WannaCry : comment supprimer le ransomware sans payer la rançon

 

Malgré le récent déploiement de correctifs de la part de Microsoft, beaucoup d’utilisateurs sont encore sous l’emprise du ransomware WannaCry. Á moins peut-être de payer la rançon demandée par les pirates (300 dollars) pour s’en débarrasser ! Fort heureusement, une alternative vient de voir le jour et permet de contourner le problème sans débourser le moindre centime.

cybersecurite base de données mots de passe volés

En déployant le ransomware WannaCry partout à travers le monde le 12 mai dernier – virus ayant touché plus de 98% des ordinateurs sous Windows 7 – les pirates sont parvenus à se faire de l’argent sur le dos de pauvres utilisateurs, impuissants face à l’ampleur du phénomène.

C’est en exigeant une rançon de 300 dollars que les auteurs de l’attaque sont ainsi parvenus à soutirer de l’argent aux personnes touchées par l’épidémie. L’ultime solution, classique mais laissant en définitive que très peu de choix aux usagers, pour que ces derniers puissent retrouver l’intégralité de leurs données.

Á moins d’avoir appliqué les patchs correctifs déployés récemment par Microsoft ou de verser la somme demandée par les malfrats, il ne reste plus guère de solutions. Sauf peut-être la méthode de la dernière chance, qui est celle de passer par la case Wanakiwi.

Wanakiwi, la solution anti-WannaCry ?

Qu’est-ce que Wanakiwi ? C’est une solution développée par trois français (Benjamin Delpy, Adrien Guinet et Matthieu Suiche), qui vise à supprimer totalement le ransomware WannaCry de son ordinateur et ainsi éviter de payer les 300 dollars demandés par les hackeurs. Á condition de ne pas avoir éteint ni redémarré sa machine depuis qu’elle a été infectée, autrement le plan tombe à l’eau !

Comment en faire usage ? Il suffit dans un premier temps de télécharger la version la plus récente de Wanakiwi depuis le site GitHub.com. Puis vient le moment de dézipper l’archive et de lancer ensuite l’invité de commande sur Windows en tant qu’administrateur. Reste plus qu’à ouvrir le fichier wanakiwi.exe depuis l’invité de commande et de patienter le temps que le dispositif fasse sagement son travail.

Au cours de la manœuvre, Wanakiwi va se charger d’analyser la mémoire du PC depuis la clé de chiffrement et ainsi tenter de déverrouiller tous les documents infectés par le ransomware WannaCry. C’est pour l’heure la seule et unique solution viable pour repousser le virus, récupérer les données sur sa machine tournant sous Windows 7 et/ou XP (à voir si cela marche aussi sous Vista) et ainsi éviter de donner 300$ à de purs escrocs.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…