M6 n’a plus qu’un mois pour trouver un acheteur après l’échec de la fusion avec TF1

 

Après l'échec de la fusion avec TF1, le groupe allemand Bertlesmann entre dans une course contre la montre plutôt tendue. En effet, l'actuel propriétaire de M6 n'a plus qu'un mois pour finaliser un accord avec un acheteur. On vous explique pourquoi.

M6 rachat chaîne
Crédits : M6

Xavier Niel avait peur que la fusion entre TF1 et M6 ne créait un monstre. Le patron de Free peut se rassurer, comme vous le savez, le mariage entre les deux groupes n'aura pas lieu. Dans un communiqué de presse publiée ce 16 septembre 2022, les deux chaînes ont fait savoir qu'ils mettaient un terme au projet de fusion, en raison notamment des exigences de l'Autorité de la Concurrence.

Seulement, cette union avortée est loin, très loin, de faire les affaires du groupe Bertelsmann, l'actuel propriétaire de M6. En effet, si la compagnie allemande veut vendre la chaîne pour s'extirper du marché français, elle devra le faire en moins d'un mois. Ce qui vous en convenez ne met pas l'entreprise en position de force dans les négociations à venir avec d'éventuels repreneurs.

Un mois pour vendre M6, pas plus

Pourquoi un délai aussi court ? La raison est très simple. Comme l'a précisé le président de l'Autorité française de la Concurrence Benoit Coeuré lors d'une audition au Sénat, l'autorisation de diffusion de M6 sur la TNT doit être renouvelée par l'ARCOM en mai 2023. 

Or et comme le prévoit la loi, ce renouvellement interdit tout changement de contrôle de la fréquence, et ce pendant une durée de 5 ans. D'après l'Autorité, “si l'opération ne nous est pas notifiée avant la fin octobre, ça va être difficile, et c'est dans tous les cas très tendu”. Pour espérer être dans les clous, le groupe Bertelsmann devra avoir finalisé les conditions de vente avant cette date butoir. 

Trois repreneurs ont déjà fait une offre

Voilà pourquoi l'entreprise allemande a d'ores et déjà décidé “de tester le marché” en invitant les repreneurs intéressés à se positionner et à faire une offre. De ce que l'on sait pour l'instant, trois propositions sérieuses ont été déposées :

  • une 1re offre émane d'un duo formé par Xavier Niel, le PDG du groupe Illiad, et par MediaForEurope, un groupe de télévision créé par Silvio Berlusconi, l'ex-président italien
  • la seconde offre a été émise par Daniel Kretinsky, milliardaire tchèque et patron du groupe Czech Media Invest et actionnaire indirect du Monde
  • la dernière offre provient de FL Entertainment (Betclic) en partenariat avec Rodolphe Saadé, patron de la CMA CGM et depuis peu du journal quotidien régional La Provence

Seulement et comme l'explique Benoit Coeuré, étant donné la diversité des activités de ces acquéreurs potentiels, la Commission européenne pourrait se pencher sur le dossier pour s'assurer que ce rachat n'aboutisse pas à une situation de monopole ou de concurrence déloyale. Une telle mesure prend du temps, encore plus si l'institution européenne se décide à renvoyer l'affaire vers l'autorité française pour analyse complémentaire. D'après nos confrères du Point, les trois repreneurs ont tous déposé une offre à plus de 19,2 € par action, soit près d'un 1,1 milliard d'euros.

Source : La Tribune



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !