Test imprimante 3D QIDI Tech X-Plus : un bijou à moins de 1000 euros

 

Nous avons eu l'occasion de passer un peu de temps avec l'imprimante 3D Tech X-Plus de QIDI. À qui se destine ce curieux outil de création ? Experts du domaine ou néophytes ? Est-elle simple à prendre en main ? Voici notre avis complet et des photos de nos diverses œuvres dans le test de cette machine imposante et étonnante qui cache plus d'un tour dans son sac.

Le très gros bébé…

Les imprimantes 3D fascinent le grand public. Cependant, il ne vaut mieux pas se lancer dans ce domaine sans avoir pris un peu de recul au risque d'y laisser des plumes. Après le test de l'intrigante Alfawise U20, nous avons décidé de jeter notre dévolu sur un autre appareil plus ambitieux cette fois, l'imprimante 3D Tech X-Plus du fabricant QIDI. Cette dernière fait partie de la famille “X”, il existe également le X-Maker, X-Pro et X-Max.

Dans la “grosse et lourde” boîte

Le colis d'une dimension de 66,5 x 55,5 x 56 cm est vraiment très imposant et lourd, le gros bébé pèse pas loin de 30 kg sur la balance. Il vaut mieux être préparé pour son arrivée surtout si vous habitez dans un appartement. Cependant, le fabricant soigne particulièrement son packaging. Lors de l'ouverture du carton, nous retrouvons d'abord un support en polystyrène avec de nombreux accessoires. Et l'on peut dire que QIDI n'a pas joué le pingre à ce niveau-là.

Les accessoires sont nombreux

En effet, nous y retrouvons : un couvercle en acrylique, le cordon d'alimentation, un tournevis rangé avec d'autres ustensiles dans une petite mallette en plastique, plusieurs notices en Anglais riches en détail et en photos, le support de bobine, un support plastifié de mise à niveau du plateau, un câble Ethernet et un extrudeur à haute température supplémentaire. Une clé USB avec des instructions en PDF et en vidéo est également fournie, cachée à l'intérieur de l'imprimante 3D dans un autre polystyrène.

Design : imposant et solide

Après avoir déballé le mastodonte, nous décidons de le placer sur une table capable d'encaisser ses presque 30 kg. Nous conseillons de choisir un emplacement suffisamment adapté pour accueillir l'imposante machine. Une fois posée, nous faisons le tour du propriétaire et sommes agréablement surpris par les finitions ainsi que du soin apporté par le fabricant dans la conception de cet outil de création 3D.

Contrairement à l'Alfawise U20 dont le plateau était laissé à “l'air libre”, celui du X-Plus est enfermé dans un gros bloc fait de métal et de plastique. Une porte transparente permet d'y accéder librement, celle-ci est aimantée. Sur la façade nous retrouvons un petit écran couleur tactile de 5 pouces. Le bouton d'allumage est niché à sa droite et en dessous du portique nous apercevons un port USB pour y connecter la clé fournie et à sa droite un port Ethernet. En outre, il est également bon de noter que l'imprimante 3D peut également se connecter à un réseau Wifi, le câble Ethernet est donc parfaitement optionnel.

Du côté gauche et droit, nous retrouvons deux orifices rectangulaires qu'il est possible de combler avec des panneaux magnétiques affichant des instructions. Nous retrouvons les coordonnées du SAV à plusieurs endroits autour de l'imprimante 3D.

À l'arrière, un bouton de mise sous tension est également présent à côté du câble d'alimentation. Un ventilateur est également visible un peu plus haut. Le fabricant n'a pas lésiné sur l'aspect pratique puisque l'imprimante 3D X-Plus dispose d'un filtre permettant d'éliminer les mauvaises odeurs générées par l'extrudeur lorsqu'elle est en fonctionnement. Personne n'aime l'odeur de plastique brûlé. Un bac présent en plastique transparent placé au-dessus de la machine permet de contenir en grande partie les fumées qui peuvent s'en échapper.

Fiche technique

 Tech X-Plus
EcranLCD 5" couleur (tactile)
Vitesse d'impression30 - 150 mm / s
Diamètre de la buse0.4mm
Zone de gravure270 x 200 x 200 mm
Épaisseur de couche0,05 à 0,2 mm
Poids 30 kg
Dimensions 66,5 x 55,5 x 56 cm
ConnecteurUSB, Ethernet, (Wifi)
Languechinois, anglais

L'imprimante 3D QIDI X-Plus imprime à une vitesse comprise entre 30 à 150 mm/s. L'objet connecté est capable de fonctionner aussi bien en Wifi qu'en Ethernet. Son poids imposant de 30 Kg nous oblige à placer l'appareil sur une surface suffisamment solide et stabilisée pour ne pas que les vibrations n’interfèrent. Plusieurs matériaux sont compatibles : fibre de carbone, nylon, PETG, TPU, PC, ABS, PLA….

Le fabricant a doté son imprimante 3D d'un système de filtre à air afin de limiter l'émission de particules et d'odeurs. L'appareil n'est pas laissé à l'air libre puisqu'il est fermé, une porte en plastique permet d'y accéder simplement pour sortir ses œuvres une fois la tâche accomplie. Le plateau aimanté est amovible, ce qui simplifie grandement son nettoyage.

Montage, installation et mise en marche

Il est préférable d'installer l'imprimante 3D dans un endroit isolé et sur une table suffisamment solide pour ne pas nuire à son intégrité. Le poids de l'engin étant particulièrement imposant, il va de soi que cela s'accompagne d'un certain nombre de précautions à prendre. Le fabricant met à disposition plusieurs guides suffisamment bien détaillés avec photos et explications (en anglais).

L'écran tactile de 5″

Il faut compter 40 minutes entre le moment où nous avons déballé l'appareil et le moment où nous avons commencé à l'utiliser. C'est un laps de temps correct puisque l'engin est livré pratiquement prêt à l'emploi. Le temps de retirer les bouts de scotch et de polystyrène qui protègent l'appareil lors de son périple pour parvenir jusqu'à nous.

Nous avons commencé à utiliser un guide plastifié pour étalonner l'imprimante 3D, en le glissant entre l'extrudeur et le plateau de façon à ce qu'il soit légèrement en contact. Ensuite, il nous a fallu installer le support de filament (celui fourni avec l'appareil) et l'insérer.

La prochaine étape consiste à réaliser une première impression 3D grâce à un modèle déjà présent sur la clé USB. Il n'a pas fallu bien longtemps pour que celle-ci soit réalisée, moins d'une heure. C'est une pièce sans grand intérêt, mais qui a le mérite de nous montrer les prouesses dont l'engin est capable, comme vous pouvez vous en apercevoir ci-dessous.

L'appareil génère environ une quarantaine de dB en fonctionnement, ce qui reste correct. Cependant, nous conseillons aux artistes en herbe d'éloigner l'imprimante 3D des pièces de vies. La dimension maximale d'impression est de 270 x 200 x 200 mm. 4 ventilateurs participent à une excellente ventilation de l'ensemble.

Logiciel : téléchargez, créez puis lancez-vous !

La partie software n'est pas laissée de côté, nous avons affaire à une imprimante connectée. Il suffit au choix de la brancher en Ethernet ou à votre réseau Wifi. Le logiciel fourni par le fabricant est enfantin et très explicite, un petit tutoriel nous permet de rapidement prendre nos marques.

Ainsi, vous pouvez créer vous-même un modèle à l'aide d'une application et vous assurer avec QIDI Print que votre chef d'oeuvre (créer ou télécharger) pourra naître sous vos yeux dans des conditions optimales. Enfin, il suffit d'exporter le fichier généré (Gcode) soit via le réseau ou sur une clé USB.

Encastré ou en laisse, c'est vous qui choisissez !

QIDI Print propose deux modes de fonctionnement, débutant ou expert, ce qui permet à tout le monde de profiter pleinement de l'imprimante 3D TECH X-PLus. Par défaut, les impressions ne tiennent pas compte de l'ajout de support de soutien lors de l'impression. Cette fonctionnalité permet d'obtenir un meilleur résultat surtout pour la réalisation de pièces complexes. Des filaments gênants peuvent apparaître à certains endroits et donner un résultat mitigé. Comme dans l'exemple ci-dessus à gauche le résultat avec ce support et à droite sans.

Interface : prise en main rapide

L'écran tactile de 5 pouces nous permet d'accéder à une interface disponible en anglais (le Français n'est pas disponible). 4 menus principaux sont ainsi proposés : Print, System, Tools et After Sales Service; permettant bien entendu de lancer des impressions 3D à partir d'une clé USB, mais aussi de paramétrer l'engin pour régler les points d'origine. Étape ô combien importante afin d'en optimiser le bon fonctionnement.

QIDI propose le réglage de la lumière LED présente dans son imprimante 3D, mais aussi d'ajuster le fonctionnement des 4 ventilateurs mis à disposition. Il est aisé de connecter l'appareil au réseau Wifi domestique afin d'y accéder à partir du logiciel fourni, QDI Print, sur lequel nous revenons un peu plus bas.

Nos premières impressions 3D

Nous avons téléchargé des modèles directement sur des plateformes en ligne pour voir ce dont était capable l'imprimante 3D. En guise d'exemples, nous avons choisi un support de table pour smartphone et tablette, une réplique d'un chiot issu d'un dessin animé ou encore un célèbre Star Destroyer venant tout droit de la fameuse galaxie lointaine.

Le faucon sort de son nid

Le résultat est mitigé selon l'objet choisi. Dans un premier temps, nous avions imprimé un test du croiseur interstellaire en réduisant l'échelle. Toutefois, le résultat ne fut pas au rendez-vous. Nous avons alors décidé de le réimprimer en utilisant un autre fichier (qui sépare la partie haute et basse). Cette fois le rendu fut bien meilleur.

Un chasseur TIE vient de naître

Le logiciel fourni par QIDI, présent sur la clé USB (et le site du fabricant), permet de communiquer en direct avec l'imprimante pour y envoyer les fichiers préparés et ensuite lancer l'impression sans même à avoir à bouger de son PC. Il est également proposé à l'utilisateur de gérer certains réglages notamment la finesse d'impression afin d'avoir le meilleur résultat possible. Le “slicer” permet aisément d'optimiser le fonctionnement de l'imprimante 3D, même sans grande connaissance technique dans le domaine, un vrai jeu d'enfant. Cependant, il est bon de souligner que l'outil ne fonctionne pour l'heure qu'en anglais ou en allemand.

La Pat' Patrouille part en mission… avec un croiseur interstellaire etc…

Si la langue de Shakespeare n'est pas une barrière pour vous, vous ne devriez avoir aucun mal à vous dépatouiller à travers les options proposées par le logiciel. De plus, un tutoriel plutôt complet permet de rapidement se faire la main lorsqu'on le lance pour la première fois. Cette étape n'est pas facultative lorsque l'on souhaite imprimer une oeuvre téléchargée sur internet. De nombreux formats sont pris en charge : Gcode, …. nous n'avons pas rencontré d'obstacles nous empêchant de mettre en oeuvre une impression lors de nos phases de tests.

Plutôt rebelle ou empire ?

De plus l'objet le plus grand et détaillé, le Star Destroyer, n'a pris qu'une dizaine d'heures à être réalisée. Un point très positif surtout vis-à-vis de l'Alfawise U20 qui lui mettait autant de temps pour des objets bien plus simples à imprimer. Toutefois, nous ne jouons pas dans la même catégorie de produits, le Tech X-Plus de QIDI étant plus onéreux, ce qui explique en partie sa supériorité sur le plan aussi bien matériel que logiciel.

Date de sortie et prix

L'imprimante 3D QIDI Tech X-Plus est déjà disponible pour un prix inférieur à 900 euros, à plus exactement 822.59 € avec le code promo F3BC6E5F049EB000 sur le site de Gearbest. Un prix attractif au vu des prouesses dont est capable cet outil permettant de donner vie aux créations sorties tout droit de votre imagination. Certes, cette somme représente un budget certain, l'imprimante 3D conviendra parfaitement aux néophytes ainsi qu'aux utilisateurs plus expérimentés dans ce domaine.



Notre avis

Nous avons passé un excellent moment avec la QIDI Tech X-Plus qui nous a permis de continuer notre aventure dans l'impression 3D. Nous avons particulièrement apprécié sa rapidité d'installation puisque l'objet ne requiert que peu de temps après son déballage pour être à 100% opérationnel. De plus, la prise en main est grandement facilitée par le guide très explicite agrémenté de nombreuses photos. Les néophytes trouveront facilement leurs marques.

L'imprimante 3D de QIDI est également fournie avec un logiciel particulièrement efficace. Nous avons réussi à télécharger plusieurs modèles sur la toile pour voir de quoi était capable l'appareil. Nous n'avons pas été déçus par ses capacités. Elle conviendra sans aucun doute aux plus exigeants. Pour moins de 1000 euros, à condition bien entendu d'avoir un tel budget à dépenser pour son achat, nous ne pouvons que vous la conseiller chaudement.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers tests !
Pixel 4a 5G
Test Pixel 4a 5G : le meilleur de Google à prix abordable

Avec le Pixel 4a 5G, Google propose un smartphone milieu de gamme qui reprend une bonne partie des atouts du nouveau flagship de la gamme, le Pixel 5, pour un prix moins élevé. Pas de coup de baguette magique, pour…

Google Pixel 5
Test Pixel 5 : l’autonomie en plus, la puissance en moins

Nous avons testé le Pixel 5, le nouveau fer-de-lance de Google qu’il convient désormais de placer dans la catégorie des appareils de milieu de gamme, aussi étrange que cela puisse paraître. Que vaut cette nouvelle version face au Pixel 4…

test vivo x51 cover 3
Test Vivo X51 : le gimbal ne remporte pas entièrement la timbale

Premier porte-étendard de la marque Vivo pour le marché français, le X51 est un smartphone avec une fiche technique équilibrée et quelques atours supplémentaires qui lui permettent de se démarquer d’une concurrence assez proche. Notamment le gimbal. une nouvelle génération…

20201009_141831
Test OnePlus 8T : si proche de la perfection

OnePlus revient avec un nouveau terminal haut de gamme : le OnePlus 8T. Pensé comme le produit ultime de la gamme 8, il cherche à combiner toute l’expertise de la marque dans un seul téléphone. Il s’agit là du meilleur…

Test Xiaomi Mi 10T Pro
Test Mi 10T Pro 5G : ni bon ni mauvais, bien au contraire

Le Xiaomi Mi 10T Pro est sans conteste l’un des smartphones que nous attendions le plus à la rédaction. Peu de temps après l’avoir découvert lors d’un prébrief organisé par la marque, nous avons pu le tester sous toutes les…