



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…