L’UE a choisi TSMC pour fabriquer un processeur européen : 6 nm, RISC-V… voici ce que l’on sait

 

L’Europe développe un processeur dédié aux ordinateurs haute performance qui sera produit chez TSMC. Le composant, gravé en 6 nanomètres, a été partiellement présenté par le président de l’EPI, le projet financé par le programme Horizon 2020 de l’Union européenne pour créer des composants. Ce processeur entrera en test fin 2020 et n’en sortira qu’un an après.

epi processeur europeen

Jusqu’à très récemment, les initiatives autour des processeurs de supercalculateurs et de PC hautes performances sont Américaines, Chinoises et Japonaises. Depuis juin 2019, l’Union européenne a choisi d’investir pour développer sa propre technologie. L’idée n’est pas forcément d’être les meilleurs, mais davantage de s’appuyer sur une plate-forme maison pour ne pas être tributaire des autres. Le programme Horizon 2020 a donc financé la création du groupement EPI (acronyme d’European Processor Intiative) dont l’objectif est de créer un processeur pour les PC hautes performances Made in Europe !

Lire aussi : Google serait entré dans l’ère de la suprématie quantique

Ce processeur n’avait jusqu’à très récemment jamais été évoqué dans le détail. Jean-Marc Denis, président du conseil d’administration d’EPI, s’est entretenu avec le site Next Platform et a dévoilé quelques-unes des spécificités de ce premier composant. Tout d’abord, cette puce s’appuiera sur des unités de calcul élaborées à partir de la plate-forme Zeus du consortium britannique ARM. Cette architecture est dédiée aux processeurs dédiés aux serveurs et aux PC hautes performances.

Gravé chez TSMC en 6 nm EUV

Ensuite, le composant inclut un coprocesseur dédié à l’intelligence artificielle. Nommé Titan, ce coprocesseur s’appuie sur RISC-V, un jeu d’instructions alternatif à ceux d’ARM. Enfin, le processeur sera gravé chez TSMC, entreprise taïwanaise bien connue pour être le fabricant des chipsets de Huawei / HiSilicon, Qualcomm ou Apple. Le processeur sera gravé en 6 nm à l’aide de la lithographie ultra-violette extrême (comme certains chipsets pour smartphone, par exemple).

Lire aussi : Intel lance un CPU Xeon Platinum 9282 avec 56 coeurs et 112 threads !

Les phases de tests de ce processeur devraient démarrer avant la fin de l’année (voire en début d’année prochaine) et s’étendront jusqu’au quatrième trimestre 2021. La production de masse ne commercerait qu’au milieu d’année prochaine pour une intégration dans des supercalculateurs en 2023, ce qui correspond au calendrier initial de l’EPI. L’intérêt de cette initiative est d’être la première à être financée et développée intégralement en Europe.

Source : Next Platform



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !