Un Raspberry Pi à 30 euros a permis de pirater la Nasa

Maj. le 12 juillet 2019 à 15 h 56 min

Un Raspberry Pi, un mini-ordinateur vendu aux alentours de 30€, a permis de pirater la Nasa. En avril 2018, des pirates sont en effet parvenus à pénétrer dans le réseau de l’agence spatiale pour voler des données concernant de futures missions sur Mars. La Nasa pointe du doigt d’importantes failles de sécurité au sein de son infrastructure. 

nasa piratée raspberry pi

Dans un rapport de 49 pages, le Bureau de l’Inspecteur général de la NASA affirme que des pirates ont réussi à déjouer les défenses d’un de ses centres, le Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie. L’attaque a débuté en avril 2018. Il a fallu plus d’un an à la Nasa pour détecter la présence d’un attaquant.

Lire également : les Raspberry Pi ont enfin droit à une souris et un clavier officiels

En avril 2018, un Raspberry Pi a piraté un centre de la Nasa

Après avoir repéré les pirates, l’agence spéciale américaine a été contrainte de désactiver les systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre spatial international. La Nasa craignait en effet que les attaquants puissent prendre le contrôle de la station d’Houston. Les pirates pouvaient en effet théoriquement  « initier des signaux malicieux sur des missions spatiales habitées ». 

Selon le rapport, les pirates se sont servis d’un simple Raspberry Pi, un nano-ordinateur aux alentours de 30 euros. Véritable PC de poche, le Raspberry Pi est très apprécié des développeurs. Il permet notamment de servir de média center, de mini serveur ou de programmer une suite d’actions dans le domaine de la robotique ou de la domotique. Bref, c’est un véritable couteau suisse.

« Le pirate a embarqué environ 500 mégaoctets de données provenant de 23 fichiers, dont 2 avec des informations du Règlement sur le trafic international des armes relatives à la mission du Mars Science Laboratory » admet la Nasa. Les pirates ont en effet subtilisé des fichiers confidentiels concernant les futures missions vers Mars et des données enregistrées par le rover Curiosity, un astromobile qui récupère des données sur la planète.

Lire également : un Raspberry Pi sous Windows 10  c’est désormais possible

Le rapport critique ouvertement la sécurité mise en place par Jet Propulsion Laboratory. Les inspecteurs regrettent notamment que le centre n’ait pas segmenté son réseau interne en plusieurs parties. De même, les employés en charge de la sécurité informatique du site sont même accusés de négligence. Pour l’heure, les enquêteurs de la Nasa n’ont aucune idée de l’identité des attaquants.  L’enquête est donc toujours en cours.

Source : la Nasa



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
OLED : vos cheveux peuvent être recyclés en écrans dernier cri

Des scientifiques australiens ont trouvé une nouvelle méthode pour fabriquer des écrans OLED flexibles : utiliser des cheveux humains. Cette manière de faire peu conventionnelle permet de puiser dans une ressource jusque-là inexploitée. A un cheveu de révolutionner l’industrie. Des scientifiques…

Cette clé USB ne protège pas de la 5G, c’est une arnaque

La 5GbioShield est une clé USB censée protéger l’utilisateur des ondes 5G. Derrière cette affirmation farfelue se cache en réalité une arnaque bien montée par une société britannique. Vendue 315 euros, c’est en réalité un produit à 5 euros. Non,…

Cet appareil à lécher reproduit le goût des aliments vus à la TV

Le Norimaki Synthetiser est un « synthétiseur électronique de goût ». Concrètement, il s’agit d’un appareil à lécher capable de reproduire artificiellement les goûts des aliments et des plats vus à la télévision. Conçue par un chercheur japonais, cette sucette électronique est…

Un GPS précipite une voiture dans le Vieux-Port à Marseille

Un GPS a envoyé une nouvelle voiture dans le Vieux-Port à Marseille. En suivant religieusement le trajet affiché à l’écran, un automobiliste de 56 ans a fini sa course au bout d’une pente de mise à l’eau, quai Marcel Pagnol ….