Linux n’utilisera plus les termes “slave”, “master” et “blacklist” jugés racistes

 

Linus Torvalds ingénieur en chef du noyau Linux vient d'approuver des changements dans la documentation du code pour faire la promotion d'une écriture plus inclusive. Les termes “slave”, “master” et “blacklist” ne seront plus utilisés. Reste à trouver des alternatives unifiées.

Noyau Linux Android
Crédits : Unsplash

La question du langage, en tant qu'organe reproducteur de conceptions négatives et préjugés sur des groupes d'individus, est revenue sur le devant de la scène en 2020. Elle est le prolongement de défilés du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis et partout dans le monde, pour protester contre les violences policières, et plus largement contre l'injustice et le racisme. Très vite des voix se sont élevées pour recommander des changements de terminologie, lorsque cela est possible.

Linus Tovalds veut rendre la programmation plus inclusive

Le langage, que l'on parle du langage courant ou de langages techniques, sont en effet des constructions au long cours. Ils sont forcément empreints d'histoire, au risque parfois de rappeler des périodes d'injustice absolue. L'une de ces injustices très prolifique dans la langue des pays qui y ont pris part, c'est justement l'esclavage. Et la nomenclature de l'informatique, héritée de l'anglais est truffée de ce type de références.

Périphérique “maître” vs périphérique “esclave”, liste blanche contre liste noire… ces références sont de facto devenues si banales qu'elles n'avaient jusqu'ici pas été remises en cause. C'était sans compter la vaste réflexion qui découle des événements récents. Un nombre croissant de développeurs demandent à ce que soit employés d'autres termes que ces mots si connotés. GitHub a très rapidement remplacé une partie de sa terminologie.

Et aujourd'hui, Linus Torvalds, l'ingénieur en chef du noyau Linux, a décidé d'aller dans leur sens. Les prochaines documentations du noyau Linux seront ainsi expurgées de ces termes. Linus Tovalds et les autres ingénieurs ne recommandent pas à ce stade d'alternative unifiée.

Lire également : Amazon – Jeff Bezos dit adieu aux clients racistes opposés au Black Lives Matter

Elles sont pourtant simples à trouver : le duo maître/esclave peut être facilement remplacé par principal/secondaire par exemple. Quant à blacklist (liste noire) et whitelist (liste blanche) peut être remplacé en anglais par denylist ou blocklist et allowlist ou passlist. En français, on peut par exemple imaginer liste rouge / verte comme un bon candidat. Qu'en pensez-vous ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : The Next Web



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
google search
Google pourrait bloquer son moteur de recherche en Australie

Google et Facebook reprochent au gouvernement australien un projet de loi qui les forcerait à négocier une plus juste rémunération avec les médias. Le texte prévoit notamment qu’un arbitre indépendant fixe les montants que les plateformes devront payer si les…

EsEJpFLW4AUS2vB
Windows 10X fonctionne parfaitement sur la Surface Pro 7, la preuve en vidéo

Windows 10X a totalement fuité sur le net et peut être téléchargé par les utilisateurs. Nous avons vu le système d’exploitation installé sur différents terminaux, parfois étonnants, mais qu’en est-il de son utilisation réelle ? Aujourd’hui, un développeur nous montre…