Le smartphone est accusé de provoquer la maladie d’Alzheimeir

 

Des chercheurs de l'université de Washington ont établi un lien entre les smartphones et l'apparition précoce de la maladie d'Alzheimer. En cause, la surexposition aux champs électromagnétiques qui favorise l'accumulation de calcium dans le cerveau.

etude alzheimer smartphone
Crédits : Unsplash

Si une étude parue en février 2020 a assuré que les smartphones ne favorisaient l'apparition de cancers chez l'homme, un nouveau rapport de plusieurs chercheurs de l'université de Washington vient de mettre en exergue le lien entre les ondes de nos appareils électroniques et la maladie d'Alzheimer. 

Avant de rentrer dans le détail, il convient de rappeler que cette terrible pathologie est causée par un excès de calcium intracellulaire dans le cerveau. Et justement, l'étude en question indique que les champs électromagnétiques (CEM) générés notamment par nos téléphones portables peuvent contribuer à l'accumulation de ce calcium. 

En effet, les CEM utilisés pour les communications sans fil produisent de fortes ondes électriques et magnétiques qui agissent sur les cellules de notre corps, principalement par l'intermédiaire de l'activation des canaux calciques dépendant du voltage (CCDV). Or, l'activation des CCDV aboutit à une augmentation massive des niveaux de calcium intracellulaires. Par conséquent, les expositions aux CEM peuvent amener à un excès de calcium intracellulaire. 

L'influence des CEM sur l'apparition précoce d'Alzheimer

Les CEM agissent par le biais de pics électriques et de forces magnétiques variables dans le temps à l'échelle de la nanoseconde”, explique le professeur Martin L. Pall, de l'université de Washington. Il poursuit : “Ces pics augmentent considérablement avec chaque augmentation de la modulation d'impulsion produite par des téléphones cellulaires toujours plus connectés, des compteurs intelligents, des villes intelligentes et des radars dans les véhicules à conduite autonome”. 

Selon le chercheur, chacun de ces éléments peut produire “le cauchemar ultime – la maladie d'Alzheimer à déclenchement extrêmement précoce”. Pour appuyer ses propos, Martin L. Pall fait référence à des précédentes études menées sur l'homme et les animaux. Ainsi, des études génétiques et pharmacologiques humaines montrent qu'une activité élevée du CCDV entraîne une incidence accrue de la maladie d'Alzheimer. 

etude alzheimer smartphone
Crédits : Unsplash

À lire également : Comment nos smartphones nous isolent et nous rendent malades

Des risques plus élevés chez les professionnels

12 études récentes dédiées à l'exposition professionnelle ont révélé que les personnes exposées aux champs électromagnétiques dans le cadre de leur travail ont des risques plus élevés de contracter la maladie de manière précoce. En effet, ces études suggèrent que les CEM raccourcissent la période de latence normale de 25 ans. En d'autres termes, des patients peuvent contracter Alzheimer vers 40 ans au lieu de 65 ans.

D'autres analyses effectuées dans les années 1980 ont d'ailleurs montré que les effets neurologiques/neuropsychiatriques associés aux expositions aux CEM se développaient de manière cumulative. De fait, des périodes d'exposition prolongées (plusieurs années) aux CEM produisaient des effets plus graves. Le chercheur souligne d'ailleurs que l'âge d'apparition de la maladie d'Alzheimer a diminué au cours des 20 dernières années, soit durant la démocratisation du smartphone et l'augmentation de l'exposition aux CEM liés aux communications sans fil.

etude alzheimer smartphone
Crédits : Unsplash

La démence numérique, le danger qui guette les plus jeunes

De fait, Martin L. Pall estime que les personnes très jeunes qui sont exposées quotidiennement au rayonnement des smartphones, du Wi-Fi ou d'une antenne relais peuvent développerune démence numériqueNotez qu'une utilisation abusive du smartphone peut également favoriser l'obésité.

Pour étayer sa thèse, le professeur rappelle une étude réalisée en 2008, qui prouvait qu'une exposition de deux heures par jour à des CEM issus d'une antenne relais entraînaient une neurodégénérescence massive du cerveau de jeunes rats. En effet, 34% des cellules cérébrales sont mortes en 4 semaines seulement. Les 11 changements cérébraux mesurés et les 4 changements comportementaux observés ont tous été réduits par l'amlodipine, un inhibiteur des canaux calciques CCDV. “Ces résultats montrent que les CEM auxquels la plupart d'entre nous sont exposés chaque jour ont agi par l'intermédiaire de l'activation de CCDV pour produire une neurodégénérescence universelle massive et extraordinairement rapide chez les jeunes rats”, assure-t-il.

Le chercheur appelle à la réalisation de toute urgence d'études complémentaires sur le sujet, notamment des enquêtes sur les marqueurs cérébraux de la maladie d'Alzheimer et des examens IRM du cerveau pour détecter les anomalies chez les jeunes qui présentent des signes de démence numérique. 

Source : Eurekalert



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !