Taxe GAFAM : le G7 trouve un accord pour imposer les géants du numérique

Le G7 Finances a trouvé un accord pour l’imposition des géants du numérique. Il s’agit d’une première étape importante pour qu’une taxe GAFAM, qui vient d’être approuvée en France, soit appliquée à l’échelle de l’OCDE. Les États-Unis ont fini par céder.

bruno lemaire
Crédit : SmartGov / Flickr

Le gouvernement français annonce ce jeudi 18 juillet 2019 que les ministres des Finances du G7 ont trouvé un accord visant à taxer les géants du numérique, rapporte Reuters, cité par Le Figaro. Une réunion se tenait en ce jour à Chantilly, au nord de Paris. « Les ministres des Finances se sont mis d’accord sur l’urgence de faire face aux défis fiscaux posés par l’économie numérique », s’est réjoui la présidence française à la fin de ce G7 Finances. C’est la France qui a porté ce projet ambitieux et réussi à convaincre ses homologues de la nécessité d’une telle mesure, qui va désormais pouvoir être discutée dans l’OCDE.

Taxe GAFAM : la France convainc le G7 de passer à l’action

« C’est la première fois que les Etats membres du G7 se mettent d’accord sur ce principe » de « taxer les activités sans présence physique, en particulier des activités numériques », a réagi Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances français. C’est déjà lui qui est à l’origine de la taxe GAFAM qui doit rapporter 1 milliard d’euros à la France en deux ans. Celle-ci s’applique aux groupes réalisant un chiffre d’affaires, notamment liés à la publicité, sur leurs activités numériques. Les entreprises, françaises ou étrangères, qui engrangent plus de 750 millions d’euros à l’international dont plus de 25 millions d’euros sur le territoire français, sont concernées.

Lire aussi : Taxe GAFAM : l’Assemblée nationale et le Sénat enfin d’accord, le texte va être adopté

Le défi était de convaincre les Etats-Unis, qui sont très réticents depuis des années à une telle mesure. Il faut dire que la plupart des entreprises qui doivent passer à la caisse sont sous pavillon américain. Les États-Unis qui ont lancé une enquête sur le projet de loi français de taxe GAFAM, estimant que celle-ci « vise injustement les entreprises américaines ». Mais alors que plusieurs pays européens comme le Royaume-Uni et l’Espagne pourraient suivre l’exemple de la France et agir à l’échelle nationale, il devient de plus en plus difficile pour les Américains de continuer à bloquer les négociations au sein de l’OCDE.

Source : Le Figaro

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Carrefour est sur le point de vendre Rue du Commerce

Carrefour a reçu une offre ferme de Shopinvest (propriétaire des 3 Suisses) pour racheter 100% de Rue du Commerce. Le géant de la grande distribution ne détenait pourtant Rue du Commerce que depuis 2016. Carrefour ne serait pas parvenu à…

Samsung Electronics : le bénéfice opérationnel plonge de 56% au 3e trimestre

Samsung Electronics anticipe un plongeon de 56% de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre 2019. Un résultat dû principalement à des difficultés dans un marché du semi-conducteur baissier depuis le début de l’année. La sortie du tunnel serait néanmoins proche.  Samsung Electronics enchaine…

Facebook Libra : PayPal lâche déjà l’affaire

La rumeur lancée par le Wall Street Journal se confirme. PayPal a annoncé vendredi qu’il quitte la Libra Association qui regroupe les membres fondateurs de la cryptomonnaie que Facebook souhaite lancer l’année prochaine. Le retrait de PayPal constitue un nouveau…

Free pourrait lancer FreeBank, une banque mobile à la Orange Bank

Free aurait l’intention de lancer une banque mobile concurrente d’Orange Bank. Ce 13 septembre 2019, Iliad, maison mère de l’opérateur de Xavier Niel, a en effet obtenu un numéro d’identifiant permettant d’exercer une activité bancaire. Tout porte à croire que l’arrivée d’une « FreeBank » sur le marché soit imminent.  Iliad…