La police pourra bientôt tout savoir de vous grâce aux résidus d’écran de votre smartphone

Maj. le 28 août 2018 à 21 h 10 min

La police n’aura bientôt plus besoin de pirater votre mot de passe ou de faire des pieds et des mains auprès des géants de la technologie pour contourner le chiffrement de l’appareil. Une étude révèle qu’il est, en effet, possible de tout savoir de vous, ou presque, en analysant simplement les résidus d’écran de votre smartphone. Vous savez, ces petites saletés si minuscules que vous ne le voyez même pas et qu’on retrouve en surface.

ecran smartphone residus

Contrairement aux idées reçues, nos smartphones ne renferment pas que des données personnelles, tout du moins pas seulement celles stockées dans l’appareil. Leurs écrans qui sont de véritables nids à microbes stockent en surface toutes sortes d’informations sur la vie privée de l’utilisateur, en dépit de la présence d’un revêtement oléophobique. Des informations suffisamment significatives pour remplacer l'empreinte digitale dans le cas d’une enquête criminelle.

Nos habitudes de vie laissent toutes sortes de résidus sur nos doigts, des résidus qui nous suivent partout et finissent tôt ou tard par rejoindre l’écran de notre smartphone, même lorsqu’on le nettoie régulièrement. Peu importe si vous faites tout le nécessaire pour sécuriser votre smartphone, il vous trahira toujours.

En analysant ces résidus, il est possible de définir votre sexe, vos habitudes alimentaires, les traitements médicaux que vous prenez, les produits cosmétiques que vous utilisez et même les lieux que vous visitez. A l’origine de cette découverte, le docteur Amina Bouslimani, membre de l’équipe de l’Université de Californie San Diego vient de réaliser une étude sur 500 échantillons provenant de 40 smartphones de testeurs volontaires grâce à la spectrographie de masse.

Les résultats de l’étude sont impressionnants. Elle permet notamment de définir si un utilisateur préfère le vin à la bière où s’il utilise un anti-moustiques, produit particulièrement tenace puisqu’on retrouve encore des traces, même plusieurs mois après son utilisation.

Notez tout de même que, pour l’instant, cette méthode n’est pas recevable devant une cour de justice et n’a pas encore été validée comme méthode d’investigation mais il se pourrait bien qu’un jour elle le soit. Et en attendant, elle pourrait bien permettre à la justice de dresser le profil de certains suspects.

Chiffrement : le FBI a enfin débloqué l’iPhone 5c sans l’aide d’Apple

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Téléchargez GHIDRA et prenez vous pour un espion de la NSA

Le logiciel GHIDRA utilisé par la NSA pour repérer et contrer des programmes malveillants est désormais disponible gratuitement pour tous. Open-source, il peut même être amélioré par la communauté.  Comme promis, la National Security Agency (NSA) des États-Unis a rendu…

CMS : 90% des sites web piratés utilisent WordPress

90% des sites web piratés utilisant un CMS tournent sous WordPress d’après Sucuri, une entreprise spécialisée en sécurité web. Les sites e-commerce sont particulièrement prisés des hackers pour la simple raison qu’ils permettent d’accéder aux données bancaires des utilisateurs. Ce…

Windows : le nombre d’attaques phishing a explosé en 2018

Microsoft révèle dans son rapport Security Intelligence Report 2018 quelle cybermenaces ont visé l’écosystème Windows au cours de l’année passée. Le nombre d’attaques phishing a explosé de 150% tandis que le nombre de ransomware est en déclin. Globalement, le rapport relève…

Chrome : 85% des extensions se moquent de votre vie privée

Une étude Duo Labs autour des extensions Chrome révèle que 85% d’entre elles n’ont aucune politique en matière de vie privée – un document qui explique clairement comment vos données seront utilisées en cas de collecte. Pour en arriver à…

Attention, ce câble USB peut pirater n’importe quel ordinateur

Ce câble USB modifié permet à un attaquant de pirater n’importe quel ordinateur. Conçu par un chercheur en cybersécurité, cet accessoire peut réagir à des commandes à distance transmises par un pirate. Bientôt produit en masse, il est destiné à mettre en garde le grand public…